twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Déclaration de Dakar du Forum Africain des Collectivités Locales sur la Société de l’Information (13-15 juillet 2005)

samedi 16 juillet 2005

Nous, participants représentants et responsables des Villes, Régions et Pouvoirs Locaux, de la Société Civile et des Organisations Internationales, réunis au Forum Africain des Collectivités Locales sur la Société de l’Information (FACOLSI) organisé par le Conseil Régional de Dakar les 13,14 et 15 Juillet 2005 à Dakar, remercions le Gouvernement Sénégalais et le Conseil Régional de Dakar de nous donner cette occasion d’échanger sur l’édification d’une société de l’information plus équitable.

Considérant

- la Déclaration de Principes et le Plan d’Action du Sommet Mondial sur la Société de I’Information (SMSI) de Genève ;
- le Plan d’Action Régional Africain pour l’Economie du Savoir (PARAES) initié par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA),
- le Plan d’Action régional africain pour l’économie de la connaissance ;
- la Déclaration de Bilbao ;
- la Déclaration et le Plan d’Action de Nouakchott ;
- la Déclaration de Lyon ;
- les engagements d’Accra pour le SMSI de Tunis ;

Considérant que l’édification de la société de l’information doit prendre en compte les orientations de développement et les besoins spécifiques de l’ensemble des pays en particulier les moins avancés ;

Considérant que les Technologies de l’Information et de la Communication (TICs) offrent l’égal accès à une nouvelle citoyenneté ;

Considérant que le rôle des entités de la société civile, du secteur privé et des pouvoirs publics africains est primordial dans le déploiement des solutions TICs pour un développement africain durable ;

Considérant que les villes, les régions et les pouvoirs locaux sont des acteurs déterminants du développement d’une société de l’information plus juste et plus solidaire et qu’ils ont un rôle primordial pour assurer à tous un accès aux savoirs et aux connaissances ; Constatant que les TICs constituent un élément fondamental de l’optique dans laquelle les collectivités locales envisagent la croissance économique, la création de l’emploi et l’amélioration des conditions sociales ; Constatant que la première phase du sommet mondial sur la société de l’information n’a pas trouvé un consensus sur un certain nombre de questions essentielles pour l’Afrique dans la résorption de la fracture numérique ;

Convaincus que, pour parvenir à des solutions pratiques aux différentes problématiques soulevées par l’édification de la société de l’information et réaliser les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et la réduction de la fracture numérique, les Collectivités locales ont un rôle important à jouer dans le processus du deuxième Sommet Mondial des Villes et des Pouvoirs Locaux sur la Société de l’Information ;

Convaincus que la décentralisation est une voie incontournable pour parvenir à la prise en charge effective des préoccupations des populations à la base, notamment en matière de société de l’information ;

Notant avec satisfaction la création du Fonds de Solidarité Numérique,

Le Forum adopte ce qui suit :

1. Soutenir le financement et l’opérationnalisation du Fonds de Solidarité Numérique par la création d’un Réseau Africain des Collectivités Locales pour la Solidarité Numérique (RACOLSON) ;

2. Soutenir la proposition du Secrétaire Général des Nations Unies de promouvoir le Fonds mondial de Solidarité Numérique initié par le Président du Sénégal, Maître Abdoulaye WADE ;

3. Demander au Président de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), M. Bertrand DELANOË, Maire de Paris, de réaffirmer devant la prochaine Assemblée générale des Nations Unies, la nécessité de mettre en oeuvre le « principe de Genève » à l’échelle mondiale en impliquant tous les partenaires de la communauté internationale ;

4. Appuyer le projet de convocation d’une Conférence mondiale de la solidarité numérique, fin 2006 / début 2007 pour assurer le financement à long terme de la réduction du fossé numérique et demander aux instances internationales, gouvernementales et non gouvernementales, aux associations de pouvoirs locaux, au secteur privé et à la société civile de prendre toutes les mesures appropriées afin d’en assurer le succès ;

5. Promouvoir la bonne gouvernance par la mise en place d’infrastructures adéquates afin de renforcer les instruments et mécanismes de gouvernance et de gestion de l’économie locale ;

6. Promouvoir la vulgarisation, la formation de formateurs et l’usage de logiciels libres pour le développement des agendas locaux de gouvernance électronique ;

7. Promouvoir la mise en place de cadre juridique et réglementaire de la société de l’information et d’une politique de sécurité ;

8. Renforcer les capacités des pouvoirs et élus locaux en s’appuyant notamment sur les outils de formation mis à leur disposition à travers le réseau des Centres Internationaux de Formation des Autorités/Acteurs Locaux (CIFAL) ;

9. Etablir un partenariat fondé sur un modèle économique Nord-Sud et Sud-Sud mutuellement avantageux pour l’émergence d’une véritable Société de l’Information ;

10. Encourager le partenariat entre les instituts techniques de formation et les universités dans les politiques de développement local de la société de l’information ;

11. Promouvoir un partenariat avec les acteurs gouvernementaux et internationaux, les entreprises privées et les représentants de la société civile avec une approche multisectorielle essentielle au développement d’une bonne gouvernance électronique ;

12. Promouvoir la coopération décentralisée pour que davantage de projets de coopération prennent en compte le développement des technologies de l’information et de la communication ;

13. Prendre en compte et intégrer les TIC dans les projets de coopération décentralisée ;

14. Soutenir le Fonds mondial de Solidarité Numérique dans sa proposition de mettre à disposition un « pack de solidarité numérique » offrant, sur une large échelle, aux collectivités locales des possibilités de connexion et d’accès aux contenus. En effet, cela permettra aux collectivités locales, actuellement marginalisées en raison de leur manque de ressources, de développer des applications sociales qui répondent aux attentes essentielles de leurs concitoyens ;

15. Promouvoir la participation d’élus locaux africains à la gestion des différents démembrements de la solidarité numérique ;

16. Solliciter l’appui de « l’Agence mondiale de Solidarité Numérique » pour la formulation et la mise en œuvre des agendas locaux de gouvernance électronique et l’accès aux sources de financement pour le développement de projets de coopération décentralisée ;

17. Sensibiliser et mobiliser l’opinion publique africaine pour la mise en place d’un projet e- collectivités locales (Système de Gestion Intégré de l’Etat Civil, Cartes d’identité, gestion de l’aménagement du territoire, gestion financière, etc.) et de la nécessité de bâtir un consensus très solide sur les questions émergentes en particulier la gouvernance Internet ;

18. Sensibiliser les personnalités du monde culturel, sportif, économique et politique à se mobiliser à titre personnel et collectif pour la construction d’une société de l’information à la fois plus inclusive et plus solidaire pour le bien-être de tous.

Les représentants des pouvoirs locaux africains appellent l’ensemble des maires et présidents des pouvoirs locaux à participer activement au deuxième Sommet Mondial des Villes et des Pouvoirs Locaux sur la Société de l’Information qui aura lieu du 9 au 11 Novembre 2005 à Bilbao en Espagne.

Fait à Dakar, le 15 Juillet 2005

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)