twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ethiopie : La libéralisation annoncée de la téléphonie mobile aiguise les appétits

lundi 13 janvier 2020

C’est bientôt fini le temps du monopole pour l’opérateur historique Ethio Telecom. Deux nouveaux opérateurs et la privatisation de l’entreprise étatique devrait transformer littéralement le paysage de la téléphonie mobile en Ethiopie.

En février dernier le gouvernement avait mis en place une autorité fédérale de régulation des télécommunications. Suivi en juin de l’adoption d’une loi de libéralisation du secteur de la téléphonie mobile. Faisant de ce pays de 110 millions d’habitants le centre d’intérêts des géants des télécommunications que sont MTN et Orange.

Stratégie

Si Orange hésite encore entre prendre une licence et démarrer from scratch, ou prendre des actions dans d’Ethio Telecom dont la privatisation a été lancée en septembre, ce n’est pas le cas de MTN. L’opérateur Sud-africain a déjà plus un partenariat d’assistance technique avec l’unique réseau téléphonique du pays. A plusieurs reprises par le passé, il avait montré son intérêt à racheter la compagnie et c’est jusque vu opposé une fin de non-recevoir.

A la faveur de l’avènement du gouvernement Abiy Ahmed et de sa volonté de privatiser Ethio Telecom, la deuxième plus grande entreprise publique du pays après Ethiopian Airlines, les cartes ont été rebattues. L’objectif initial devrait en toute vraisemblance être maintenu.

Potentialités

Ethio Telecom est l’opérateur qui détient le record de l’opérateur qui détient le plus d’abonnés dans un seul pays en Afrique. Le racheter revient à ajouter près de 60 millions de clients dans son portefeuille et avoir une assise définitive sur le continent. Au-delà de cela, c’est une entreprise très rentable du fait certainement de son ancienne position monopolistique.

Malgré cela, à peu près la moitié des populations n’est pas connecté à des services de télécommunications. Empêchant le gouvernement de lancer un vaste programme de digitalisation des services publics. Un vivier qui sera le terrain de chasse des futurs entrants sur le marché.

Pour rappel, la libéralisation est prévue pour le premier semestre 2020.

(Source : ICT4Africa, 13 janvier 2020)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)