twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Déclaration de Dakar de la Rencontre internationale pour le développement des technologies de l’information et de la communication en Afrique de l’Ouest (Dakar, 10 décembre 2004)

samedi 11 décembre 2004

La rencontre des organisations des TIC’s des pays de la CEDEAO et de la République Islamique de Mauritanie s’est tenue les 8,9 et 10 décembre à Dakar, à l’initiative de OPTIC et sous l’égide de la Fédération des Organisations Patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO).

Elle a enregistré la participation des représentants des organisations patronales des pays suivants : Burkina Faso, Bénin, Cap-vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Togo, et Sénégal ainsi que les représentants du Ghana du Congo et du Gabon.

Les participants, après avoir salué l’initiative de OPTIC et fait l’état des lieux sur le secteur - notamment des stratégies de développement du secteur des TIC’s - dans chaque pays, ont souligné l¹importance d’une telle rencontre qui intervient dans le cadre de la préparation du SMSI, et s’intègre dans la dynamique impulsée par le NEPAD auxquelles adhère l’ensemble des pays de la CEDEAO.

Conscients du rôle que les organisations des TIC’s doivent désormais mener pour impulser une nouvelle dynamique pour la compétitivité de la zone CEDEAO, les participants ont insisté sur la nécessité de renforcer en priorité la capacité des organisations patronales et professionnelles afin qu¹elles deviennent pro-actives et que les intérêts des membres soient davantage pris en compte dans le sens des résolutions prisent à Ouagadougou en février 2004.

Ainsi, les participants,

Rappelant que la mondialisation des échanges et la révolution de l’information en cours transforment de manière profonde le système productif et modifient en profondeur les conditions de la concurrence entre les entreprises et les nations. Il est essentiel d’en saisir les ressorts et les enjeux ; Rappelant et souscrivant à la déclaration de principe du SMSI qui

- 1. reconnaît que l’éducation, le savoir, l’information et la communication sont à la base du progrès, de l’esprit d’entreprise et du bien-être de l’être humain. Par ailleurs, les TIC ont une incidence immense sur presque tous les aspects de notre vie. L’évolution rapide de ces technologies crée des occasions complètement nouvelles de parvenir à des niveaux de développement plus élevés. Leur capacité à réduire bon nombre d’obstacles classiques, notamment ceux que constituent le temps et la distance, permet pour la première fois dans l’histoire de faire bénéficier de leur potentiel des millions d’êtres humains dans toutes les régions du monde.

- 2.conscients du fait que les bienfaits de la révolution des technologies de l’information sont aujourd’hui inégalement répartis entre les pays développés et les pays en développement, ainsi qu’à l’intérieur des sociétés. Nous sommes pleinement résolus à faire de cette fracture numérique une occasion numérique pour tous, particulièrement pour ceux qui risquent d’être laissés pour compte et d’être davantage marginalisés.

Les participants ont tracé les axes d’interventions d¹une feuille de route pour les organisations sectorielles TIC’s et patronales :

AXE 1 : Renforcement des organisations d’industriels et organisations patronales dans le cadre de la FOPAO

- Constitution d’une commission spécialisée sur les TIC’s
- Assistance à la mise en place d’organisation sectorielle là où elle n’existe pas
- Constitution de véritables bases de données économiques nationales et régionales informations brutes ou informations sectorielles.

AXE 2 : Stratégie de développement des TIC’s

- Développer une vision du secteur privé pour le développement des TIC’s
- Dans le cadre d’un dialogue public/privé asseoir une stratégie nationale réaliste pour le développement du secteur des TIC’s
- Dans le cadre des institutions régionales participer à l’harmonisation et à l’élaboration de stratégie régionale de développement du secteur.

AXE 3 : Développement des infrastructures et cadre réglementaire

- Créer une rupture par rapport aux approches classiques
- Favoriser le développement de réseau d’infrastructures nationale et régionale
- Harmonisation du cadre réglementaire régional notamment fiscal (taxe sur le matériel informatique)

AXE 4 : Solutions innovantes

- Identifier et promouvoir des approches innovantes permettant de réduire le fossé numérique auprès des autorités
- Constituer une base de données des « success stories »

AXE 5 : Compétitivité, Compétence pour le développement des TIC’s

- Sensibiliser les dirigeants du secteur public et privé aux gains de productivités favorisé par l’utilisation des TIC’s et la réorganisation des entreprises classiques selon les meilleurs pratiques de gestion
- Elaborer un cadre d’évaluation des structure de formation et favoriser les partenariat avec les centres de formations

AXE 6 : Financement

- Favoriser les projets de partenariats notamment public privé pour la réalisation des projets d’envergure
- Constituer une bourse de projet TIC’s pour les soumettre à des partenaires ACP.

Les participants encouragent dès à présent les différentes organisations de TIC’s à mener des activités et des projets sur la base des différents axes, en sollicitant l¹appui des partenaires institutionnels et le soutien des différentes administrations de nos pays respectifs.

Ils encouragent la mise en synergie, entre organisations des pays membres de l¹UEMOA, de la CEDEAO et de la Mauritanie, de certaines activités et projets collectifs comme par exemple :

la mise en place d¹un système d’échanges d’informations entre organisations (intranet sous-régional), avec offre des produits et services des pays membres ;

- la création d’une bourse de compétences africaine ;
- la création d’un observatoire régional sur les stratégies, sur le secteur ;
- etc...

Les participants ont proposé qu¹une première réunion soit organisée dans le cadre du PrepCom de la région Afrique qui aura lieu à Accra (Ghana) pour faire le point de l’état d¹exécution par chaque organisation des activités inscrites dans les différents axes.

De même, les participants ont confirmés leur mobilisation pour l’organisation de la rencontre de partenariat des entreprises de la zone ACP de Dakar en avril 2005.

Enfin, les participants ont désigné Monsieur Karim SY à l’unanimité, sur proposition du représentant de la Mauritanie, pour coordonner la mise en œuvre effective de cette dynamique régionale.

Concluant leurs travaux, les participants ont tenu à remercier chaleureusement le CNP, OPTIC et l’ESMT pour l’accueil qui leur a été réservé dans le pays de Téranga.

La Déclaration a été adoptée, par acclamations, en plénière, sous la présidence effective de Monsieur Joseph Ndong, Ministre des Postes, des Télécommunications et des NTIC du Sénégal.

Fait à Dakar, le 10 décembre 2004

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)