twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cybercriminalité au Sénégal : Un numéro qui “tue” sème la panique sur les réseaux sociaux

lundi 9 janvier 2017

Depuis quelques temps, au Sénégal, un numéro dénommée ”le Numéro de la mort” sème le désordre virtuel dans les terminaux des internautes. Le numéro en question a installé une peur bleue chez les sénégalais qui n’osent même plus décrocher un appel venant de l’extérieur et commençant avec le chiffre +231… de peur d’être la victime d’une malédiction passant par une voix mystique qui crève les fils des téléphones portables des internautes avant d’entrer dans leur tête.

Cette peur psycholo-virtuo-intelligente a connu une ascension grandissante à cause des vidéos des “victimes de ce numéro” qui circulent à la vitesse d’une flèche sur whatshapp ou sur facebook ou le débat sur l’origine de ce numéro fait rage.

Qu’en est-il de ce numéro de la mort ?

La qualité d’une société dépend surtout du degré de maturité et de sagesse de ses membres. C’est à se demander pourquoi les sénégalais sont devenus si hérétiques. Et le plus inquiétant parfois est que ce sont des sénégalais d’un certain niveau « intellectuel » qui nourrissent certaines rumeurs folles sur des numéros de téléphones supposés appartenant au Libéria, au Togo, Nigéria au Bénin etc. .

Croire que des esprits maléfiques ou des prêtres spécialistes du vodou et malintentionnés peuvent nuire est juste plus que drôle. C’est frivolement triste. Il n’en est absolument rien.

La réalité est qu’au Sénégal, un peu comme dans certains pays de la sous-région, la cybercriminalité et le banditisme informatique transnational gagnent de plus en plus de terrain. Ce que font ces gens, c’est tout un réseau bien huilé assez souvent. Ils ont leurs moyens, leurs modems, leurs serveurs, leurs smartphones, tous les équipements nécessaires pour commettre leurs crimes de hacking.

Ils sont assis devant leurs ordinateurs du matin au soir, et grâce à leurs équipements, ils peuvent « appeler » les gens, en faisant croire qu’ils appellent d’un pays voisin. Il n’en est rien, non plus. Ils n’ont pas bougé d’un iota, mais leurs capacités informatiques leur permettent de faire ces « miracles ».

Si vous tombez dans leurs pièges, ce sont des données personnelles qui vous sont soutirées suivies de chantage surtout quand ils retrouvent des choses intimes dans vos données. Sinon, ils vous miroitent des programmes de bourses ou de voyages touristiques ou en tout cas des trucs de grosses sommes d’argent que vous aurez gagné.

Parfois cela leur réussit. Ces appels anonymes si vous les décrochez, vous n’en mourez pas (seul Dieu connaît l’Heure). Mais vous pouvez tout de même mordre dans l’hameçon. Donc vous êtes avertis : tout ce qui brille n’est pas de l’or.

(Source : Social Net Link, 9 janvier 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)