twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

De la communauté à l’unité africaine (Entretien avec Olivier Sagna)

vendredi 31 décembre 1999

image 181 x 200

Les gouvernements et les organisations non gouvernementales présentes dans le secteur des technologies d’information et de communication se rencontreront au Mali en février prochain, à l’occasion de la conférence Bamako 2000. L’organisation OSIRIS basée à Dakar et son dirigeant, Olivier Sagna, seront au rendez-vous.

L’Afrique participe déjà à la société de l’information, à son rythme et à sa façon. Malgré l’étendue de l’analphabétisme, "les illettrés sont parfois parmi les plus gros utilisateurs" des nouvelles technologies d’information et de communication, affirme M. Olivier Sagna, qui dirige une jeune organisation non gouvernementale basée à Dakar, l’Observatoire sur les systèmes d’information, les réseaux et les inforoutes au Sénégal (OSIRIS).

Au Sénégal, les téléphones portables connaissent un grand succès dans le secteur informel, parmi les "négociants illettrés." En outre, les émigrants analphabètes ont commencé il y a déjà un certain temps à se filmer sur des cassettes vidéo qu’ils envoient ensuite dans leur pays. "Maintenant la famille peut voir le frère ou le père en chair et en os, l’entendre parler dans sa langue, sans intermédiaire." Même si l’accès aux technologies de l’information est limité en raison des coûts, des barrières linguistiques et de l’analphabétisme, "les communautés adaptent la technologie à leurs besoins."

Dans tout ce contexte de mondialisation, les Africains ne peuvent limiter leur action aux seules frontières nationales. Nous pensons que les technologies de l’information sont un puissant outil qui permettra de faire progresser l’unité africaine.

— Olivier Sagna

Les télécentres peuvent aider à démocratiser l’accès aux technologies de l’information. Au Sénégal, la compagnie de télécommunications nationale (Sonatel) n’a pas pu assurer un service public universel. Mais elle permet aux Sénégalais d’installer chez eux un centre de services téléphoniques. Il existe maintenant plus de 10 000 de ces "télécentres," parfois même dans les villages les plus reculés. A partir du moment où il y a l’électricité et une ligne de téléphone, il peut y avoir un télécentre. Tout comme un seul journal est lu par 10 ou 15 personnes, "il en va de même du téléphone : les voisins donnent votre numéro de téléphone et reçoivent des appels et des messages." Il s’agit précisément là de "la spécificité culturelle que nous devons prendre en compte dans nos stratégies."

Les télécentres devraient au départ être accessibles et de taille réduite. "L’opérateur du télécentre peut composer un numéro pour vous ou traduire votre message e-mail du français en anglais. Il peut également trouver sur Internet ce que vous cherchez."

Parmi les principaux obstacles qui freinent la demande de services liés à Internet, M. Sagna cite la langue et "l’absence d’informations générées par les Africains sur les réalités africaines." La plupart des sites Web sont en anglais et, pour les pays africains francophones, "les sites en français n’ont souvent rien à voir avec leurs réalités quotidiennes." A son avis, les Africains doivent eux-mêmes décider de ce qu’ils ont besoin de trouver sur Internet. "Le risque est que, demain, d’autres personnes aillent développer des produits qui répondent à nos besoins. Nous ne serions encore une fois que des consommateurs passifs, et non des producteurs."

Le fait que les entreprises privées étrangères fassent pression pour faire évoluer les réglementations des pays africains tient du "secret de polichinelle" : "Ils savent que les taux de rendement sur investissement en Afrique sont les plus élevés du monde. Ils savent que l’Afrique est un très grand marché. Ils ont l’avantage d’avoir exploité avant nous le potentiel d’Internet. Ils disposent de plus grandes ressources financières et humaines pour investir dans le secteur, et pour faire pression auprès de nos gouvernements."

Dans certains pays, les initiatives du secteur privé local se sont heurtées au monopole d’entreprises étrangères qui sont venues remplacer les monopoles d’Etat. Au Sénégal, Sonatel a été privatisé et France Télécom détient maintenant 42 % des parts de l’entreprise et bénéficie, sur le plan juridique et pratique, d’un monopole dans certains secteurs de services "qui fait obstacle au développement du secteur privé national." M. Sagna explique que, avec des investissements relativement réduits, des boucles sans fil et une antenne VSAT (microterminal) peuvent desservir une communauté dans un rayon de 5 à 10 kilomètres. "Cela se fait dans quelques pays mais au Sénégal, France Télécom ne peut pas le faire et a interdit les autres entreprises de fournir ce genre de services. La situation de monopole entraîne des coûts plus élevés que s’il y avait libre concurrence."

Par exemple, tous les télécentres vendaient auparavant une unité de téléphone au prix de 100 francs CFA après l’avoir achetée 50 francs à Sonatel. "Maintenant, ce prix de vente a baissé jusqu’à 65 francs dans certains quartiers ; les télécentres se multiplient rapidement ; et les consommateurs bénéficient d’un meilleur accès et de tarifs plus bas grâce à la concurrence."

OSIRIS encourage le débat sur la nécessité d’établir au Sénégal un organisme de réglementation indépendant, et sur les questions de sécurité et de propriété intellectuelle sur Internet. L’organisation sensibilise également la population à ces questions. Elle est membre d’ANAIS (Réseau consultatif sur les stratégies africaines informationnelles), qui réunit des organisations similaires au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Mali. En février prochain, la conférence Bamako 2000 des organisations présentes dans le secteur des technologies de l’information soutiendra les efforts visant à établir un réseau actif et solide. "Dans tout ce contexte de mondialisation, les Africains ne peuvent limiter leur action aux seules frontières nationales. Nous pensons que les technologies de l’information sont un puissant outil qui permettra de faire progresser l’unité africaine."

(Source : Afrique renouveau, volume 13, n° 14, décembre 1999)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)