twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gouvernance de l’internet : Les francophones en ordre de bataille

jeudi 6 août 2015

Les rideaux sont tombés le 31 juillet 2015 sur le séminaire international dédié à la formation des formateurs sur la gouvernance de l’Internet et des autres systèmes d’information. C’est Nébila Amadou Yaro, ministre du Développement de l’économie numérique et des postes, qui a présidé, au nom du Premier ministre Yacouba Isaac Zida, la clôture de la session de formation. Une session de formation qui a regroupé des participants d’une douzaine de pays francophones d’Afrique.

C’est par plusieurs recommandations destinées à leur assurer une plus grande participation au débat sur la gouvernance de l’internet que les acteurs du séminaire international des formateurs francophones sur la gouvernance de l’internet se sont séparés le 31 juillet 2015 à Ouagadougou.

Sur le contour de ces recommandations, le président du comité de pilotage du séminaire Pierre Ouédraogo explique : « Comment s’organiser au niveau politique ; quelles sont les questions les plus importantes au niveau international au moment où on est au 10e anniversaire du sommet mondial de l’information ; comment faire face aux menaces sur internet qui deviennent de plus en plus nombreuses et pour lesquelles chacun de nous doit contribuer, ne serait-ce qu’en mettant un mot de passe sécurisé sur son wifi. Il faut développer cette sécurité pour que vraiment la société qui vient, soit une société de confiance, où nous pouvons vivre sereinement, faire le commerce, nous éduquer, avoir nos enfants qui peuvent être à Ouagadougou et se promener aux Etats-Unis dans des espaces en toute sécurité ».

En outre, les participants ont convenu de l’organisation et de la création d’écosystèmes opérationnels dans les différents pays. Il faut comprendre par écosystème, tous les acteurs qui interviennent dans le développement de l’internet.

La position commune francophone renforcée

La présente formation des formateurs a permis aux francophones de renforcer leur position commune sur la gouvernance de l’internet, parler davantage la même voix.

« Cette voix a été déjà résumée dans la stratégie de la francophonie numérique horizon 2020 qui permet donc à l’ensemble des francophones d’aller dans la même direction, de veiller à ce que la gouvernance de l’internet prenne en compte le développement, donc les intérêts des pays du sud et que cela prenne en compte la diversité du monde », précise Pierre Ouédraogo. A l’issue de la présente formation, les francophones sont, assure-t-il, en ordre de bataille sur cette question de la gouvernance de l’internet.

« Ne pas se laisser coloniser une énième fois »

Le présent séminaire avait pour objectif, rappelle la présidente du comité d’organisation Adja Ouattara, de créer une masse critique d’experts très avertis des questions d’internet, de gestion des ressources et de développement d’internet. Car, il est temps, dit-elle, que l’Afrique francophone s’organise efficacement pour prendre part aux discussions sur la gouvernance de l’internet « pour ne pas se laisser coloniser une énième fois ». Surtout que l’on s’achemine vers un nouvel internet, très complexe avec beaucoup de noms de domaines, d’adresses, de numéros internet qui vont amener beaucoup d’objets à être connectés.

« C’était une formation importante parce que cela nous a permis de se retrouver encore une fois et de discuter sur les enjeux économiques, politiques et sociaux au niveau de la gouvernance de l’internet. C’est tellement important parce que l’internet participe activement au développement », confie Ali Hadji Mmadi, chef du département Registre et Sécurité internet à Comores Télécom.

Le Burkina disposé à abriter un centre d’excellence en matière de formation

Comme à l’ouverture, le ministre du Développement de l’économie numérique et des postes, Nébila Amadou Yaro, est venu apporter à la clôture le soutien du gouvernement burkinabè à l’initiative, au nom du Premier ministre Zida qu’il représentait. Le ministre Yaro a exprimé à l’occasion la disponibilité du Burkina à abriter un centre d’excellence pour la formation des experts dans le domaine de la gouvernance de l’internet.

Au sortir du présent séminaire, tous les formateurs formés sont amenés à relayer la formation reçue dans leurs pays respectifs et progressivement, cela devrait permettre de créer cette masse critique d’experts francophones sur la gouvernance de l’Internet.

Grégoire B. Bazié

(Source : Lefaso.net, 4 août 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)