twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Droit et nouvelles technologies : Les juristes sénégalais dessinent un cadre pour les Ntic

mercredi 31 août 2005

Protéger au mieux les données personnelles, sécuriser le commerce électronique et proposer des solutions pour la lutte contre la cybercriminalité, tels étaient les objectifs autour desquels magistrats, avocats, officiers de police judiciaire et autres spécialistes des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) étaient appelés à plancher. Pendant deux jours (lundi 29 et mardi 30 août), il s’est donc agi, pour ces différents corps de métier, de mettre en place les stratégies les mieux à même d’intégrer les Ntic dans la prise en charge juridique et judiciaire des nouveaux fléaux. Une prise en charge qui ne peut aller sans la considération de l’environnement international.

Selon les termes de référence de ce séminaire ouvert lundi par Macky Sall, face à "l’émergence d’une société de l’information (qui) commence à être une réalité au Sénégal : début d’un commerce électronique (paiement en ligne pour certains services publics comme le téléphone), instauration de la carte d’identité numérique, affaire de cybercriminalité internationale", la législation sénégalaise "doit s’adapter pour répondre aux enjeux liés, notamment, à la sécurité des transactions en ligne, à la validité des documents électroniques, au respect de la vie privée et des données personnelles". Pour ce faire, les séminaristes ont fait du droit comparé en s’appuyant sur les expériences française et burkinabé en la matière. Présents au séminaire, le ministre burkinabé de la Promotion des droits humains, Mme Monique Ilboudo, et le président de la Commission nationale française de l’informatique et des libertés, Alex Türk, ont entretenu l’assistance des acquis engrangés par leur pays dans le domaine.

Après la plénière, les travaux se sont poursuivis en ateliers où il s’est agi, pour les séminaristes regroupés en groupes restreints, de réfléchir sur des thèmes aussi divers que les données personnelles, la cybercriminalité, la signature et le commerce électroniques. De ces différents ateliers sont issus des rapports sectoriels compilés sous forme de recommandations dont la synthèse a constitué le rapport final que le ministre de la Justice a demandé d’intégrer dans le cadre des travaux de la commission de réforme du Code pénal et du Code de procédure pénale.

Ainsi, les séminaristes ont-ils recommandé l’élaboration d’une loi sur les données personnelles "pour la sauvegarde des droits et libertés fondamentaux" ; la mise en œuvre d’instruments normatifs visant à "protéger les citoyens dans le cadre des transferts transfrontaliers de données sur la base de textes qui soient en harmonie avec les législations internationales" ; la protection des administrateurs des réseaux, la garantie de la "pérennité des données en anticipant l’obsolescence des formats de conservation". Les participants ont, également, recommandé un traitement sécurisé des données personnelles liées à l’état civil et au fichier électoral ainsi qu’une harmonisation du cadre juridique d’ensemble. Par ailleurs, il a été recommandé la "nécessité de garantir la sécurité (des transactions commerciales) sans préjudicier à la liberté d’entreprendre".

Enfin, il a été retenu l’idée de construire un modèle juridique normalisé et adapté aux nouveaux délits pour éradiquer la cybercriminalité. Alliant le geste à la parole, les séminaristes ont suggéré l’élaboration de quatre avant-projets de loi à objectif unique : encadrer de façon juridique et judiciaire les Ntic en leur donnant une dimension humainement acceptable.

Ibrahima ANNE

(Source : [Wal Fadjri->http://www.walf.sn/, 31 août 2005)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)