twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Désengagement de l’Etat du Sénégal dans l’actionnariat de Sonatel au profit de France Télécom

mercredi 29 avril 2009

Les mutations profondes du secteur des télécoms, l’environnement concurrentiel et les contraintes liées à la globalisation exigent en permanence des changements structurels qui ne sont pas sans engendrer des crises majeures dans l’entreprise.

Rôle et responsabilités des cadres en période de crise

Les mutations profondes du secteur des télécoms, l’environnement concurrentiel et les contraintes liées à la globalisation exigent en permanence des changements structurels qui ne sont pas sans engendrer des crises majeures dans l’entreprise. Dans certains cas, comme celui qui prévaut actuellement à la Sonatel, celles-ci peuvent aboutir à des conflits si elles sont provoquées par des choix stratégiques hasardeux, contraires à l’intérêt général et uniquement basés sur les intérêts des actionnaires majoritaires.

En effet, en refusant de cautionner le bradage de 9,87% des actions de l’état du Sénégal à France Télécom pour lui permettre d’avoir 52% de l’actionnariat, le personnel de la Sonatel mène un combat sur deux fronts : contre l’Etat du Sénégal qui risque de livrer l’entreprise à une société étrangère (France Télécom) en lui rétrocédant la majorité des actions et le pouvoir exclusif sur toutes les décisions stratégiques ; contre France Télécom qui est en train de fausser le partenariat stratégique (gagnant-gagnant) destiné à favoriser le développement de la Sonatel dans un contexte concurrentiel et de mondialisation, ainsi que son autonomie et son rayonnement sur le plan international.

A ce propos, le personnel a réaffirmé la nécessité pour l’état du Sénégal de maintenir une présence forte dans le capital de la Sonatel. Dans ce combat, même si les travailleurs ne peuvent pas garantir l’obtention du résultat escompté, ils ont le droit légitime de se « battre » pour éviter que l’avenir de la société soit compromis, mais aussi le devoir de faire face pour garantir la sauvegarde de leur outil de travail et la pérennité des emplois. De manière générale, les Sonatéliens sont conscients des enjeux et se sont mobilisés pour assumer leur responsabilité. Mais, quelque soit notre degré de détermination, la défense de l’intérêt national impose l’obligation de sensibiliser et d’impliquer toutes les franges de la Nation susceptibles de contribuer à la sauvegarde de ce fleuron de l’économie nationale qu’est la Sonatel : une société rentable évoluant dans un secteur stratégique de souveraineté. C’est pourquoi l’Intersyndicale des travailleurs et l’Amicale des cadres de la Sonatel ont fait un travail appréciable en rencontrant tous les partenaires potentiels qui pourraient partager cet idéal (la société civile, le patronat, les institutions, les partis politiques, etc).

Positions des cadres : En tant que cadre à la Sonatel, nous ne nous prononçons ni comme des politiciens ni comme des hommes d’Etat, mais comme des technocrates et des intellectuels passionnément soucieux de la chose publique et éprouvant le besoin de s’impliquer en participant, par l’action, au développement durable de notre société. Quelle est la mission du cadre en période de crise ? Quel doit être son rôle dans la recherche de solutions et le rétablissement des « équilibres » dans l’entreprise ?

En cette période de conflit où le doute s’installe dans l’entreprise, c’est tout le personnel qui se pose spontanément de telles questions auxquelles les cadres doivent donner des réponses idoines, par des actions réfléchies que retiendra l’histoire et qui sont susceptibles de servir (ou de desservir) la Nation. Le cadre responsable est celui qui, avec une conjoncture singulière et atypique, prend des décisions en fonction de ses valeurs et des éléments d’appréciation dont il dispose, et utilise l’ensemble des informations, connaissances et compétences à sa disposition pour agir sur la conjoncture et contribuer à l’adoption d’une solution raisonnable. Même si les conséquences de la décision ne sont pas rigoureusement prévisibles, dans la mesure où la conjoncture est unique, la solution raisonnable passe par une analyse objective de la situation qui donne la meilleure chance d’atteindre le but que l’on vise. Et, c’est à ce niveau que la mission du cadre est déterminante, surtout par rapport à la nature des solutions négociées et mises en œuvre. Par conséquent, le rôle des cadres est moins de suivre les mots d’ordre donnés par les syndicats que de se positionner en tant que force de proposition, non pour éliminer, mais pour isoler les éléments d’imprévisible singularité liés à la conjoncture et réduire les risques d’échec. Les conséquences prévisibles d’une action n’étant pas toujours conformes à toutes les attentes, la contribution qualitative du personnel d’encadrement est souhaitable et elle doit augmenter les chances d’aboutir à une solution nationale raisonnable et durable. Collectivement, les cadres qui choisissent de ne pas s’impliquer en restant à l’écart de la lutte syndicale et en ne contribuant pas à la recherche de solutions ou de compromis raisonnables passent, me semble t-il, à côté de l’essentiel. Individuellement, si le cadre se dérobe par une non-prise de responsabilité, il risque de rater le train de l’histoire et sera quand même, responsable des échecs éventuels favorisés par son attitude.

El Hadji Malick BA
Sonatel Sa, Direction des entreprise Département Marketing et Communication Entreprises

(Source :Le Quotidien, 29 avril 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)