twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gestion des E-déchets : bientôt une usine de recyclage au Sénégal

mercredi 22 juillet 2009

La gestion des déchets électroniques et électriques préoccupe Sénéclic. Cette cellule qui dépend de la présidence de la République a présenté ce mardi 21 juillet un rapport technique de l’état des lieux de la gestion de ces déchets au Sénégal. Appelés E-déchets, ce nouveau type de déchet a atteint une production mondiale de 20 à 50 millions de tonnes par année. Cependant, il constitue un véritable danger pour les populations.

Sénéclic a organisé un atelier de restitution à Dakar du rapport de l’état des lieux de la gestion des E-déchets au Sénégal. L’étude a permis d’identifier les impacts sociaux et économiques des déchets électroniques et électriques. Selon le directeur de la cellule Sénéclic, Ababacar Diop, bientôt deux milliards d’ordinateurs seront répartis dans le monde, plus de la moitié finit dans les pays du tiers monde dont le Sénégal. Et la plupart de ces pays n’ont pas l’infrastructure nécessaire pour gérer ces équipements en fin de vie. Il indique que « ce recyclage improvisé met en danger la santé des populations et pose un problème environnemental ».

En effet, précise-t-il, si les matériaux sont laissés à l’abandon, ou jetés dans une décharge non contrôlée, les métaux et autres toxiques vont peu à peu contaminer le sol et les réserves d’eaux souterraines. En conséquence, le directeur de la cellule Sénéclic suggère la mise en place d’une filière qui élimine les matières toxiques tout en récupérant les matières valorisantes.

L’étude révèle également une filière désorganisée dominée par le secteur informel et un potentiel de création d’emplois. Ainsi, Sénéclic envisage la création d’une structure de gestion des déchets des équipements électroniques et électriques. Par ailleurs, des recommandations pour les besoins techniques de la filière ont été émises à savoir la consolidation de l’infrastructure nécessaire afin d’ajouter de la valeur tout au long de la chaine de recyclage.

Le directeur de cabinet du ministre des Télécommunications, des TIC des Transports terrestres et ferroviaires, Wagui Siby venu représenter son ministre déclare qu’une réflexion sera engagée avec le ministre de l’Environnement et le ministre de la Justice pour mettre un cadre juridique sur cette filière.

Mame Fatou Faty

(Source : Pressafrik, 22 juillet 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)