twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Fracture numérique en milieu rural : Ces obstacles à l’appropriation des nouvelles technologies

lundi 21 février 2005

Les non-initiés aux technologies de l’information et de la communication sont considérés comme des « analphabètes du troisième millénaire ». Mais au centre culturel allemand ou Gœthe Institut, une réflexion a été lancée pour voir comment faire approprier les Tic aux minorités sociales. « Fracture numérique et les minorités sociales », c’est autour de ce thème que Mme Fatimata Sèye Sylla a introduit une table-ronde pour ouvrir des échanges sur la réduction de la fracture numérique en milieu rural. La rencontre, tenue au Gœthe Institut de Dakar, a vu la participation de Djibril Ndiaye, membre du Bureau international du travail (Bit), et du Dr Hanna Hacker, sociologue.

Dans son exposé, Mme Sylla a axé sa réflexion sur les femmes, jeunes filles et personnes handicapées souvent laissées en rade au niveau des instances de prise de décisions. La consultante a ainsi déploré la situation des femmes rurales qui n’ont pas accès aux Technologies de l’information et de la communication (Tic). Selon elle, les causes sont l’analphabétisme, les pesanteurs religieuses et sociales. Pour avoir grandi sous l’aile protectrice d’une famille de mère analphabète, Fatimata Sèye Sylla semble être imprégnée des difficultés auxquelles ces femmes restent confrontées pour réussir à l’école. Pour la position du Sénégal dans les tic, Fatoumata Sylla soutient que bien que des efforts aient été faits, il reste cependant à pallier certains manquements.

Fort du constat de la marginalisation de la gent féminine, vues comme des exemples patents de victimes de la fracture numérique, le projet Digital Freedom Initiative (Dfi) a été mis en œuvre par le président Bush et le gouvernement du Sénégal depuis le 4 mars 2003. A en croire Mme Sylla, le projet permet d’investir le milieu rural. Il aide à former les femmes dans des activités lucratives mais aussi des jeunes dans le domaine des nouvelles technologies.

Le représentant du Bit s’est appesanti, pour sa part, sur le manque d’infrastructures dans ces zones rurales. Il a noté que « malgré les efforts faits par l’Etat, leur intégration dans les Tic n’est pas encore effective ». Ces outils ont certes des inconvénients. Mais au-delà des disparités sociales, ils ont des côtés positifs. Certaines filles sénégalaises ne démentiront pas la remarque de Mme Sylla qui souligne que « bon nombre de célibataires y ont enfin trouvé des maris ».

Ndèye Awa LO (Stagiaire)

(Source : Wal Fadjri, 21 février 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik