twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ibrahima Nour Eddine Diagne, économiste et expert en transformation digitale : “Autoriser les manifestations ou les encadrer est plus salutaire que pénaliser toute une économie en opérant des restrictions sur l’Internet. “

mardi 20 février 2024

Expert reconnu de la science économique, auteur de plusieurs publications sur le commerce électronique et le développement en Afrique, initiateur des Mardis du Numérique, puis de la Rentrée Numérique, Ibrahima Nour Eddine Diagne n’est plus, depuis longtemps déjà, quelqu’un à présenter au sein de l’écosystème technologique international. Son expertise sur les questions de transformation digitale, de facilitation du commerce, d’intégration régionale, de conduite du changement ou encore des relations internationales l’a porté jusqu’au très prestigieux poste de Rapporteur pour l’Afrique de la United Nations Center for Electronic Transactions qu’il a quitté en avril 2019. Dans cette interview, l’Administrateur général de GAINDE 2000 livre son regard sur les restrictions d’Internet au Sénégal et leur impact dans tous les secteurs de l’économie, non sans plaider, de nouveau, pour la mise en place d’Observatoires, pour mieux les mesurer. La startup Act et le maintien des talents sont également au menu.

Le Tech Observateur : L’actualité a encore été marquée par les restrictions de l’Internet mobile décidées par l’État du Sénégal, suite au report de la présidence par Macky Sall. Comment comprenez-vous la persistance des autorités ?

Ibrahima Nour Eddine Diagne : Je pense qu’on ignore la part du digital dans l’économie et c’est inquiétant parce qu’on prend pour prétexte un fait politique pour déstructurer une partie importante de l’économie et du social. Comme vous le savez sans doute, nos pays sont aujourd’hui très dépendants des réseaux sociaux pour des questions à la fois sociale et économique. Tous les secteurs sont concernés. Si nous prenons le cas de la santé, certains recevront le conseil de leur médecin ou leur ordonnance par le digital. Ainsi, il semble évident qu’on sous-estime l’ampleur et l’importance du digital à la fois dans l’économie et dans la stabilité de notre pays.

Alors, si on analyse cela juste sous l’angle de la sécurité en disant qu’elle est en jeu lorsque le digital est ouvert, c’est qu’on appréhende mal tout ce qui est déterminé par le digital dans l’économie et dans la stabilité sociale du pays. Ce n’est pas parce que les gens ne savent pas ce qui se passe et sont incapables de se connecter qu’on aura plus de sécurité. A bien y réfléchir, c’est quand n’a pas accès à l’information qu’on s’expose justement à l’insécurité. J’avais d’ailleurs rédigé, à l’époque des premières coupures d’Internet, une contribution pour dire que la première fois, on pouvait comprendre que l’État n’avait pas les outils de mesure de l’impact de telles restrictions. Je trouve que c’est vraiment dommage pour un pays comme le Sénégal, aussi fragile et où l’économie solidaire est quelque chose qui stabilise justement le social, que l’État décide, sans préavis, de couper l’Internet mobile. Je ne peux pas vous dire, personnellement, les contraintes que cette coupure inattendue a eues sur moi. En revanche, sur le plan professionnel, c’est au moins 40% d’activités en moins à chaque fois que ces restrictions sont décidées. Donc, il est établi, et tous les acteurs économiques en conviennent, que les restrictions inopinées d’Internet ont des effets très négatifs sur l’activité économique.

Le Tech Observateur : La connectivité est au cœur de toutes les stratégies digitales dans notre pays et en même temps, l’on hésite pas à freiner Internet. Une contradiction à vos yeux ?

Ibrahima Nour Eddine Diagne : Si aujourd’hui, il fallait couper l’électricité pour mettre le pays en sécurité, vous pensez qu’on l’aurait fait sur une période de 24 heures ? Vous pensez qu’on mettrait les dispensaires et les chambres froides à l’arrêt ? Tout le monde a compris que quel que soit l’enjeu, on ne doit pas couper l’électricité de tout le pays pour une question politique simplement parce qu’il y a des marches interdites ou pas. Et c’est la même chose pour l’internet, parce ce que, pour ce qui est de l’électricité, on connait l’impact que cela pourrait engendrer. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas pour l’Internet. Les gens peuvent estimer que c’est juste un petit luxe alors qu’aujourd’hui, c’est une déterminante de la vie sociale et de la vie économique de tout pays. Et donc, j’avais appelé à l’époque qu’on mette en place des observatoires pour mesurer ces impacts et lorsque les décideurs sont autour d’une table et qu’il y ait une menace sécuritaire, qu’ils puissent savoir que s’ils procèdent à des restrictions de l’Internet, qu’ils aient en même temps conscience des dégâts économiques que cela va provoquer. En effet, une journée sans Internet, c’est de nouveaux pauvres, de nouveaux chômeurs et de nouvelles personnes plongées dans la précarité.

Le Tech Observateur : Dernièrement, vous avez plaidé pour des observatoires. Ça veut dire quoi exactement ?

Ibrahima Nour Eddine Diagne : En fait, on manque d’éléments pour mesurer l’impact du numérique, à la fois sur l’économie et sur le social. Souvent, on agite le chiffre d’affaire des opérateurs ou le nombre de kilomètres de fibre optique, etc. Les indicateurs que nous avons ne sont pas des indicateurs d’usage. Ce sont des indicateurs d’infrastructures. Donc, quand on nous demande aujourd’hui combien coûte une journée sans Internet au Sénégal, la seule réponse que les gens pourront donner, c’est la perte de chiffre d’affaire des opérateurs alors que cet indicateur ne représente absolument rien par rapport à ce que l’économie perd. Et je reprends toujours une étude de l’Université d’Oxford qui date de cinq ans et qui avait fait ressortir que le poids du digital dans une économie comme l’Angleterre représentait 33% du PIB. Peut-être même qu’aujourd’hui, ça représente beaucoup plus. Les finances sont digitales, de même que l’assurance, le transport, la santé, le tourisme… Et tous ces secteurs roulent avec un intrant digital. Donc, si on coupait en Angleterre l’Internet pendant une journée, on couperait près de 40% de l’économie britannique sur une seule et unique journée. Et ça se chiffrerait en milliards de dollars.

Le Tech Observateur : Beaucoup estiment évidemment qu’il y a un manque à gagner énorme en jeu. Les victimes seraient fondées à exiger des réparations financières ?

Ibrahima Nour Eddine Diagne : Absolument, ce serait tout à fait justifiable. Mais serait-il pertinent de pousser l’État à indemniser ? Il n’y a pas que les opérateurs qui sont victimes de ces restrictions, mais bien tous les acteurs économiques. Moi, je préfère discuter avec un État qui va mettre en place des logiques inclusives pour protéger l’économie digitale. Si la sécurité est menacée, nous sommes tous concernés et volontaires pour que des mesures soient prises pour la maintenir. S’il n’y a pas de sécurité, il n’y a pas de confort. Donc, tout ce qui peut être fait dans un pays en termes d’économie repose sur la sécurité.

Autoriser les manifestations ou les encadrer est plus salutaire que pénaliser toute une économie en opérant des restrictions sur Internet. Pour en revenir à votre question, l’Etat n’a pas les moyens pour une indemnisation globale de tous les impactés. En revanche, l’Etat doit nécessairement considérer le fait économique dans toutes ses prises de décision liées à la restriction de l’Internet. On peut dire que des restrictions ciblées, sélectives, calibrées sur des créneaux horaires, des zones géographiques ou sur des outils et des contenus peuvent produire l’effet recherché en matière de sécurité sans pour autant anéantir l’économie.

Le Tech Observateur : Toujours sur ces aspects économiques, les startups attendent toujours l’opérationnalisation de la Startup Act. Vous pensez que ça pourrait faire bouger un peu les lignes ?

Ibrahima Nour Eddine Diagne : Si cette loi-là a été actée et qu’elle n’est pas opérationnelle, ça révèle encore une fois une certaine incohérence. Ce type de lois, lorsqu’elles sont actées, c’est qu’elles relèvent d’une urgence et donc on peut s’étonner que leur application prenne autant de temps. Cette loi sur les startups finit pas être oubliée par ceux pour qui elle a été votée. Ceux qui l’attendaient pour investir ont dû changer leur plan et sans doute, ont traversé des périodes difficiles en tant qu’entrepreneur. Moi je pense qu’il vaut mieux n’avoir aucune loi que d’avoir des lois qu’on vote et qui restent dans l’antichambre, entre les décrets, les arrêtés d’application et tout le reste. Il vaut mieux ne pas avoir de lois et fonctionner tel quel que d’avoir des lois qui ne sont pas opérationnelles. Des pays comme le Rwanda et le Maroc ont déjà montré la voix avec une meilleure cohérence dans leur démarche vis-à-vis du numérique.

Le Tech Observateur : Dans un monde globalisé où nos expertises locales sont plus que jamais demandées à l’étranger, comment maintenir les talents ?

Ibrahima Nour Eddine Diagne : Vous savez, les compétences, on en a toujours eues et on en aura encore tout comme les autres pays africains. Notre problème en Afrique, c’est qu’on n’a pas de dynamiques logiques, on a des incohérences, on a des stratégies qui redoublent, qui se répètent, qui se déclarent convergentes mais qui sont totalement concurrentes. Rien qu’au Sénégal, vous avez beaucoup d’incohérences dans la construction de l’économie numérique. Sur des dossiers comme la santé digitale, on traîne le pas depuis plus 15 ans, sans avancer, ni sur le plan réglementaire, ni sur la pratique. Ces incohérences répétées incitent les compétences qui ne trouvent pas d’espace d’expression de leur savoir-faire à quitter leurs frontières pour aller vers des marchés beaucoup plus cohérents sur lesquels ils peuvent s’épanouir professionnellement. Tant que cette question ne sera pas résolue, nous nous pourrons pas capter et conserver nos meilleurs talents. Certains d’entre eux choisiront néanmoins de rester au pays par simple amour de la patrie ou par nécessité familiale.

Le Tech Observateur : Comment comprendre dans un pays où il est beaucoup question de souveraineté digitale que l’Etat se tourne le plus souvent vers l’étranger pour les gros chantiers ?

Ibrahima Nour Eddine Diagne : Il faut d’abord savoir que c’est une question de politique d’achat public. La politique d’achat public doit mettre les entreprises nationales en première ligne lorsqu’il s’agit de compétences pour lesquelles nous avons l’expertise. Lorsqu’il s’agira de technologies pour lesquelles nous n’avons pas d’industrie, nos politiques d’achat public devraient donc susciter des alliances avec les constructeurs de rang mondial et ne pas simplement cantonner les entreprises locales dans une posture de sous-traitant. Cette situation n’est pas propre au Sénégal. Elle doit nécessairement être corrigée pour permettre l’éclosion d’un écosystème et d’une industrie numériques. A mon avis, il serait souhaitable de revoir, d’une part, toute notre politique d’achat public pour positionner les entreprises sénégalaises dans la construction numérique du Sénégal et , d’autre part, avoir une stratégie de développement du secteur numérique très cohérente et bien articulée.

(Source : Le Techobservateur, 20 février 2024)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik