twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Développement de la technologie : Les banques invitées à s’adapter

mercredi 27 septembre 2017

L’électronique prend de plus en plus de place dans notre quotidien et avec l’arrivée de la monnaie électronique, les banques sont invitées à s’adapter pour tirer profit des opportunités.

« Au-delà des systèmes financiers classique : tirer pleinement parti des nouvelles technologies et de l’innovation », tel est le thème d’un panel tenu au deuxième jour du « Forum Investir en Afrique ».

735 millions de transactions électronique en 2016

Selon Abdoulaye Seck, secrétaire général de la Bceao les fintech ont amélioré le taux de bancarisation dans l’espace Uemoa. En 2015, il rappelle que le taux de bancarisation était 35% mais si on intègre la finance électronique ; ce taux est passé à 75% de la population. « Le marché de la téléphonie a opéré une mutation qui engendre de nouvelles offres financières. Les fintech pourraient remodeler la finance classique.

En tant que régulateur, la banque centrale se doit d’encadrer et de sécuriser cette transformation numérique car les paiements électroniques se font de plus en plus dans la zone. En 2014, dans l’espace Uemoa, le volume d’opération de monnaie électronique était estimé à 259 millions de francs Cfa mais il est passé à 735 millions en 2016 », ajoute le Secrétaire général de la Bceao.

Le Directeur Exécutif chargé des nouvelles technologies de Mtn Ghana a indiqué que les banques traditionnelles ont toujours été là mais n’ont pas donné les résultats escomptés. Aujourd’hui avec le téléphone, on a un taux de pénétration de 100% dans les foyers africains. D’après le responsable de Mtn Ghana, le mobile banking a ainsi un énorme potentiel en Afrique.

Quant à Emeka Iweriebor, Directeur Afrique des filiales francophones du Groupe UBA, il souligne que « les banques doivent s’adapter et travailler en complémentarité avec ces nouveaux produits de la technologie ».

Le Directeur général de la compagnie Fintech qui gère les paiements électroniques pour Aly Baba, plus grande société de E-commerce au monde, ajoute que la technologie peut apporter beaucoup de choses à la finance avec la numérisation, mais, il demande à l’Afrique de s’ouvrir aux investisseurs du monde dans ce domaine et d’utiliser ses particularités et son potentiel.

Tidiane Diouf

(Source : Le Journal de l’Economie Sénégalaise, 27 septembre 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)