twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cyber-sécurité : en Afrique de l’Ouest, 45% des grandes entreprises restent vulnérables

vendredi 29 septembre 2017

Selon une étude menée en Afrique de l’Ouest par l’entreprise Jighi, spécialisée en télécommunications et solutions de sécurité, 61% de toutes les institutions gouvernementales, des télécoms et des banques de la région montrent une vulnérabilité critique aux cyber-attaques. Pire encore, 45% des grandes entreprises ont été victimes de Ransomware ou ont été piratées.

Près de 45% des grandes entreprises de la région ouest-africaine seraient encore vulnérables aux cyber-attaques a fait savoir le directeur général de Jighi Inc., Mack Coulibaly, au lancement, jeudi à Abidjan, de la deuxième édition l’Africa Cyber Security Conference (ACSC). Selon Coulibaly, les cyber-attaques et la vulnérabilité du cyberespace constituent une menace réelle pour les économies africaines fragiles.

Se référant à une étude menée en Afrique de l’ouest par son entreprise, initiatrice de l’ACSC et spécialisée dans les télécommunications et des solutions de sécurité informatique, Coulibaly a avancé que plus de « 61% de toutes les institutions gouvernementales, des télécoms et des banques montrent une vulnérabilité critique aux cyber-attaques et 45% des grandes entreprises ont été victimes de Ransomware ou ont été piratées ».

Pas de croissance sans sécurité

Une autre étude, a-t-il poursuivi, publiée par le Centre européen de la cybercriminalité rapporte que jusqu’à 80% des entreprises et des institutions de certains pays de l’Afrique de l’Ouest n’ont pas de mode actif de détection d’une infraction dans le cyberespace.

Pour le DG de Jhigi, si l’Afrique veut faire prospérer son économie numérique, « son engagement en termes de cyber-sécurité doit épouser son engagement à la croissance économique et à l’innovation ».

Pour rappel, l’Africa Cyber Security Conference se tiendra du 10 au 12 octobre dans la capitale ivoirienne, Abidjan, autour du thème « L’état de la cybersécurité en Afrique : opportunités de l’économie numérique face aux cyber-menaces ».

(Source : La Tribune Afrique, 29 septembre 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)