twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Indemnisation de Snedai : Birahime Seck dénonce l’opacité

jeudi 19 mai 2016

Birahime Seck, membre du Fo­rum civil, filiale de Transparency International, a tenu à faire connaître son indignation quant au règlement du contentieux de l’Etat du Sénégal avec Snedai. Sa première réaction après l’annonce du paiement de 12 milliards à l’homme d’affaires ivoirien, a été que, « sans appel à concurrence, le contrat de concession pour la production de visas biométriques (origine de la fameuse indemnisation) est illégal. Car ne remplissant nullement les conditions d’une entente directe prévues par l’article 81 du code des marchés publics de 2011, applicable au moment de la signature dudit contrat de concession ».

Par ailleurs, pour lui, la production de visas biométriques n’était en rien une « extrême urgence ». En plus, il existe plusieurs prestataires en Afrique et dans le monde, capables de fournir ces services. La source n’est pas unique et ne pouvait justifier un marché de gré à gré.

Encore plus grave, estime le spécialiste en régulation des marchés, l’Etat du Sénégal a juste publié un simple communiqué « qui ne nous renseigne en rien sur la base de l’indemnisation de cette opération. Il doit nous édifier sur la nature des investissements, sur les tarifs proposés par l’entreprise de Bictogo pour la production de ces visas, sur les recettes perçues entre la date de commencement de la production de visas et la date de détaxation des visas ainsi que sur le nombre de ressortissants enregistrés ». Ce sont ces informations qui auraient pu permettre aux Sénégalais d’avoir une connaissance plus large sur la base de l’indemnisation. Et se faire une idée pour savoir si l’indemnisation des 12 milliards est justifiée ou pas.

Mohamed Guèye

(Source : Le Quotidien, 19 mai 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)