twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

De la radio de masse aux radios"de proximité" par Saïdou Dia *

vendredi 18 janvier 2002

L’auteur analyse l’évolution de la radio au Sénégal. Il décrit le processus entamé avec la radio coloniale pour aboutir aux radios dites de "proximité ". Un engouement populaire est né avec ces dernières. Cet engouement est cependant suivi par la tendance à la standardisation qui caractérise souvent les programmes. D’où l’exigence de revoir la qualité du contenu des émissions proposées.

Saïdou Dia part du constat que la radiodiffusion est une technologie essentiellement européenne au départ. Cependant, elle a trouvé au Sénégal et auprès de ses habitants, des conditions d’adaptation exceptionnelles qui lui ont permis de s’imposer, au fil des années, à la fois, comme le moyen d’information et de communication le plus populaire, mais aussi le support d’expression culturelle dont ils se sentent le plus proches, indique t-il."Instrument de l’Administration coloniale, à ses débuts, la radio a été progressivement investie d’un ensemble de " missions" liées aux divers enjeux politiques, économiques et culturels qui ont jalonné l’évolution sociale et politique du Sénégal". Les nécessités du parachèvement de la Colonisation renforcent sa place au cœur du dispositif militaro-administratif de la France d’Outre-mer. Ceci a été possible, grâce en particulier, au pouvoir stratégique des "ondes courtes". Plus tard, les enjeux de l’Indépendance politique et les exigences du "développement national" dans les domaines économique, social et culturel, confortent son importance politique. Ces enjeux lui permettent de s’accommoder, à la fois, du développement spectaculaire d’une presse écrite dynamique mais trop élitiste et de la percée Des ruptures profondes sont notées dans le système d’information national et dans la tradition radiophonique. Elles remontent au début des années 90. Celles-ci coïncident avec l’avènement des radios dites de proximité. Dans cette gamme, il faut ranger les radios privées de type commercial, les radios communautaires ou de type associatif.

"Grâce à la " modulation de fréquence ", ces radios de type nouveau améliorent la qualité de la diffusion et de l’écoute, permettant ainsi à la radio de franchir un palier supérieur dans son évolution vers un plus grand professionnalisme", fait remarquer Saïdou Dia. Avec la naissance des radios de type nouveau, c’est la fin du monopole de l’Etat sur les ondes. Subséquemment, en plus de la concurrence qui fait son apparition, il y a l’amorce d’une nouvelle phase de promotion des langues nationales. Ces dernières sont, selon l’expression de l’auteur réhabilitées comme support d’animation et de diffusion de l’information. Cette situation trouve un terreau fertile lié à la grande masse des auditeurs analphabètes en français.

Mieux, "le recours aux nouvelles technologies de la communication ou NTICs (téléphone fixe ou cellulaire, ordinateur multimédia, etc.), permet à ces radios d’impulser une forme de communication plus conviviale avec les auditeurs et d’œuvrer à l’avènement d’une plus grande "démocratisation de la communication radiophonique". Avec les radios de proximité, c’est un nouveau paradigme de la communication alternative qui est de mise, note l’auteur. Par les radios de proximité, il faut ainsi lire le symbole concret de la volonté d’appropriation par les populations sénégalaises d’une technologie de diffusion de l’information et de la culture dont elles sentent de plus en plus proches . Parce qu’entre autres, elle leur procure ’envie de s’approprier le pouvoir lui-même, eu égard aux nouveaux enjeux et modalités de conquête du pouvoir que les radios et les populations récemment acquises aux nouvelles vertus et prérogatives d’une "citoyenneté active " ont appris à découvrir désormais, à l’occasion de choix politiques majeurs. Par delà ces vertus, M. Dia propose d’élargir à nouveau les frontières des radios dites de proximité. Ainsi, il plaide en faveur du dépassement de la faiblesse du radio journalisme et de la tendance à standardisation qui les caractérisent trop souvent. Ceci constitue à ses yeux, un moyen de compenser la faiblesse constatée dans la qualité du contenu de nombreux programmes.

Cette mutation est fondamentale parce que "grâce à l’Internet et au prototype de "radiodiffusion satellitaire" (WorldSpace), un nombre croissant de radios explorent, depuis quelques années, de nouveaux espaces visuels, sonores et écrits, dans la perspective mondialiste de "conquête de communautés virtuelles" de plus en plus supranationales", conclut l’auteur.

* Journaliste, Chargé de la Communication pour le développement, PLAN International, Sénégal in De la radiodiffusion "de masse" aux radios "de proximité" : les enjeux culturels et politiques des nouvelles technologies de diffusion de l’information et de la communication au Sénégal

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)