twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

De la survie ou de repostionnement des télécentres : Un renforcement de capacité des acteurs s’organise

mercredi 19 mars 2008

La station balnéaire de Saly-Portudal a abrité les 15 et 16 mars 2008, un atelier de renforcement de capacité organisé par l’Union nationale des exploitants de télécentres et téléservices du Sénégal (Unetts). Il a été question au cours de cette rencontre de beaucoup d’échanges sur le repositionnement ou la survie de ces derniers.

Bassirou Cissé le président de l’Unetts interrogé à la fin des travaux a fait part des recommandations retenues. Il s’agit de mener une campagne de sensibilisation pour que le gouvernement et les exploitants de télécentres ne soient pas pris au dépourvu. Il pense que la question des bailleurs doit être abordée. Ces derniers sont attendus sur le financement du projet devant favoriser la mutation des télécentres dans de nouvelles activités. Ainsi, il est retenu de mener la réflexion sur l’informatisation des télécentres en les dotant d’ordinateurs. L’Usaid, la Sonatel, l’Artp, Microsoft et les gérants des télécentres vont constituer les supports du financement. Selon le président de l’Unetts, la démarche se vise à faire un renforcement de capacité.

Olivier Sagna a fait l’historique de la téléphonie fixe au Sénégal. Selon ses affirmations, la téléphonie a été introduite pour satisfaire les besoins de l’administration coloniale. Elle a été pendant réservée à une minorité dans les villes.

Un siècle, après sa mise en place, le ratio donne une télédensité de 0,33 ligne pour 100 habitants en 1987. Ainsi à partir de cette période, une politique d’extension et de modernisation du réseau de télécommunications est lancée. Le développement de la téléphonie publique avec l’installation de plusieurs centaines de cabines publiques donne une télédensité passant.

Selon Olivier Sagna, Secrétaire général d’Osiris, en 1992, la Sonatel, via Télécom-Plus, a expérimenté l’exploitation de quatre télécentres à Dakar. L’objectif premier a été de “faciliter l’accès à l’emploi, à la formation et à une série de services à travers l’utilisation de moyens de télécommunications modernes (téléphone, télécopieur, ordinateur, etc.) dans une zone reculée comportant moins d’un habitant au kilomètre carré“. “Les télécentres privés sénégalais se définissent, comme des dispositifs d’accès collectif aux services de télécommunications de base : ayant une vocation commerciale offrant des services de télécommunications de base résultant d’une initiative endogène fonctionnant sous forme de très petites entreprises faisant l’objet d’une gestion privée“ a-t-il affirmé. Il sollicite un accompagnement de ces structures dans leurs mutations pour s’adapter.

Samba Niébé Ba

(Source : Sud Quotidien, 19 mars 2008)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)