twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Développement des Télécommunications : Les agences de régulation ouest-africaine en conclave à Dakar

mercredi 13 avril 2005

Renforcer les initiatives qui se multiplient sur le continent, en vue de réduire la fracture numérique. Tel est l’objectif de la conférence internationale organisée hier, par l’Agence de régulation des télécommunications du Sénégal (Art), sur le thème : « Les télécommunications comme infrastructures de développement : Perspectives africaines ».

Les infrastructures et les industries liées aux technologies de l’information constituent un des moteurs essentiels de la croissance et du développement, un outil primordial de réduction de la pauvreté. Elles sont également sources de création d’emplois qualifiés et contribuent, fortement, à l’ouverture et à l’intégration des économies nationales dans un marché global. Donc, l’organisation de cette conférence par l’Art s’inscrit dans le cadre des nombreuses initiatives que tentent les Africains, pour promouvoir l’utilisation des Tics et l’investissement dans le secteur des télécommunications, afin de contribuer au relèvement du niveau de productivité et d’efficacité de leurs économies et d’améliorer les conditions de vie des populations. Selon Joseph Ndong, ministre des Postes, Télécommunications et des Ntic, cette rencontre « est une excellente opportunité pour débattre des évolutions en cours, dans le domaine des télécommunications et des Tics ,et d’explorer les éventuelles mesures complémentaires qu’il conviendrait de mettre en œuvre pour accélérer le développement économique de nos pays ». « Votre rencontre d’aujourd’hui permettra aux éminents experts et chercheurs que vous êtes, d’échanger et de traiter de ces questions et de proposer, aux décideurs, des solutions applicables et partagées, pour un développement harmonieux des télécommunications et des Tics en Afrique », soutient-il. Quant au directeur général de l’Art, Malick Gueye, il rappelle que le monde dans lequel nous vivons est « caractérisé par des mutations profondes, induites, notamment par le développement prodigieux des technologies et de la communication, qui a fait rentrer l’humanité dans la société de l’information ». « C’est ce qui explique, dit-il, les nouvelles politiques des Etats consistant à mettre en place des institutions spéciales, dotées d’une large autonomie d’intervention et de décisions pour réguler des marchés, jusqu’à une période récente, dominés par le monopole d’entreprises, le plus souvent, publiques ». Pour Raynald Brulotte, directeur général des Tics pour le Québec et président du conseil scientifique « le pouvoir transformateur que recèle le secteur des télécommunications exige une intervention politique et la création d’organismes qui doivent exercer non seulement un rôle de vigilance et de protection de l’intérêt public mais surtout un rôle de catalyseur du développement de ce secteur ».

Félix NANKASSE

(Source : Le Soleil, 13 avril 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)