twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ghana : la ministre des télécoms incite les sociétés du secteur à élaborer un code de partage d’infrastructures

lundi 4 décembre 2017

La ministre ghanéenne des Communications, Ursula Owusu Ekuful, a interpellé les compagnies télécoms opérant au Ghana sur la nécessité de partager leurs infrastructures afin d’améliorer l’accès des populations au haut débit. Elle a incité les opérateurs télécoms à élaborer à cet effet, un code de partage qui protègera les intérêts de chacun tout en garantissant une saine concurrence et une meilleure expérience des consommateurs.

La ministre s’exprimait sur le sujet le 30 novembre 2017 à l’ouverture du Broadband Ghana Forum organisé à Accra. La rencontre qui en était à sa première édition, organisé par la Chambre des communications haut débit (BBCC) en partenariat avec le ministère des Communications se voulait une occasion d’initier un dialogue public sur la méthode la plus efficace de réaliser la politique nationale du haut débit.

D’après Ursula Owusu Ekuful, de nombreux câbles à fibre optique ont déjà été déployés à travers le pays par des compagnies de téléphonie et des fournisseurs de services Internet. « Nous avons beaucoup de fibres autour des grandes villes alors que la plupart des régions du pays ne sont pas couvertes. Nous ne pouvons pas continuer ainsi. Il est très coûteux de poser des fibres qui demeurent sous-utilisées. », a-t-elle déploré.

Au-delà d’améliorer l’accès d’un plus grand nombre au haut débit, à travers la mise en commun des infrastructures télécoms qui augmentent la couverture réseau du pays, la ministre Ursula Owusu Ekuful a expliqué que le partage d’infrastructures contribuerait à une réduction des frais généraux des sociétés télécoms et du coût d’Internet.

(Source : Agence Ecofin, 4 décembre 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)