twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Dr Labaly Touré, Géographe-Géomaticien à l’UGB : « Nos décideurs, doivent s’appuyer sur les outils de la géomatique pour une meilleure planification de l’espace »

jeudi 19 mars 2015

Le Dr Labaly Touré, Géographe-Géomaticien à la section de Géographie de l’Université Gaston Berger de Saint Louis a accordé une interview exclusive à l’équipe de Social Net Link. Monsieur Touré travaille dans le domaine de la géomatique appliquée à la Gestion des ressources naturelles. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage sur les «  apports du SIG dans la gestion du foncier au Sénégal ». Dans cet entretien, Docteur Touré revient sur les enjeux de la géomatique, une science qui allie géographie et technologie de l’information et de la communication.

SNL : Dr Touré, pouvez-vous nous expliquer c’est quoi la géomatique ?

Dr Touré : La géomatique est un ensemble de disciplines qui collectent, traitent, analysent et diffusent les données à référence spatiales (localisées par des coordonnées géographiques). Parmi ces disciplines, nous pouvons citer les Systèmes d’information Géographique(SIG), la télédétection, l’Arpentage, la Photogrammétrie, etc.

SNL : Avec internet, nous entendons de plus en plus parler de cartographie 2.0. En fait, quel impact peut- elle avoir dans la gestion de nos ressources naturelles ?

Dr Touré : La géomatique 2.0 peut être définie comme l’accès et l’utilisation de la géomatique par un public plus large. Si elle était utilisée que par une petite élite dans le passé, aujourd’hui, on constate que la communauté s’agrandit et tout heureusement. La multiplicité des logiciels, l’émergence de l’open source en cartographie, la diversité des productions de données géographies, et surtout l’internet ont joué dans ce processus. Cependant, il faut signaler que c’est surtout dans le domaine des SIG, que l’on note le plus ce phénomène. La géomatique est plus connue et je suis tout heureux de voir l’engagement de notre pays dans ce processus avec la mise en place du Plan National de Géomatique (PNG).

La géomatique peut jouer un grand rôle dans le développement de notre pays car elle est appliquée dans tous les domaines socio-économiques et surtout dans la gestion des ressources naturelles, la gestion du foncier, l’agriculture, la santé, etc. Les outils de la géomatique constituent d’importants leviers sur lesquels nos décideurs, doivent s’appuyer pour une meilleure planification et aménagement de l’espace. La maîtrise de l’espace est un enjeu fondamental pour l’économie et celle-ci ne peut se faire sans les outils de la géomatique.

SNL : Vous êtes spécialiste de la géomatique, quelle est votre analyse de l’état actuel de la cartographie numérique au Sénégal ?

Dr Touré : Le Sénégal a une grande histoire avec la géomatique surtout la cartographie car on compte beaucoup de structures qui travaillent depuis des décennies dans ce domaine et un important travail est réalisé même s’il reste beaucoup à faire car l’espace est dynamique. En Afrique de l’ouest francophone, le Sénégal fait partie des pays les plus avancés dans ce domaine même par rapport aux pays du Maghreb et certains pays anglophones, il y a des retards à rattraper.

Il est important aujourd’hui que la dynamique engagée soit développée par la mise en place de formations dans le domaine pour mettre dans le marché de l’emploi une masse critiques de ressources humaines qualifiées et compétentes, la modernisation et l’équipement des structures étatiques utilisant les données géospatiales, le développement d’entreprises en géomatique , appuyer les universités dans la recherche en géomatique. L’information géographique constitue un enjeu de pouvoir et de développement car toute politique d’aménagement se fait sur l’espace donc il faut que ce territoire soit connu et maîtrisé. La géomatique présente un important marché au Sénégal car il est aisé de constater qu’on ne trouve pas de cartes des trajets des bus, les cartes urbaines pour les GPS pour navigation, le cadastre rural, etc.

Le développement passe inévitablement par la formation de ressources humaines compétentes et qualifiées mais aussi d’une volonté politique qui mettra notre pays sur le chemin de la « géomatisation ». Avec l’acte III de la décentralisation, les collectivités locales doivent être appuyées et accompagnées dans la gestion du territoire par la mise en place de systèmes d’informations locales (SIL) qui passent par l’utilisation de la géomatique.

Je salue les réalisations effectuées et encourage les acteurs (gestionnaires, pouvoirs publiques, secteur privé, ONG, Institutions de formation et de recherche, producteurs de données,…) à travailler pour développer la géomatique dans le sens d’accompagner et appuyer le développement du Sénégal.

(Source : Social Net Link, 19 mars 20145)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)