twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Epuisement globale des adresses IPv4 : En transition vers IPv6

mercredi 1er août 2007

Selon des études publiées par plusieurs experts et un article publié par AfriNIC en Avril 2007 , il apparait clairement que le pool central des adresses IP version 4 (IPv4) vont s’épuiser d’ici trois à quatre ans.

Port Louis, 1er Août 2007

A tous nos membres

Chers Membres,

RE : Epuisement globale des adresses IPv4 : En transition vers IPv6

Avant toute autre chose nous tenons à vous témoigner notre reconnaissance pour le soutien dont a continué de bénéficier nos activités de votre part à travers la région. A travers ce courrier nous aimerions attirer votre attention sur l’avenir des ressources numériques d’Internet.

Selon des études publiées par plusieurs experts et un article publié par AfriNIC en Avril 2007 , il apparait clairement que le pool central des adresses IP version 4 (IPv4) vont s’épuiser d’ici trois à quatre ans. En tant que Registre Internet Régional chargé de la gestion des adresses numériques du Protocole Internet, il nous est paru opportun d’attirer l’attention de nos membres en particulier et de la communauté Internet Africaine en générale sur la situation en mettant un accent particulier sur la solution à long terme qu’est l’adoption d’IPv6 la nouvelle version du protocole.

AfriNIC avise les Operateurs à agir promptement pour adopter IPv6.

La version 4 du Protocole Internet grâce à laquelle fonctionne l’internet depuis plus d’une vingtaine d’années a montré des limites, particulièrement avec l’épuisement des identifiants numériques qui lui permettent de fonctionner de façon globale et connu sous le nom d’adresses de Protocole Internet (adresses IP). Cette situation est essentiellement dû à la forte croissance de l’utilisation d’Internet ces dernières années. Aujourd’hui, seulement 18% du total de la plage adressable IPv4 est encore disponible. A la vitesse à laquelle elles sont allouées en dépit des mesures assez rigoureuses d’évaluation des besoins mis en place par tous les Registres Internet Régionaux (RIR) elles ne seront certainement pas disponibles au-delà de 2010-2011.

Bientôt donc (d’ici trois à quatre ans), AfriNIC ne sera plus en mesure d’allouer des blocks d’adresses IP aux Operateurs avec une garantie d’agrégation. Afin d’éviter une situation ou le développement des infrastructures Internet de notre région soit retarde par l’indisponibilité d’adresses (versions 4) nous demandons expressément aux opérateurs réseau de la région d’agir promptement pour l’implémentation d’IPv6 dans leur réseau tout au moins dans un premier temps en cohabitation avec les adresses IPv4. Bien que le moment ne soit pas à la panique, il est tout de même important d’agir dés maintenant afin d’éviter plus tard une situation d’urgence.

IPv6, le protocole conçu et défini comme standard par l’IETF (Internet Engineering Task Force) depuis la fin des années 90, étend la plage adressable à des milliards de milliards d’adresses avec des améliorations de son fonctionnement résultants des leçons et expériences tirés du déploiement et de l’utilisation IPv4. Il est tout à fait indiscutable aujourd’hui que la solution à long terme n’est pas de continuer à déployer des réseaux uniquement basés sur IPv4 mais plutôt de passer dès maintenant à une Infrastructure compatible IPv6.

Depuis 2005, AfriNIC a lancé une campagne continentale pour Introduire IPv6 aux opérateurs et décideurs politiques. Cette campagne nous a conduits à ce jour dans plus de 12 pays en Afrique et dans l’Océan Indien où plus de 500 personnes ont été formées et informées sur IPv6 et son déploiement.

Le conseil d’Administration d’AfriNIC vient d’approuver un plan visant à intensifier cette campagne avec comme objectif de toucher tous les pays de la région d’ici la fin de 2010. Ce plan se focalisera essentiellement sur la formation des Ingénieurs aux divers mécanismes de transition pour un déploiement en douceur d’IPv6. Il prévoit également l’utilisation de différents moyens de communication afin d’atteindre le maximum d’acteurs d’ici la date butoir.

Du fait qu’une bonne planification est un facteur clé du succès et d’une transition à coût limité dans ce genre de situation, nous encourageons vivement les opérateurs de notre région à une action immédiate.

Finalement et afin d’encourager le déploiement d’IPv6, le conseil d’administration d’AfriNIC a également décidé de reconduire l’annulation de tous les frais associés à l’allocation d’adresses IPv6 par AfriNIC.

Le personnel d’AfriNIC est entièrement à votre disposition pour toutes informations complémentaires relatives à IPv6 et à l’épuisement futur du pool central d’IPv4.

Cordialement,

Adiel A. Akplogan
Chief Executive Officer, AfriNIC

(Source : Afric, 1er août 2007)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)