twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Europe/Afrique dans les TIC - Des experts identifient les priorités en matière de recherche

mercredi 26 juin 2013

Le nouveau programme-cadre du partenariat Euro-Africa/Horizon 2020 dans la recherche dans les Tic est présenté comme une grande opportunité pour l’enseignement supérieur. Un atelier régional, ouvert hier à Dakar, sensibilise et forme des cadres venus de la sous-région afin de renforcer la participation des organisations africaines dans les appels à propositions de ce programme cadre.

L’atelier régional de sensibilisation et de formation sur la « Recherche collaborative Afrique-Europe dans le domaine des Tic/Horizon 2020 », ouvert hier à Dakar, a pour objectifs principaux le renforcement de la participation des organisations africaines dans les prochains appels à propositions de ce programme-cadre, ainsi que l’identification fine des priorités en matière de recherche dans les Tic en Afrique de l’Ouest.

Co-présidant l’ouverture de cette rencontre, Modou Mamoune Ngom, le directeur des Télécommunications du Sénégal, représentant le ministre de tutelle, a rappelé qu’aujourd’hui, grâce à la recherche-développement dans les Tic, il est permis d’espérer l’émergence de solutions adaptées dans le domaine de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, etc.

Ce qui justifie, selon M. Ngom, les initiatives de nos gouvernements, visant à l’instauration et à la multiplication des centres de recherche-développement et d’incubateur dans le domaine de Tic, qui en complément des contributions significatives des écoles et universités, fourniront un pôle de compétences et d’expertise, à même de soutenir efficacement les efforts d’éradication du sous-développement et de la pauvreté.

« Le nouveau programme-cadre du partenariat Euro-Africa dans la recherche dans les Tic revêt une importance capitale, de par ses implications socio-économiques. Aussi, il est permis d’espérer, au terme de cet atelier régional, une identification fine des priorités en matière de recherche dans les Tic en Afrique de l’Ouest », a affirmé le représentant du ministre des Télécommunications.

L’on peut également espérer, a ajouté Modou Mamoune Ngom, avoir une meilleure compréhension du cadre de recherche dans les Tic en Afrique de l’Ouest et un renforcement du réseautage et l’établissement de nouveaux liens pour de futurs projets communs.

Excellence scientifique et défis sociétaux

Olivier Sagna, représentant le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a, lui, relevé qu’en se focalisant sur les trois priorités, l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux, le nouveau programme-cadre du partenariat Euro-Africa dans la recherche dans les Tic, objet du présent atelier, est une grande opportunité pour l’enseignement supérieur en Afrique.

Au nombre de ces opportunités, M. Sagna a cité l’approfondissement ou la mise à jour des filières d’enseignement et de formation, l’adaptation des contenus et des outils pédagogiques dans un contexte caractérisé par une massification sans précédent des effectifs admis dans les établissements d’enseignement supérieur et une meilleure exploitation de la recherche scientifique dans la résolution des difficultés socio-économiques de tous ordres.

Selon le directeur général de l’Ecole supérieure multinationale des Télécommunications, Mouhamadou A. Saïbou, maître d’œuvre de cet atelier organisé par le partenariat EuroAfrica-ICT/P8, sous l’égide de la Commission européenne, la rencontre de Dakar, après celle de Lesotho et de Tunisie, vise à renforcer les liens en matière de recherche et de politique Tic dans le cadre du partenariat stratégique Afrique-Union européenne et ouvre des opportunités de collaboration entre les institutions de formation et de recherche, les industriels d’Afrique et d’Europe.

Et fort du constat de la nécessité urgente de mettre en place les différentes applications Tic pour les entreprises et les différentes communautés africaines, le directeur général de l’Esmt a réaffirmé la disponibilité de « son » institution et son engagement à nouer des partenariats fructueux dans le domaine de l’enseignement, de la formation et de la recherche.

Ce partenariat, selon Mohamadou A. Saïbou, peut se matérialiser par l’ouverture de filières de spécialisation communes, la tenue d’ateliers et de séminaires, le lancement d’une filière de recherche doctorale ainsi que l’implémentation de laboratoires de simulation et de test et la mise en place de projets de développement de contenus et d’applications Tic.

Hier, à l’ouverture de cette rencontre de deux jours, il revenait à Laura De Nale de Sigma Orionis-France, coordonatrice adjoint du programme « Euro-Africa-ICT/P8 », de faire une présentation du projet et d’expliquer les opportunités de coopération Europe-Afrique dans le domaine des Tic.

Omar Diouf

(Source : Le Soleil, 26 juin 2013)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)