twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Exposition au mercure et au plomb des déchets électroniques et informatiques : Des chercheurs tirent la sonnette d’alarme

vendredi 11 avril 2014

Face aux risques environnementaux et sanitaires que représentent les déchets électroniques et informatiques, des chercheurs ont plaidé, dans un ouvrage, pour la mise en place d’un cadre institutionnel et réglementaire, et la valorisation de ces déchets

Depuis quelques années, les pays africains sont inondés d’appareils électroniques et informatiques de seconde main et souvent obsolètes.

Ces équipements comportent des composants dangereux pour la santé des populations. Aussi, étant non biodégradables, ils constituent un danger pour l’environnement.

Pis, contrairement aux pays avancés, ces Etats africains accordent très peu d’attention à ces équipements et à leurs impacts sur la santé et l’environnement.

En témoigne l’absence d’un cadre institutionnel et réglementaire sur la question. C’est cette problématique de prise en compte des déchets des équipements électroniques et informatiques et de leur valorisation dans les pays africains, notamment au Bénin, au Mali et au Sénégal, que quatre chercheurs de ces nations précitées ont soulevé dans l’ouvrage « Les déchets électroniques et informatiques en Afrique ».

Publié sous la direction du Centre de recherches pour le développement international (Crdi), en partenariat avec le Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) et l’Institut des sciences de l’environnement (Ise), cet ouvrage, fruit d’une série de recherches de trois ans, a permis de mettre en évidence les opportunités et les défis liés à la gestion et à la valorisation des déchets des équipements électroniques et informatiques.

Les auteurs, à partir d’un état des lieux et une perspective croisée ayant intégré l’analyse du contexte institutionnel, juridico-légal et la situation économique et environnementale des trois pays concernés, ont montré que les problématiques de ces déchets sont encore trop souvent sous estimées par la recherche et pas du tout prises en compte dans les politiques publiques.

Une recherche avant-gardiste et précurseur

C’est donc à juste raison que Ramata Molo Thioune, chercheur au Crdi, a souligné que cette problématique est vierge, car faiblement prise en charge par les chercheurs. Dès lors, cet ouvrage, selon elle, se veut une recherche pionnière et exploratoire.

« Rares sont les études et les enquêtes sur ces questions qui permettraient pourtant de prendre des décisions adéquates pour une meilleure gestion et une valorisation des déchets électroniques et informatiques », a regretté, hier, cette économiste/environnementaliste lors de la présentation de l’étude.

Pour le Pr. Cheikh Diop, enseignant à l’Institut des Sciences de l’environnement et un des auteurs, le document est un clin d’œil aux décideurs afin de les sensibiliser sur les dangers que constituent ces déchets qui contiennent des objets qu’on peut valoriser certes, mais contenant aussi des substances dangereuses.

« Dans ces matériaux, il y a de l’or, de l’argent et d’autres métaux précieux. Mais leur exploitation artisanale peut causer des dégâts comme ce fut le cas à Thiaroye, il y a quelques années de cela, où la récupération du plomb a causé la mort d’une vingtaine de personnes », a-t-il déclaré.

En guise de solutions, ces chercheurs, parmi lesquels on compte également Dr Mamadou Dansokho du Mali et le Dr Onsésime Honorat Flavien Satoguina du Bénin, ont recommandé la mise en place d’une législation dans les différents pays, l’arrêt de l’importation des équipements obsolètes ou la création de filières pour professionnaliser le métier de récupérateur au cas où les Etats ne sont pas en mesure d’arrêter cette importation.

Un récupérateur gagne entre 5.000 FCfa et 20.000 FCfa par jour

Cet ouvrage a révélé que le profil-type pour chaque catégorie d’acteurs (importateur, distributeur, utilisateur, réparateur, recycleur, récupérateur) est un jeune de sexe masculin âgé entre 20 et 35 ans. Ils font montre de comportements de véritables entrepreneurs.

A la différence des récupérateurs qui, en général, ont un bas niveau de scolarisation, les recycleurs ont au moins complété le niveau secondaire pour la plupart et sont tous relativement insérés dans la filière des déchets électroniques et informatiques.

Par ailleurs, l’étude a révélé que les revenus nets des récupérateurs varient entre 5.000 FCfa et 20.000 FCfa par jour. Toujours selon ce document, les montants semblent plus conséquents au Sénégal, certainement du fait du volume important de ses déchets.

El Hadji Ibrahima Thiam

(Source : Le Soleil, 11 avril 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)