twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Eric Schmidt, Executive chairman de Google passe une semaine en Afrique. Ses observations

mercredi 30 janvier 2013

Après une semaine de réunions d’affaires dans les villes d’Afrique sub-saharienne, on peut certainement dire qu’il y a 3 nouvelles tendances sur le continent :

- A) la direction despotique des années 1970 et 1980 en Afrique est en déclin, remplacée par de jeunes leaders plus démocratiques.
- B) un boom démographique énorme et jeune est en cours, avec une majorité de la population âgée de 25 ans, voire moins de 20 ans dans certains pays.
- C) Les téléphones mobiles sont partout et l’Internet en Afrique sera principalement mobile.

Beaucoup de problèmes plus anciens sont toujours graves,tels que le manque d’électricité, la tendance générale à l’exode rurale et la corruption généralisée. Tous les pays que nous avons visité avaient un problème de sécurité interne ou un problème de frontière important. Les élites sont à l’abri de ces préoccupations omniprésentes derrière des murs gardés, des hôtels et des restaurants avec des portes et des contrôles de sécurité. J’essaie d’imaginer ce que les Etats-Unis seraient s’ils avaient les mêmes types de problèmes de sécurité que l’Afrique …Comment pourrions-nous faire face à ces menaces ?

La connectivité est beaucoup plus importante pour la sécurité que de nombreux analystes le pensent. Les sociétés qui ne sont pas connectées manquent de points de vue opposés et sont beaucoup plus sujettes à une radicalisation facile. L’avantage d’avoir plus de connectivité, c’est que les gens auront plus de choix et plus de choix conduit à une meilleure compréhension de la valeur de l’instruction, la nécessité de bien traiter les femmes, le choix de ne pas diaboliser les autres, etc.

Nairobi est devenu une plaque tournante de la technologie et est très près de devenir le leader africain. La combinaison d’une politique relativement stable, d’un système juridique britannique et d’un climat mineur semblent attirer une part importante des investissements étrangers. Les incubateurs sont des solutions d’hébergements possibles à de nombreux problèmes, y compris le raccordement de M-Pesa (la solution d’argent mobile sur les téléphones simples à l’aide de SMS) avec les systèmes de paiement pour les magasins locaux. Si le pays réussit à passer à travers les élections de mars à venir, sans conflit important, il va grandir rapidement.

Le Rwanda est un petit bijou avec un terrible passé. La forte croissance économique et le développement d’une classe moyenne importante sont menacés par le retrait de l’aide suite à des plaintes de l’ONU sur le Congo. Le Rwanda est comme Singapour, une île à l’intérieur de l’Afrique dont la petite taille permet une grande concentration,une dynamique et un gouvernement stable. Une visite au Musée du Génocide à Kigali et une excursion dans le parc national volcanique pour voir les gorilles rendu célèbre par Diana Fossey, en valent la peine. Les gorilles Treks sont également présents en Ouganda et au Congo, sur les mêmes montagnes.

Après 50 ans de guerre, le Sud-Soudan est le pays le plus récent du monde. Dans un pays où chaque question est urgente, les réseaux mobiles peuvent unifier ce pays pauvre avec ses villages isolés, des inondations importantes dans la saison des pluies et la menace constante des attaques des rebelles du nord. Un groupe de courageux, le projet Satellite Sentinel. utilise des données satellitaires et d’autres sources pour documenter le nettoyage ethnique dans les zones reculées du Soudan (le nord du Soudan) et enregistrer les signes de la terrible violence continue contre des innocents.

Le Tchad est un pauvre pétro-État, avec une longue histoire de conflits, un pipeline et une liaison par fibre optique. L’Afrique a des câbles de fibres sous-marins à l’ouest et à l’est. Les pays sans littoral sont à la merci de leurs voisins et tous ont appris que la concurrence avec des connexions à fibres multiples de frontières divergentes réduit considérablement les coûts. Le Tchad comme d’autres, a déterminé que l’avenir ne doit pas être vendu aux enchères. Moins de 1% du Tchad a l’électricité.

Le Nigeria, connu comme une terre de corruption dans le secteur pétrolier et les 419 omniprésents courriels frauduleux, est la plus grande surprise pour une première visite. Les nigérians sont entreprenants, élégants, instruits et ont la conviction que leur pays peut émerger comme le prochain Brésil. Avec ses 170 millions de citoyens et un record de 11 années de gouvernement civil élu, la croissance composée et la mémoire partagée des conflits internes réels garantit presque leur succès à court terme. La croissance future du Nigeria devrait aider son problème d’image à l’nternational et ainsi la véritable histoire de son succès sera connue.

Le modèle émergent de l’Internet africain est un ensemble de fournisseurs de fibres concurrentielles de la capitale, un ensemble d’anneaux de fibres appartenant aux opérateurs de télécommunication locaux et les réseaux 3G et 4G. Certains de ces pays sont en retard pour l’obtention de licences pour la 3G et 4G, un retard qui s’avère coûteux pour eux. La solution solaire peut combler les besoins en électricité des abonnés, mais l’électricité doit être plus fiable ou des systèmes coûteux de sauvegarde seront construit à chaque fois. Pour plusieurs de ces pays, les télécommunications contribuent significativement dans la valeur du PIB (12% du PIB ivoirien) et même la Somalie, que nous n’avons pas visité cette fois, a une industrie des télécommunications concurrentielle et rentable, d’ailleurs c’est l’industrie légale la plus rentable de ce pays. Certains pays sont réticents à l’idée de mettre la portion de données de leur secteur des télécommunications, un autre retard coûteux pour leur avenir numérique dans les secteurs du commerce, de l’éducation et du divertissement.

Beaucoup d’Africains seront les derniers, malheureusement, à se connecter aux autres. Pour eux, le meilleur résultat à court terme ce sera les feature phones et un réseau privé de cartes microSD qui peut permettent des échanges, loin des autorités oppressives, pour obtenir des informations. Le savoir est une arme et plus d’informations signifie plus de choix. Dénoncer les abus, faire pression sur l’extérieur pour résoudre les problèmes réels et la résolution de l’analphabétisme sont juste quelques fonctions du plus limité des feature phones.

Le dividende démographique en Afrique des jeunes est le plus grand espoir, à mon avis. Aujourd’hui, les taux élevés de chômage montrent une économie qui n’utilise pas son véritable potentiel. Cette nouvelle génération attend davantage et est prête à utiliser l’informatique mobile pour s’en sortir. L’optimisme est appropriée pour l’Afrique. Les gens qu’on y rencontre font beaucoup plus avec moins que ce que nous pouvons imaginer. Les dispositifs et systèmes construits dans le monde seront utilisé dans des moyens plus créatifs dans le monde émergent de l’Afrique nouveau.

Texte d’Eric Schmidt [1], co-fondateur de Google, traduit de l’anglais. (Lire l’article original)

(Source : Afrique ITnews, 30 janvier 2013)

[1] Eric Emerson Schmidt, né le 27 avril 1955, à Washington D.C. a été le CEO (PDG) de Google de 2001 au 4 avril 2011, date à laquelle il devient executive chairman (président exécutif du CA) et est remplacé par Larry Page, co-fondateur de Google.

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)