twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Formation des volontaires des Cmc : Premier pas vers l’Internet au village

jeudi 30 juin 2005

Le gap numérique qui sépare le Nord et le Sud est réel. Mais il est plus important au sein des pays du sud eux-mêmes ; entre villes et campagnes. Afin de réduire la fracture numérique locale, le Sénégal s’est lancé dans l’installation de centre multimédias communautaires (Cmc). Après huit mois de fonctionnement, le projet des Cmc entre dans sa nouvelle phase de mise en œuvre.

Hier, un séminaire de formation qui va durer dix jours a été ouvert pour vingt-quatre volontaires des Cmc. Ils viennent des six premiers sites retenus que sont Goudiri, Diaobé, Ranérou, Thiél, Khombole et Sébikotane. Au cours de cette formation, ils auront à se familiariser avec le concept et le mode opératoire des Cmc. Ce qui suppose une meilleure maîtrise dans les domaines de l’informatique, des techniques de production de radiodiffusion, des supports multimédias, mais aussi en gestion et en petite maintenance.

L’objectif, selon les promoteurs, « est de donner aux volontaires les capacités et compétences nécessaires pour rendre opérationnels les Cmc qui seront installés dès après cette formation ». Ces structures combinent la radio, les Ntics, les télécommunications et autres services à moindre coût. Avec pour finalité, entre autres, d’aider les populations pauvres et marginalisées à surmonter les obstacles liés à la faiblesse des infrastructures, des moyens financiers et au fort taux d’analphabétisme. Et aussi pour permettre à la majorité des populations d’accéder aux Ntic et de bénéficier de toutes les possibilités et opportunités qu’elles offrent.

Grâce à eux, fait remarquer la coordinatrice du projet Mme Fatoumata Sow, « les problèmes de santé, d’éducation, d’hygiène, etc., seront réglés par la sensibilisation ». Les Cmc, ajoute-t-elle, « participent surtout à la démocratisation de l’information ». Pour le représentant du ministre des Postes, Télécommunications et des Nouvelles technologies de la communication, « ces populations qui auront toutes les commodités des Ntic, ne se sentiront plus isolées par rapport à la marche du monde et participeront au même titre que les autres au développement du pays ». Pour Alassane Sall qui aura à opérer à Ranérou, les Cmc « réduiront les distances avec les autres villes et permettront d’instituer des causeries, des débats et sensibiliser sur les maladies hivernales ». Quant à Abdou Khadre Ndiongue de Kombole, il pense que « l’internet va donner l’opportunité aux paysans, pasteurs et commerçants, de s’informer sur les tendances mondiales ». Pour leurs collègues de Goudiri, « bénéficier des services à moindre coût est l’opportunité à saisir ».

Tous ont déjà en tête qu’il est aussi des sites néfastes à éviter sur le Net.

Fatou K. SENE

(Source : Wal Fadjri, 30 juin 2005)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)