twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Déclaration de l’amicale des cadres et des femmes de SONATEL sur la sanction l’ARTP

lundi 18 juillet 2016

L’Amicale des Cadres de la SONATEL (ACSON), l’Amicale des Femmes de la SONATEL (AFSON) et l’ensemble du Personnel sous la houlette du Président de l’ACSON Demba Diarra MBODJI et Habibatou SARR Présidente de l’AFSON, tiennent à exprimer publiquement leur indignation par rapport à :

- La décision N°2016-002 portant sanction de Sonatel pour prétendue violation du décret N°2014-770 précisant certaines obligations des opérateurs quant au droit à l’information des consommateurs ;
- L’acharnement continu et sans fondement dont fait l’objet la Sonatel ;
- La confusion des rôles d’Abdoul Karim Sall, ancien Sonatélien, responsable politique, Directeur Général de l’ARTP.

A. La décision N°2016-002 portant sanction de Sonatel pour prétendue violation du décret N°2014-770 précisant certaines obligations des opérateurs quant au droit à l’information des consommateurs.

1. Rappel de dispositions essentielles du décret

✓ les objectifs :

Le décret N°2014-770 a été adopté pour un double objectif :

➢ une meilleure protection du droit des consommateurs à l’information, ➢ la création d’emplois dans le secteur des télécommunications.

✓ les mesures édictées :

Les opérateurs doivent dès lors appliquer les mesures suivantes :

➢ la gratuité des appels vers les numéros de servicesclient dédiés aux informations commerciales et techniques ; ➢ la suppression de tout Système Vocal Interactif (SVI) ; ➢ le dimensionnement des réseaux pour garantir un accès ininterrompu aux services client tout en respectant le taux d’efficacité fixé par l’ARTP.

2. Sonatel est conforme au décret invoqué

A ce jour, Sonatel est conforme par rapport aux dispositions du décret N°2014-770 précisant certaines obligations des opérateurs quant au droit à l’information des consommateurs.

• le retrait du SVI (serveur interactif) : effectif • la gratuité des appels dirigés vers le 1441 : effectif • la gratuité des appels dirigés vers le 1413 : effectif • la continuité du service 24 heures sur 24 : effectif

Qu’est-ce qu’on nous reproche ? Ces 4 points évoqués constituent le fondement sur lequel l’ARTP s’est basée pour infliger la sanction à Sonatel. Dès lors que Sonatel s’est conformée, nous ne comprenons plus l’objet d’une telle sanction de 13 959 000 000 0000 FCFA dénuée de fondement.

Nous rappelons, que Sonatel a été obligé de procéder à des réorganisations techniques et humaines (traitement des appels par les plateaux, renégociation des contrats avec les centres d’appels, etc.), avec comme objectif de minimiser l’impact sur le service fourni aux clients.

Par ailleurs, il nous a été reproché de ne pas avoir répondu aux différentes correspondances de l’ARTP. Nous dénonçons ces allégations fallacieuses qui cherchent à ternir encore plus l’image de Sonatel que l’on essaye de mettre à mal vis-à-vis de nos clients, des autorités et de l’opinion publique.

Nous confirmons que Sonatel a répondu systématiquement à tous les courriers reçus et a régulièrement tenu des réunions d’information avec l’ARTP entre 2014 et 2015.

Par contre, il est important de signaler que l’ARTP n’a pas daigné répondre à tous nos courriers argumentés.

3. Sonatel a consenti des efforts pour se mettre en conformité

Depuis la publication du décret N°2014-770 précisant certaines obligations des opérateurs quant au droit à l’information des consommateurs, Sonatel, soucieuse du respect de la réglementation et de la législation du secteur, a consenti des efforts énormes en termes :

- de réorganisation de ses activités et celles de ses prestataires (PCCI et Way 2 Call, etc) ;
- de couts d’exploitation qui ont presque triplé, pour atteindre près de 4,4 milliards (cf. chiffres en dessous ) : o pour PCCI : 1,450 milliard en 2014 à 3,051 milliards en 2016. o Way 2 call : 214 millions en 2014 à 1,300 milliards en 2016
- de création d’emplois. A noter plus de 1000 emplois ontété créés via les prestataires externes (centres d’appels).

Ces efforts consentis, ont permis d’améliorer la qualité de service commercial et technique.

B. Le personnel de Sonatel tient à dénoncer l’acharnement continu contre la Sonatel

Nous constatons depuis plusieurs mois une recrudescence alarmante de décisions et un acharnement têtu contre Sonatel :

- La non utilisation des cadres réguliers d’échange et de dialogue avec le régulateur. Il est désolant de constater que cet espace ne soit pas utilisé pour améliorer la régulation du secteur ;
- Le fait d’avoir ignoré délibérément toutes les correspondances, les remarques, les contributions de Sonatel ;
- Le fait de mobiliser l’opinion publique et une « certaine » association de consommateurs contre la Sonatel ;
- Prononcer une sanction hâtive et dépourvue de fondement juridique et technique est indigne de la part du régulateur ;
- Une sanction d’un montant de près de 14 milliards dénote une volonté de fragiliser l’économie d’un opérateur historique et national et à ternir son image de marque ;
- La théâtralisation des conférences de presse du DG de l’ARTP contribuant à ternir l’image de marque de Sonatel vis-à-vis des autorités, de nos clients et de la population.

C. La confusion des rôles d’Abdoul Karim Sall, responsable politique, Directeur Général de l’ARTP

Tous ces faits nous interpellent quant à la motivation réelle du DG de l’ARTP pour s’acharner autant sur Sonatel.

Aujourd’hui, nous ne pouvons ignorer les rancœurs, les frustrations d’un Monsieur qui agit sans qu’on puise savoir à quel titre et pourquoi il se comporte ainsi.

En effet, Monsieur Abdoul Karim Sall est un ancien Sonatélien, ancien responsable d’accueil de Rufisque, devenu politicien, arrivé à l’ARTP se complait à réguler le secteur des télécommunications sur la base de conférence de presse pour leurrer l’opinion et divertir les sénégalais.

Jusqu’ici, nous refusions de croire comme le fait une partie de l’opinion, le fait que Abdoul Karim Sall n’est que folklore. Il fait une politisation poussée qui va à l’encontre de la politique menée par son Excellence le Président de la République en vue de l’émergence du Sénégal.

Nous attirons l’attention des Autorités sur les risques liès à :

1. l’investissement sur l’image et la destination Sénégal ; 2. la fragilisation de la Sonatel, première capitalisation de la BRVM ;

Nous sommes convaincus que la régulation est tellement stratégique pour le secteur de télécommunications qu’il est nécessaire de revenir à une autre façon de faire, plus sereine, plus concertée, plus pragmatique pour assurer les bases d’un fonctionnement harmonieux et co-construit du secteur des télécommunications.

(Source : Dakar Actu, 18 juillet 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)