twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Entretien avec Moustapha Diakhaté, secrétaire général du RESTIC

mardi 3 novembre 2009

Ce mois ci la rédaction d’Itmag.sn reçoit pour sa rubrique « Invité du mois » Moustapha Diakhaté, secrétaire général du Rassemblement des Entreprises du secteur des TIC (RESTIC).

Bonjour M. Diakhaté. Pouvez-vous en quelques mots vous présenter à nos internautes ?

Mon nom c’est Moustapha Diakhaté, je suis un sénégalais. Du point de vue formation, j’ai eu après le BAC à faire l’université de Dakar, ensuite j’ai eu la chance d’aller aux USA où j’ai fais deux masters. Le premier je l’ai fait en management, le second je l’ai fait en management des TIC, ce qu’on appelle le fameux « IT management ». Après cela j’ai commencé une carrière dans la finance, mais par le back-office. Nous avons été les premiers à travailler pour les compagnies américaines comme la Chase Manhattan Bank mais surtout pour l’aspect backoffice. Après le backoffice, j’ai commencé le front office pour m’occuper des marchés obligataires en rapport même avec les investissements que ces grands opérateurs financiers faisaient dans la fibre optique entre les continents en enfouissant également des câbles sous-marins. Donc cela à été vraiment mon premier contact avec l’industrie des télécoms. Quand j’ai fini cela je suis revenu en Afrique où j’ai travaillé avec des fonds qui étaient sponsorisés par l’OPIC (office of privates investments Corporation) basé à Washington qui sponsorisait des fonds qui étaient destinés aux pays émergeants. Dans ce cadre là j’ai mis en place une structure qui s’appelle Walo Capital Advisers qui permettait à ces fonds qui étaient basés aux USA et à Londres de faire un travail de terrain sur des prospects en investissement visant à évaluer le potentiel du marché destinataire et essayer un peu d’évaluer le cadre macro économique, connaitre le potentiel de profit... donc j’ai fait ce travail là pendant quatre ans. Depuis deux ans j’ai mis en place avec des sénégalais une structure qui s’appelle « Fibre Réseaux » qui vise à participer au maillage global de l’Afrique en fibre optique. Nous nous sommes rendu compte finalement que ce maillage devait se faire non pas aussi rapidement que nous l’aurions souhaité mais que ça devrait se faire un peu progressivement. Voila grosso modo mon CV.

Qu’est ce qu’est le RESTIC et quelle est sa raison d’être ?

Le RESTIC a été fondé en septembre 2007 par un club d’entrepreneurs, des gens qui s’étaient connus dans la sphère internationale mais qui du point de vue de leurs relations se connaissaient pour la plus part depuis le lycée, depuis l’université d’abord de Dakar mais aussi des universités canadiennes et américaines. Certains servaient d’abord ici en Afrique de l’ouest, au Sénégal et dans la sous-région, d’autres servaient d’abord au Canada, en France et aux USA. Nous nous sommes retrouvés et nous avons pensé qu’il fallait mettre en place des mécanismes de plaidoyer dynamiques pour le secteur, parce que nous croyons qu’un secteur qui en terme de chiffre d’affaires dépassait le milliard de dollars, qu’il fallait au moins une meilleure présentation de son potentiel, mais aussi créer un cadre qui puisse être une sorte de pépinières pour les futures entrepreneurs et puis également en profiter pour lancer des concepts comme par exemple le capital risque (Venture Capital), créer ce qu’on appelle des incubateurs pour que ceux qui aspirent à l’entreprise, ceux qui aspirent à marier le capital et l’innovation puissent trouver un terreau fertile. Ce sont ces idées là qui nous ont poussé à mettre en place le RESTIC, pas comme une organisation patronale, mais plutôt comme un Trade Group, parce que dans un Trade Group l’aspect patronal n’est pas extrêmement important, ce qui est important ce sont les gens qui militent pour des idées, une façon en faire. Là c’était en 2007, maintenant que nous somme en 2009, après évaluation, nous nous sommes rendu compte que finalement l’aspect patronal devait avoir un certain poids dans notre travail, devait être fondamentalement une composante dans notre travail. Mais nous restons convaincu que nous sommes un Trade Group et que en le faisant nous pouvons participer à un meilleur essor et à un meilleur rayonnement des TIC et leur application pour faire avancer ce pays.

Combien d’entreprises membres comptez vous actuellement au sein du RESTIC ?

Aujourd’hui, plus d’une vingtaine, dont les neufs ou les douze sont les plus représentatives.

Il existe une autre organisation dans ce même secteur (NDLR : l’OPTIC), ne faites vous pas un peu la même chose ?

Nous ne faisons pas la même chose parce que du point de vue de nos méthodes de fonctionnement, nous sommes une organisation indépendante, nous ne sommes adossés à aucune organisation patronale agrégée, nous voulons être extrêmement indépendant dans nos méthodes opératoires, dans notre approche de la manière d’appréhender la problématique des TIC au Sénégal, mais aussi indépendant en termes de ressources et d’actions vis-à-vis de l’Etat, du gouvernement et des autres acteurs du secteur.

En votre qualité de secrétaire général du RESTIC, pouvez-vous nous faire un état des lieux du développement des TIC au Sénégal ?

L’Etat des lieux est extrêmement difficile à faire parce nous nous sommes rendu compte que l’environnement n’était pas un des meilleurs surtout pour le lobbying, bien que nous nous efforçons dans la mesure du possible de faire avancer un certains nombre de dossiers. Vous nous avez entendu la dernière fois faire une sortie sur le service universel qui devait être jusqu’à présent un très grand chantier sur lequel beaucoup d’entreprises sénégalaises pouvaient avoir l’opportunité d’y participer mais nous nous sommes rendu compte qu’a un certains moment le service universel n’avançait pas. Depuis 2001 le Sénégal a été l’un des premiers pays à lancer le fond de service universel (FDSU). Ce fond a été structuré depuis 2003, les contributions ont commencé à tomber depuis deux ou trois ans mais jusqu’à présent je me demande même si on est entrain utiliser le dixième des fonds qui jusqu’à présent ont été mobilisés. En réalité ce chantier ne connait pas d’avancement, c’est dans ce domaine là où le RESTIC compte inscrire son action, mais également sur un certains nombre de dossiers en attente ou en stand by, des dossiers qui n’avancent pas et qui doivent dans ce pays là avancer. Nous l’avons fait sur le dossier du dégroupage qui consiste à voir comment obliger l’opérateur historique à ouvrir ses répartiteurs, ses sous répartiteurs, ses fourreaux à d’autres start-up afin qu’ils puissent se déployer en ciblant des niches de marché. Tout cela sont des dossiers sur lesquels nous nous activons mais il est extrêmement difficile de le faire car jusqu’à présent nous n’avons pas une certaine identité avec un certains nombre d’acteurs sur un certain nombre de priorités.

Quels sont les leviers qui d’après vous sont essentiels pour un développement substantiel des TIC au Sénégal ?

Le levier essentiel c’est repenser un peu la réglementation et la régulation dans ce pays. Ceci est fondamental. Dans tous les pays où les TIC ont pu jouer leur rôle, c’est parce qu’en amont il y a eu une régulation et une réglementation qui a vraiment joué son rôle. D’abord pour plus de fluidité dans l’intégration de l’innovation pour une concurrence beaucoup plus effective mais aussi surtout pour éviter des situations de monopole ou de duopole. Donc il est extrêmement important de repenser toute l’armature réglementaire et régulatrice. L’autre levier est qu’il faut que nos autorités puissent savoir d’où nous venons en termes de TIC, où sommes nous, et vers où souhaitons-nous aller. En termes d’objectifs stratégiques, je ne suis pas sûr que nous savons où nous allons en termes de priorité pour le proche avenir, je ne suis pas sûr que les priorités sont bien agencées dans le domaine des TIC. Je le dit clairement, le Sénégal a été l’un des premiers pays à dérouler une plateforme pour le réseau fixe, après cela nous avons été l’un des premiers pays à faire ce que l’on appelle un maillage, à faire ce qu’on appelle un Ring de fibre optique, ensuite nous avons été rattrapé par l’essor du wireless à travers la téléphonie mobile. Mais il est extrêmement intéressant de voir à l’image de ce qui se passe en Europe, si nous délaissons notre fibre optique pour nous concentrer sur la téléphonie mobile, mais où vont passer les contenus ? Pour créer une industrie dynamique de contenus, il est extrêmement important de repenser le maillage de notre sous sol en fibre optique parce que ces contenus exigent des débits accrus et beaucoup de bandes passantes, débits qu’on ne retrouve pas sur les réseaux wireless. Devons nous aujourd’hui laisser tel quel le fixe qu’on avait fait avec la possibilité que ce fixe nous soit utile avec les fameux 4/6 et le 4/7 ? Devons nous continuer le maillage en fibre optique en repensant les coûts en terme de génie civil et en créant des conditions de mutualisation de ces coûts avec l’opérateur historique qui a fait un excellent travail dans ce domaine là ? Ou bien devons nous laisser tout cela pour nous lancer dans le WIMAX qui a montré aujourd’hui ses limites en termes de transit et de bande passante ? Je pense qu’il est extrêmement important dans ce pays que l’on puisse agencer nos priorités.

Les entreprises du secteur des TIC ont-elles accès aux marchés publics concernant les TIC ?

C’est ça le plus grands problèmes de ces marchés, c’est pourquoi nous avons dans le secteur des technologies des start-up qui n’auront jamais la chance d’aller au-delà de leur statut de PME et de PMI parce que l’accès à ces marchés là est devenu problématique parce il y un assaut des équipementiers étrangers via la coopération internationale et le cas le plus patent a été le marché de l’intranet gouvernemental avec ce qui a été donné aux coréens et aux chinois. Mais le second aspect est également le fameux code des marchés publics qui systématiquement ne permet pas à certaines PME et PMI avec des niveaux de capital qui ne sont pas conséquent d’accéder à la commande publique. Et ça c’est une réflexion majeure à engager au-delà des TIC. C’est la PME et la PMI sénégalaise dans tous les secteurs qui n’arrive pas à capter réellement sa part qui lui revient de droit dans la commande publique. Il faut faire une réflexion sur le code des marchés publics et créer des mécanismes d’allotissement qui sont aujourd’hui le moyen parmi tant d’autres qui permet à ces structures de taille moyenne d’avoir accès à ce marché de 700 milliards par an qui est assez conséquent.

Le Sénégal a depuis janvier 2009 un troisième opérateur de télécommunication. Ce nouvel entrant a-t-il eu un impact sur le marché ?

Je ne suis pas très bien placé pour savoir si ce nouvel entrant a eu impact ou non sur le marché globalement. Mais je pense que sur le principe de la diversité des réseaux et sur le principe de permettre une meilleure fluidité dans le secteur des télécoms, mais aussi pour donner au consommateur beaucoup plus de choix et de diversité, moi je pense que l’entrée de Expresso a été vraiment souhaitable pour le secteur. Maintenant il appartient à cette entreprise par son plan marketing, par sa possibilité de capter des parts de marché, mais aussi par sa possibilité disputer des parts de marché qui revenait aux opérateurs historiques, de trouver aussi son chemin parce maintenant c’est vraiment devenu le monde de la concurrence et il faut déployer également des trésors d’imagination, une stratégie pour pouvoir non seulement accroître sa part de marché mais aussi fidéliser ses parts de marchés.

Quelles sont les actions que réalise le RESTIC pour promouvoir les technologies de l’information au Sénégal ?

D’abord, le premier axe est le plaidoyer dynamique ou bien le lobbying actif comme on dit. Le second aspect qui me tient à cœur parce que nous sommes un regroupement d’entrepreneurs, il est extrêmement important que nous puissions mettre en place un cadre incubateur pour que les entrepreneurs potentiels puissent trouver auprés du RESTIC un accompagnement nécessaire à l’expérience de l’entreprise, ceci est extrêmement fondamental. L’autre axe que nous voyons nous voulons créer des situations pour meilleur accès aux capitaux dans ce pays. Le Sénégal est le seul pays qui apparemment est très sérieux dans ses ambitions de faire de notre pays une fenêtre des TIC hors nous avons ni le capital risque, ni de venture capital. Nous n’avons ni de fonds de pré amorçage, ni de fonds d’amorçage. Aujourd’hui, les jeunes entrepreneurs ou les innovateurs qui veulent se lancer dans l’entreprenariat ont d’énormes difficultés. C’est le parcours du combattant pour non seulement accéder au financement, mais aussi à ce qu’on appelle le « seat money », ce petit fond d’un à cinq millions qui vous permet d’avoir le temps de murir votre réflexion, de lancer un produit test pour savoir si ce produit peut prétendre à un potentiel commercial, pour ensuite lancer votre entreprise. Les entrepreneurs en gestation n’ont même pas accès au seat capital. Je pense que l’action du RESTIC est d’alerter les autorités pour qu’ensemble nous réfléchissions à améliorer le cadre, à créer ce qu’on appelle le terreau fertile qui permet l’émergence de futurs entrepreneurs. En réalité si Google est aujourd’hui Google, si Yahoo ! était hier Yahoo !, si Microsoft est aujourd’hui Microsoft, c’est parce qu’il y a eu des jeunes qui étaient dans leur vingtaine et à un certain moment ont eu des idées mais qui ont trouvé un cadre macro et microéconomique qui a porté ces idées là et qui les à aider à porter ces idées là. Google c’est quoi ? C’est l’histoire de deux étudiants qui étaient dans les labos de l’université de Stanford, Yahoo ! aussi c’est l’histoire de deux étudiants qui étaient dans leurs années de préparation de doctorat. Avant cela on a eu des compagnies comme Microsoft, c’est l’histoire d’un étudiant qui n’a même pas étendu son bachelor, qui a un certain moment a dit qu’il avait un réel potentiel avec ce qu’on appelle « Windows ». Tout çà a été possible parce qu’il y avait des gens qui ont cru à leurs idées, il y avait des systèmes qui avaient été mis en place pour les accompagner. Existe-t-il ces mécanismes d’accompagnement dans notre pays ? C’est ça la grande question ! L’Action du RESTIC s’oriente vers cela en posant d’abord le débat et en aidant également les autorités à mettre en place un cadre qui puisse permettre à ces entrepreneurs de pouvoir émerger.

Moustapha Diakhaté, la rédaction d’ITmag.sn vous remercie d’avoir bien voulu nous accorder cet entretien. Merci et à bientôt.

Propos recueillis par Mountaga Cissé et Amadou Makhtar Fall

(Source : ITmag, 4 novembre 2009)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)