twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Externalisation des travailleurs de TIGO : Vers une confédération pour sécuriser l’emploi

lundi 22 juin 2015

Le Collectif des travailleurs des télécommunications ne compte pas baisser les bras dans la lutte contre les projets des multinationales motivés par la recherche effrénée de profits au détriment de la responsabilité sociale et de la souveraineté nationale. Face à la presse, ils ont dénoncé le projet d’externalisation des travailleurs de Tigo et comptent constituer un levier de persuasion pour sécuriser l’emploi.

C’est plus d’une centaine de travailleurs des télécommunications, regroupés autour du Collectif des travailleurs des télécommunications, qui se sont mobilisés pour dit non à l’externalisation des travailleurs de Tigo.

« On veut transférer 91 personnes vers Ericsson qui n’a qu’un contrat de 5 ans avec Sentel. Cela veut dire que ces travailleurs ne signeront pas un contrat a durée indéterminée pour sécuriser leurs emplois », a martelé Pape Tamsir Seck, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de Sentel.

Avant de fustiger le comportement de la direction générale qui essaye d’intimider les travailleurs. D’après lui, « devant le refus des employés la direction les menace de licenciement pour des raisons économiques ». Aussi, rappelle le syndicaliste, 91 employés de Tigo sont actuellement menacés par cette externalisation.

Rappelant que la Sonatel avait aussi essayé d’externaliser certains de ses travailleurs Babacar Sarr de la Sonatel déclare : « Il y’a 2 ans la Sonatel plus de 200 travailleurs de la Sonatel étaient concernés par l’externalisation. Mais face à un syndicat debout pour défendre la sécurité des travailleurs, la direction a mis ce projet aux oubliettes ».

Pour ces travailleurs, les directions, dans la recherche du profit, ont élaboré des projets qui, en réalité, tuent l’emploi dans le secteur porteur des télécommunications. Ces projets ont pour noms : externalisation, mutualisation, délocalisation, transformation.

Ainsi conscients des menaces qui pèsent sur l’emploi dans le secteur, les travailleurs lancent un signal fort à tous les travailleurs pour fédérer leurs forces pour la défense de leurs intérêts et constituer un levier formidable de persuasion. Ils n’excluent pas de constituer une confédération nationale des travailleurs de la communication.

« Dressons nous comme les pylônes que nous érigeons dans le Sénégal entier et couvrons l’ensemble du territoire national et international pour porter le message fédérateur que partout où un seul emploi est menacé, tous les emplois le sont », soutiennent-ils dans leur déclaration liminaire.

Grand Place, 22 juin 2015

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)