twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Création, jeudi, d’un nouveau groupement de professionnels des TIC

mercredi 12 septembre 2007

Le rassemblement des entreprises du secteur des technologies de l’information et de la communication du Sénégal (RESTIC) sera lancé jeudi à partir de 11h 30 au Café de Rome, au cours d’une assemblée constitutive, annonce Moustapha Diakhaté, son principal animateur.

Après l’allocution d’ouverture, les organisateurs du RESTIC projettent une séance de brainstorming sur l’état des TIC au Sénégal, avant l’adoption "d’un plan d’action d’urgence afin de se poser en alternative" à un autre groupement professionnel de la place intervenant dans le secteur.

Cette séance sera suivie de la mise en place d’une équipe de direction provisoire, avant le clou de la cérémonie, la lecture de la résolution finale. Dès à présent, l’ambition affichée est de rompre avec la vision classique du syndicat professionnel traditionnel, pour se poser en "instrument de soutien de la compétitivité de (ces) membres".

Le secteur des TIC contribue pour près de 30% à la création de richesses au Sénégal. "Compte tenu du nombre sans cesse croissant de nouvelles entreprises dans ce secteur, il paraît urgent de prendre l’initiative de regrouper les acteurs en organisation professionnelle", indiquent les promoteurs.

"La vision et les objectifs de cette nouvelle organisation sont formalisés sur la base d’une approche systémique des enjeux du secteur des technologies de l’information et de la communication au sens très large. Il s’agit d’un alignement stratégique quant aux catalyseurs de croissance et de développement du secteur", indique un document transmis à l’APS.

Pour son positionnement en syndicat professionnel, le RESTIC, selon la même source, tient à "affirmer de manière indépendante, autonome et souveraine (son) ancrage dans le tissu patronal national de (leur) « Trade Group » (club d’affaires dans le monde anglo-saxon)".

A cet effet, les chefs d’entreprises membres du rassemblement promettent de "mettre en place un système transversal de collaboration, d’informations, d’échange d’idées et d’expériences et de solidarité endogène", ainsi qu’ils envisagent d’instaurer une charte de bonne gouvernance des entreprises membres.

Le RESTIC se positionne en se fixant des objectifs stratégiques, notamment la "réalisation d’actions auprès des pouvoirs publics et à l’international pour réunir les conditions de l’émergence d’une industrie forte qui inclut toutes branches au sein du secteur des TIC".

Il compte en outre "agir pour rendre le Sénégal compétitif et attractif pour les activités du secteur des services et autres produits connexes au service des TIC" et "jeter les bases d’une industrie du capital investissement et du capital développement centrée autour des besoins spécifiques des firmes et entreprises du secteur".

Dans sa "profession de foi", ce nouveau groupement professionnel, vise entre autres objectifs, à "protéger et promouvoir et aider à la diffusion de la propriété intellectuelle issue et générée par le secteur des TIC au niveau national".

Moustapha Diakhaté explique que le RESTIC cherche, au niveau national et dans la sous-région, à peser dans l’allocation des ressources de recherche et développement, perçu comme le "ferment de novations et d’innovations de TIC".

Ainsi, il s’agira d’"encourager un cadre juridique et un environnement propice pour la mise en place d’incubateurs d’entreprises et de start-up".

Les actions projetées interviendront "à différents niveaux pour orienter les décisions à la faveur des intérêts des acteurs, en suscitant une forte implication des principales instances nationales et internationales".

"Le développement d’une vision permanente stratégique et opérationnelle du secteur permettra de faire émerger un label de qualité de type ISO par notre trade group au bénéfice de ses membres", poursuivent les initiateurs du RESTIC.

(Source : APS, 12 septembre 2007)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)