twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gambie : Comment les Réseaux sociaux ont fait chuter le régime de Jammeh

mardi 6 décembre 2016

C’est reconnu par tous, de nos jours, les réseaux sociaux jouent un rôle primordial dans toute élection, partout à travers le monde.

C’est pourquoi, il est rare de voir une élection se déroulait dans un pays africain et qu’internet ne soit pas coupé la veille ou le jour du scrutin.

Pour preuve, l’élection récente en Gambie qui a emmené Adama Barrow au pouvoir, en remplacement de Yahya Jammeh.

« Notre plus grand secret sur ce qui nous a mené jusqu’ici, c’est l’utilisation des médias sociaux. Car, ici en Gambie, la télévision publique ne diffuse pas les activités de l’opposition. Du coup, notre seul moyen pour communiquer était basé sur le social média, particulièrement, WhatsApp. On avait seulement internet pour communiquer avec nos militants », a explique Barrow dans une interview exclusive avec la TFM.

D’après le nouveau président gambien, c’est WhatsApp et Facebook qui leur permettaient d’aviser les militants quand ils organisaient des meetings.

« Dès qu’on annonçait un meeting sur WhatsApp, les gens le partageaient rapidement. Ainsi, plusieurs personnes sont au courant et viennent assister. Ce qui nous a beaucoup aidé. »

En fait, leurs messages étaient diffusés uniquement à travers internet, c’est sur la toile que la population partageaient les informations de l’opposition. Cela a permis à la diaspora gambienne de se mobiliser et de pouvoir communiquer et mieux s’organiser sur les réseaux sociaux. Par exemple, sur Twitter c’est les hashtags #GambiaDecides et #Gambie qui étaient utilisés par les internautes.

En conséquence, on peut comprendre, d’une part, que les réseaux sociaux ont joué un grand rôle sur le départ de Jammeh. Malgré que l’internet ait été coupé au dernier moment, mais c’était trop tard pour cet homme qui a fait vingt-deux ans au pouvoir. En plus, les autorités ne pouvaient pas bloquer l’accès au réseau durant toute la campagne électorale, parce que, simplement, différents services dans l’économie se réalisent à travers l’utilisation de l’internet. Il est incontournable.

(Source : Social Net Link, 6 décembre 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)