twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Corruption au préjudice de la Sonatel : Papa Gana Mbengue jugé le 11 février

mardi 19 janvier 2010

Le procès pour corruption, opposant la Sonatel à un de ses cadres, Papa Gana Mbengue, va finalement s’ouvrir le 11 février 2010, pour défaut de comparution d’un témoin. Le mis en cause, qui avait été arrêté et déféré au parquet par la gendarmerie nationale, a bénéficié d’une mise en liberté provisoire.

Le tribunal correctionnel de Dakar devait statuer, la semaine dernière, sur l’affaire Papa Gana Mbengue, poursuivi par le ministère public pour corruption, au préjudice de la Société nationale des Télécommunications au Sénégal (Sonatel). Mais l’audience a connu un deuxième renvoi, au 11 février 2010, pour la comparution d’un témoin. Pour la manifestation de la vérité dans cette affaire, le juge a décidé de ce report pour faire comparaître à la prochaine audience, un cadre officiant à la Sonatel qui se trouve être au fait des tenants et des aboutissants de ce contentieux judiciaire. Le prévenu, qui avait comparu libre pour avoir bénéficié d’une mise en liberté provisoire, lors de l’instruction, est retourné chez lui jusqu’au jour-J pour être édifié sur les accusations portées à son encontre.

La Sonatel avait déposé une plainte contre le nommé Papa Gana Mbengue, ‘pour corruption’, en vue de la délivrance de marchés, pour le compte d’une entreprise dirigée par un certain Amoako Yaw Osei. La machine judiciaire a été déclenchée au Sénégal, après la parution d’un article de presse sur Internet, faisant état des propos tenus par le supposé corrupteur Amoako Yaw Osei, lors de son interrogatoire aux Etats-unis, le mercredi 6 septembre 2006. Dans ledit article le sieur Osei avouait avoir corrompu des agents de la société des télécommunications, en Afrique et plus précisément, au Sénégal. Son geste délictueux a été perpétré aux fins de gagner des marchés pour une entreprise dont il est à la tête. Il était même allé jusqu’à citer l’agent Papa Gana Mbengue qui se trouve être le chef du service Action communication internationales de la Sonatel. La Société nationale des Télécommunications estime, dans sa plainte, avoir subi un préjudice de 40 millions de nos francs. Pour mémoire, le mis en cause a été entendu et arrêté par la section recherches de la brigade de la gendarmerie nationale. Il sera mis à la disposition du juge d’instruction, auprès de qui il a pu bénéficier d’une mise en liberté provisoire, grâce à la médiation pénale entreprise par ses avocats. Mais dans quelques semaines, il devra comparaître devant le tribunal correctionnel de Dakar, pour être jugé.

Pape Ndiaye

(Source : Wal Fadjri, 19 janvier 2010)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)