twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Contre les faveurs accordées par Wade à la concurrence : Les agents de Sonatel s’en prennent à l’agent marketing de Sudatel

samedi 19 juin 2010

La Sonatel a été la première à déposer une demande d’extension de sa licence pour l’exploitation de la technologie 3G plus, mais à la surprise de l’entreprise, le président de la République l’a accordée à l’opérateur Expresso et s’est posé comme agent marketing de cette société. Ce que ne veulent pas accepter les travailleurs de la Sonatel qui ont décidé d’aller en grève le mois prochain.

Les agents de la Sonatel n’ont pas été tendres avec le président de la République lors de leur conférence de presse, organisé hier, pour dénoncer le projet de celui-ci, qu’ils accusent de vouloir la « liquidation de la Sonatel ». Dans une déclaration liminaire lue par le Secrétaire général de leur syndicat, M. Mamadou Aïdara Diop, ils ont accusé le Président Wade « de poser des actes dont la finalité non déclarée est de faire disparaître à terme la Sonatel qui lui a déjà versé depuis 2000, plus de 1 000 milliards de taxes, d’impôts et de dividendes ». En fait, les membres de l’intersyndicale des travailleurs se disent convaincus que « le président de la République est pris par un complexe de tout ce qui a réussi sans lui. C’est ce qui explique son achar­nement à vouloir détruire toutes les personnes physiques et morales qui se sont réalisées en dehors de son officine de fabrication artificielle de nouveaux ri­ches ».

Ce qu’ils reprochent au Pré­sident Wade, c’est d’avoir présidé « en grande pompe », le lancement du service 3G+ de la société Ex­presso, il y a une semaine, accompagné de tout l’appareil d’Etat. Ce­la a été jugé « scandaleux du fait qu’il viole de manière délibérée le décret créant et organisant les mécanismes de régulation du secteur des télécoms qu’il a lui-même signé ». Comme l’a rappelé M. Aïdara Diop, depuis 2008, la So­natel a engagé des négociations avec les autorités du pays, par le biais de l’Agence de régulation des pos­tes et télécommunications (Ar­tp), pour obtenir l’autorisation d’exploitation de la technologie 3G+. En décembre 2009, l’Artp, après examen des arguments de Sonatel et après consultations et accord des autorités gouvernementales, a donné une suite favorable à la demande de la société, pour une extension de sa licence à des conditions acceptées par les deux parties. Mais, selon toujours les explications du président de l’intersyndicale, « tous les projets de décret soumis au président de la République sont restés sans suite ».

La question que se posent les agents est de savoir « pourquoi deux projets de décret se perdent » alors que leur entreprise « remplit toutes les conditions d’exploitation du 3G plus ». Pour M. Mamadou Aïdara Diop, il n’y a qu’une réponse  : « Le président de la République nous a ligotés pour permettre à Sudatel d’être prête alors que Sonatel l’était déjà. Mieux, nous pouvons même, dans les trois jours qui suivront la signature du décret, mettre en service le 3G plus partout dans le pays. » Mais, « nous sommes bloqués dans notre capacité d’innovation ». C’est pour cette raison aussi qu’ils demandent à l’Etat d’être à équidistance des opérateurs. Ces travailleurs, qui aimeraient bien que l’Etat défende leur société au lieu de les soumettre à de si rudes épreuves, ne comptent pas se laisser faire, et ils envisagent une grève illimitée à la fin juillet prochain, pour obtenir du président de la République, Abdoulaye Wade, « la signature du décret modifiant le cahier des charges de l’opérateur historique de télécoms en vue de lui permettre de commercialiser la technologie dite du 3G plus ». En attendant, ce seront des Assemblées générales de section, une marche nationale de sensibilisation des populations qui vont meubler le temps d’ici à la fin de juillet.

Safiétou Kane

(Source : Le Quotidien, 19 juin 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)