twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Dysfonctionnements du système Gaindé : Un délai de 20 jours pour conjurer le mal

mercredi 10 août 2011

L’administration des douanes s’est engagée à venir à bout des dysfonctionnements notés dans son système de dédouanement Gaindé. Elle s’est donné un délai de 20 jours pour rétablir le système en phase de migration vers sa version 2010. Le préjudice que les dysfonctionnements du système de dédouanement Gainde ont causé aux entreprises a fini de susciter une réaction auprès des autorités. La Douane s’est donné un délai de 20 jours pour rétablir le système qui a accusé un coup avec la migration de Gaindé 2000 vers la nouvelle version Gaindé 2010. L’engagement a été pris à l’occasion d’une journée de concertation que le Conseil national du patronat (Cnp) a organisée hier, mardi 9 août à Dakar, sur le sujet.

Le directeur général de la douane, M. Mouhamadou Makhtar Cissé, a fait part de la confiance qu’il accorde à ses techniciens pour rétablir l’ordre dans un bref délai. Il a assuré que les trois points de blocage se situent entre les sorties de régime et le paiement sur ce segment.

Malgré ce dysfonctionnement qui a duré près de deux mois, la douane a collecté 45 milliards de FCfa de recettes au mois de juillet dernier, au moment où l’Etat s’attendait à des recettes de 43 milliards de FCfa, selon le Directeur général de la Douane. Ce qui, suscite chez le président du Cnp, Baïdy Agne, une interrogation. Il se demande « comment accepter que l’opérateur économique supporte les coûts additionnels des opérations de transport maritime et de dédouanement, alors qu’il subit déjà un préjudice pour service non fourni dans les délais ? »

Dans cette même dynamique, le président du Syndicat professionnel des industries et des mines du Sénégal (Spids), Christian Bass, a souligné que « les dysfonctionnements ont une incidence grave parce que cela a bloqué les transferts vers les fournisseurs. Ceux qui sont dans l’import-export ont vu 30 à 40 % de leurs activités bloquées. La situation a généré une inflation sur le marché, ce qui expose à un risque de récession ». Et de fustiger : « Il y a des opérateurs qui profitent de cette situation en mettant la pression sur les entreprises ».

Devant une telle crainte, le directeur des douanes a confié : « dès la survenu du dysfonctionnement, il a été demandé à DP World d’accorder des franchises aux entreprises, jusqu’à mi-juillet, en attendant que la situation se stabilise ». Sur cette lancée, le directeur général du port de Dakar, Bara Saady a convié à une réunion, le jeudi prochain, pour plaider en faveur des opérateurs pour que DP World, en charge du terminal à conteneur, ainsi que les autres acteurs, continuent d’accorder des franchises.

Bacary Dabo

(Source : Sud Quotidien, 10 août 2011)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)