twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Développement de la téléphonie rurale : Waoundé entre dans le réseau numérique

mardi 20 juillet 2004

Le Concentrateur Numérique Éloigné (CNE) installé à Waoundé par la Sonatel et inauguré vendredi dernier par Joseph Ndong, le ministre des Postes et Télécommunications, va sortir cette localité de son enclavement “ téléphonique ”. A ce jour, 939 villages ont été raccordés sur un objectif de 950 à l’échéance 2005.

“ Vous êtes venus nous désenclaver ”. Cette boutade du maire de la ville Waoundé, Sadio Cissé, traduit toute l’importance et la portée de la couverture téléphonique de cette localité, très éloignée et à fort taux de populations émigrées. La perception des populations, venues en masse à la cérémonie d’inauguration, vendredi dernier, du Concentrateur Numérique Eloigné (CNE) de la Sonatel, est toute particulière. Elles ont besoin de se sentir sénégalais à part entière et pouvoir communiquer aisément avec leurs parents partis vers d’autres cieux, en quête de mieux-être.

Au cours de cette cérémonie organisée devant la centrale téléphonique, Sadio Cissé a indiqué que le choix de sa ville traduit la volonté des autorités sénégalaises de développer toutes les contrées du pays. Le maire de Waoundé a dit que cette date est comparable au jour “ mémorable ” qu’un premier président de la République en exercice a effectué une visite aux populations de sa ville.

Me Abdoulaye Wade s’était rendu à Waoundé, en 2001, au grand bonheur des populations. Sadio Cissé a tenu à rassurer les responsables de la Sonatel, en déclarant que ses administrés ne sont pas de mauvais payeurs.

Dans sa réponse, le ministre Joseph Ndong a indiqué que : “ ce n’est pas un petit bras de fleuve qui va empêcher Me Abdoulaye Wade d’aller à la rencontre des populations sénégalaises ”. Le ministre des Postes et Télécommunications a souligné que sa présence illustre l’intérêt du président de la République et de son gouvernement au “ cadet ” des régions, qui doit disposer rapidement des infrastructures pour son développement.

Joseph Ndong a ajouté que la politique de développement de la téléphonie rurale du gouvernement du Sénégal constitue “ une réponse locale ” à l’appel à la solidarité numérique lancé par le chef de l’État lors du Sommet mondial sur la Société de l’Information. Le ministre a souligné que la concurrence, qui sera ouverte avec la libéralisation du secteur, ouvrira de nouvelles opportunités pour notre pays.

Pour sa part, le directeur général de la Sonatel a rappelé les objectifs que le gouvernement avait fixés en matière de couverture et d’accès à la téléphonie rurale. Cheikh Tidiane Mbaye a expliqué que l’État du Sénégal a retenu le raccordement en 2000 de tous les chefs-lieux de Communauté Rurale, en 2003 de 760 villages pour atteindre 950 villages avant 2005. Le patron de la Sonatel s’est réjoui de voir cet objectif largement atteint, avec 939 villages raccordés sur l’objectif de 750. Il a précisé que l’option d’un technologie fiable et durable a permis d’assurer une bonne qualité d’écoulement du trafic. Cheikh Tidiane Mbaye a annoncé que le nombre de villages raccordés nouvellement en 2004 sera triplé. Pour la Sonatel, il s’agit d’aller au-delà des obligations du cahier des charges pour couvrir toutes les zones à forte concentration de populations, afin d’apporter le téléphone au plus grand nombre de Sénégalais.

Le réseau rénové à la dimension des besoins

La ville de Waoundé, dans la région de Matam, a donné tout son sens à l’option de la Sonatel pour l’équipement dit CNE (Concentrateur Numérique Eloigné). Situé à 787 km de la capitale Dakar, Waoundé est une zone très enclavée, traversée par un bras du Fleuve Sénégal. Son accès en saison des pluies n’est possible que par la pirogue. Cet enclavement de la ville de Yaoundé, conjugué à un important nombre d’émigrés, accroît considérablement les besoins de communication de ses habitants. Le premier équipement téléphonique « mono-voie » que l’opérateur avait installé n’offrait qu’une d’une capacité de 128 abonnés. Les dernières installations n’ont pas permis de résoudre entièrement les problèmes de congestions et d’encombrements du réseau. C’est ainsi que la Sonatel a décidé de remplacer l’équipement par un autre, encore plus performant, dit CNE (Concentrateur Numérique Eloigné), inauguré le vendredi 16 juillet 2004.

Avec cet équipement, les populations de Waoundé, comme celles de toutes les autres localités rurales du Sénégal, qui ont bénéficié d’une telle technologie, n’ont rien à envier aux habitants des localités urbaines, du point de vue de la qualité de service. La Sonatel y a installé un central téléphonique avec une capacité équipée de 256 abonnés. En plus, la Sonatel a totalement repris le réseau d’accès téléphonique existant sur lequel étaient raccordés environ 58 abonnés. La rénovation du réseau de Waoundé a coûté 175 millions de F.CFA hors TVA. La couverture du réseau mobile n’a pas été en reste, il a été amélioré en même temps avec la mise en service d’une nouvelle antenne par la Sonatel Mobiles.

À la fin 2004, Waoundé fera partie des 400 villages qui accéderont à un réseau téléphonique moderne, grâce à une accélération de la desserte rurale. La Sonatel a rarement raccordé 200 localités par an. Cette politique d’accélération de la desserte rurale traduit la volonté affirmée par Sonatel de partager ses gains de productivité au travers d’investissements sur l’élargissement du réseau vers les zones encore dépourvues de téléphone ou encore la modernisation et l’extension du réseau des localités rurales déjà couvertes. Rien que dans la région de Matam, une dizaine de localités rurales ont déjà bénéficié d’une telle technologie : Dounga-Woro Alpha, Sédo-Sébé, Kanel, Sinthiou-Garba, Soringo, Sinthiou-Babambé, Agnam-Civol, Amady-Ounaré, Bokidiawé.

Pour hisser la téléphonie rurale au Sénégal à ce niveau de développement, la Sonatel a investi depuis 1997 plus de 40 milliards de F.CFA. Cet effort se poursuit avec plus de 6 milliards F.CFA d’investissements annuels, rien que pour le réseau fixe. Ces investissements ont été réalisés pour la plupart en technologie Point Multi Point (PMP), Point à Point (PAP), par Concentrateur Numérique Eloigné (CNE) ou par câble aérien.

MBAYE S. DIAKHATE

(Source : Le Soleil 20 juillet 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)