twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Enseignements politiques, juridiques et réglementaires : Muscler les organismes africains de régulation

vendredi 15 mai 2009

Les organismes de régulation des télécommuni­cations, qui contrôlent la structure du marché et la diffusion des nouvelles technologies, font désormais partie du paysage règlementaire mondial.

La plupart des investissements provenant du secteur privé, les pouvoirs publics ont le rôle de définir les objectifs de base de leur politique en matière de télécommunications ; il revient aux organismes régulatoires de les mettre en œuvre, et c’est aux tribunaux plutôt qu’à d’autres tutelles administratives de veiller à leur respect.

Selon l’UIT, 60 pour cent des organismes africains de régulation sont autonomes vis-à-vis du pouvoir exécutif et donc « indépendants ».

Certains experts s’étonnent que la création de tels organismes n’ait pas enclenché un surcroit d’investissements privés.

En Amérique latine et aux Caraïbes, l’investissement privé dans les télécommunications est passé de 13.7 milliards USD en 1991 à 47.1 milliards en 1998, avant de refluer pendant neuf ans, pour atteindre 15.1 milliards en 2007.

Si l’investissement privé en Afrique augmente régulièrement (de 5.4 milliards USD en 2000 à 13.5 milliards en 2007), la progression aurait pu être supérieure, aux dires de certains, avec des cadres règlementaires plus adaptés.

Dans un grand nombre de pays africains, la participation du secteur privé aux télécommunications a achoppé sur des décisions règlementaires discriminatoires.

Certains organismes, qui se déclarent « indépendants » devant l’UIT, agissent au rebours de cette assertion. Au Mozambique, la règlementation des tarifs est encore fixée pour l’essentiel par l’opérateur historique de téléphonie fixe.

En Afrique du Sud, conformément à une décision de l’organisme de régulation, le concurrent de l’opérateur historique de téléphonie fixe Telkom n’est devenu opérationnel que trois ans après la fin du monopole de ce dernier et pour un éventail limité de services. Au Kenya, en Namibie et au Rwanda, les opérateurs traditionnels de téléphonie fixe sont privilégiés par les organismes au gré des préférences de l’État.

Outre l’indépendance et une bonne gouvernance, les institutions politiques doivent être responsables de leurs actes pour assurer la prévisibilité du processus règlementaire.

Tout cela améliore les perspectives d’investissement. Mais la responsabilité politique reste encore un objectif assez lointain en Afrique par rapport aux pays de l’OCDE.

La Banque mondiale a naturellement introduit dans ses contrats de prêts des clauses devant protéger les organismes de régulation de toute ingérence du politique.

Mais l’environnement politique n’a pas souvent admis le développement de ces organismes, et sitôt le prêt de la Banque mondiale arrivé à son terme, la plupart d’entre eux ont perdu le soutien des autorités, et ils ont alors été contournés ou sont tombés sous la coupe des entreprises qu’ils étaient censés contrôler.

Les partenaires internationaux au développement doivent eux aussi redoubler d’efforts pour amener les acteurs politiques à assumer leur responsabilité et pour améliorer la formation au sein des organismes de régulation.

JPEG - 63.2 ko
L’environnement règlementaire des télécommunications en 2007
JPEG - 99.6 ko
Contribution des opérateurs de téléphonie mobile aux recettes publiques

Quels organismes doper ?

Le réseau Research ICT Africa a lancé en 2006 une enquête auprès des leaders du secteur, des organismes de régulation et de la société civile dans 14 pays d’Afrique subsaharienne. Selon l’enquête, ces acteurs doutent à l’évidence de l’efficacité de l’environnement règlementaire.

On observe une forte corrélation entre, d’une part, les résultats en termes d’environnement règlementaire des télécommunications (ERT) présentés à la figure 7 et, d’autre part, la profondeur des réformes du marché et son efficacité.

Dans les pays qui obtiennent des ERT supérieurs, la régulation encourage l’investissement. Des pays moins efficaces - comme l’Éthiopie, le Kenya, la Namibie et le Rwanda - ont mis du temps à engager les réformes du marché.

En 2007, les opérateurs classiques de téléphonie fixe d’Éthiopie et de Namibie étaient toujours des entreprises publiques. Dans les quatre pays, la performance de ces opérateurs est décevante, avec un taux de pénétration inférieur à 2 pour cent de la population.

En Éthiopie, le marché de la téléphonie mobile était encore régi par un monopole en 2008, et moins de 2 pour cent de la population possédaient un téléphone cellulaire. Au Rwanda, où la seconde licence de téléphonie mobile n’a été attribuée que fin 2008, le taux de pénétration atteint à peine 8.3 pour cent.

Au Kenya et en Namibie, qui affichaient en 2008 un taux respectif de pénétration de la téléphonie mobile de 38 et 62 pour cent, le sentiment d’inefficacité s’explique par la forte interférence de l’opérateur de téléphonie fixe (pour le Kenya) et par la stagnation des réformes (pour la Namibie).

À l’inverse, dans les pays les plus performants en terme d’environnement règlementaire - à savoir la Côte d’ivoire et le Nigeria - les opérateurs de téléphonie fixe ont été partiellement privatisés, avec un taux de pénétration d’environ 10 pour cent en 2007.

La téléphonie mobile est devenue assez concurrentielle (avec respectivement quatre et sept opérateurs différents), pour un taux de pénétration proche de 40 pour cent en 2008.

Le cas du Nigeria est exceptionnel : le pays possède au total sept opérateurs de téléphonie mobile, deux entreprises nationales de télécommunications, 22 opérateurs de téléphonie, 52 opérateurs VSAT et 36 FAI.

Sauver les opérateurs de téléphonie fixe

Les pouvoirs publics ont su adopter des régimes de licence convergente pour tenter de sauver leurs opérateurs historiques de téléphonie fixe qui voyaient leur trafic s’éroder au profit de leurs rivaux de la téléphonie mobile.

Auparavant, il fallait solliciter une nouvelle licence pour chaque nouveau service ou technologie proposés sur le marché. Le nouveau système introduit davantage de flexibilité. Avec ces licences « neutres » sur le plan de la technologie, l’opérateur choisit lui même la technologie qu’il introduira dans son offre.

Les opérateurs mobiles ont le choix entre les technologies sans fil GSM ou AMRC. Grâce à un système neutre sur le plan des services, l’opérateur peut opter entre ceux qui ont la faveur des consommateurs ou ceux qui paraissent les plus rentables.

Les opérateurs de lignes fixes peuvent ainsi sortir des réseaux classiques aux infrastructures couteuses pour opter pour les technologies sans fil. En Afrique, ces opérateurs se tournent de plus en plus vers la technologie sans fil AMRC pour assurer la liaison du « dernier kilomètre ».

Ils recourent aux technologies mobiles de manière plus agressive afin de contester la position dominante actuelle des opérateurs mobiles.

Une attitude technologiquement neutre des organismes de régulation contribue par ailleurs au développement des stratégies de service universel dans les zones rurales. Dans les zones à faible revenu faiblement peuplées, les lignes fixes ne sont pas la solution idéale.

En Ouganda, l’opérateur de téléphonie fixe UTL, l’opérateur de téléphonie mobile Celtel et le sud-africain MTN (Mobile Telephone Networks), adjudicataire d’une licence technologique neutre, sont tous candidats pour un appel d’offre de service universel en milieu rural.

Technologies et services « neutres » gagnent du terrain partout en Afrique, de l’Afrique du Sud à l’Égypte, en passant par le Botswana, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Nigeria, l’Ouganda et la Tanzanie.

Dans le club encore assez restreint de régions à avoir adopté un régime de licences convergentes, l’Afrique occupe une place importante, aux côtés de l’Australie, du Japon, de la Malaisie, du Pakistan, de Singapour et des pays de l’UE.

Les opérateurs de téléphonie fixe ont également besoin d’un coup de pouce règlementaire pour les frais de terminaison d’appel.

Les sommes élevées imposées au départ sur la terminaison d’appel par les opérateurs de téléphonie fixe aux réseaux mobiles ont permis de financer les investissements des opérateurs fixes dans le cellulaire, mais elles perdurent alors que les réseaux mobiles sont désormais plus développés que les réseaux fixes.

Les frais de terminaison d’appel dans les réseaux mobiles diminuent par ailleurs à mesure que le trafic augmente - ce qui impose une réforme des tarifs pour éviter tout abus de position dominante sur des marchés de téléphonie mobile qui deviennent matures.

Taxer l’envolée du mobile

Étant donné la taille du secteur informel - qui peut atteindre jusqu’à 70 pour cent de la population dans certains pays - les gouvernements africains ne bénéficient que d’une assiette fiscale réduite, qui se limite le plus souvent aux grandes entreprises exportatrices.

Les opérateurs de téléphonie mobile ont de plus en plus de clients et leurs revenus augmentent, offrant ainsi aux autorités budgétaires d’un pays l’occasion d’élargir cette assiette fiscale.

Une étude menée sur 15 pays (figure 8) a révélé que dans sept d’entre eux, les opérateurs mobiles assuraient plus de 8 pour cent des rentrées fiscales de l’État.

En moyenne, les taxes représentent 29.4 pour cent des recettes de l’opérateur - mais elles peuvent atteindre jusqu’à 53 pour cent en Zambie, 45 pour cent à Madagascar et 43 pour cent au Gabon ou en Tanzanie.

C’est en RDC qu’elles sont les plus faibles (16 pour cent). La GSM Association estime qu’en 2006 les opérateurs de téléphonie mobile en Afrique ont rapporté plus de 5 milliards USD de taxes, dont environ 77 pour cent pour les seuls opérateurs d’Afrique du Sud et du Nigeria.

Une analyse réalisée en 2006 dans 15 pays d’Afrique subsaharienne révèle que les taxes sur les combinés représentaient en moyenne 31.1 pour cent de leur prix, soit bien plus que le taux moyen d’imposition des équipements de réseau (21.2 pour cent), des connexions et des abonnements (15.3 pour cent) et de la durée des communications (18.3 pour cent). Dans les nomencla­tures fiscales, les combinés font souvent partie des produits de luxe.

Mais ces taux cachent des différences. Alors que le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie sont les pays qui taxent le plus l’utilisation (à plus de 25 pour cent du prix demandé par l’opérateur), ce sont les mêmes qui taxent le moins les combinés (à moins de 20 pour cent).

Dans certains pays, l’ampleur du marché de l’occasion permet d’échapper aux taxes sur les combinés.

Mais les taxes sur la durée des communications sont incontournables et, dans la mesure où les dépenses pour des services mobiles représentent un important pourcentage du revenu moyen en Afrique, la sensibilité de la demande aux tarifs est plus vive que dans les pays de l’OCDE.

Le taux de pénétration dans les PME informelles risque d’être pénalisé par un coût excessif du téléphone mobile (utilisation et taxes comprises).

(Source : Perspectives économiques en Afrique, 15 mai 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)