twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Contre la taxation sur les appels entrants : Les Sonatéliens déposent leur (com)plainte auprès de « Me » Moustapha Niasse

samedi 17 septembre 2011

En quête de soutien, Ndèye Founé Niang Diallo, Secrétaire général de la section télécom du Syndicat national des travailleurs des postes et télécom (Sntpt) et ses camarades, en froid avec l’Etat du Sénégal à propos de la surtaxe sur les appels entrants, sont repartis satisfaits de leur rencontre avec Moustapha Niasse.

Hier, le Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp) a assuré de son soutien sans réserve les syndicalistes de la Sonatel. La délégation lui a expliqué que son outil de travail, la Sonatel, est menacé par le pouvoir de Wade, qui veut lui imposer une surtaxe annuelle de 60 milliards dans le but de financer sa campagne électorale. « Ce n’est pas, normal, l’Etat n’en a pas la prérogative. Ce n’est pas bon pour le pays, pour les consommateurs et pour l’économie du pays », a dit Mme Diallo. A ses dires, cette nouvelle taxe fait courir de grosses difficultés à tout le monde. D’après les explications qu’elle a fournies, les Sénégalais vont devoir débourser plus pour pouvoir accéder au téléphone, « car les tarifs sur les mobiles vont passés de 92 à 141 francs l’unité, tandis que le fixe va passer de 65 à 145 francs. Pour des raisons analogues, les Sénégalais de la diaspora vont être facturés plus chers. Pis, les pays étrangers vont appliquer la réciprocité ».

Les conséquences au niveau de l’entreprises seront sans commune mesure avec une baisse substantielle de trafic ; donc de revenus, et pour la Sonatel et pour l’Etat, au minimum la sonatel verse plus de 165 milliards par an en termes de taxes, dividendes, d’impôts, ajoute le leader syndical. Alors, la Sonatel ne pourra plus faire face à ses obligations, notamment les charges du personnel. « Et cela va dans un an ou deux se répercuter sur nos enfants », prédit Mme Diallo.

Ce n’est pas tout, puisque beaucoup de sociétés gravitant autour de la Sonatel vont être affectées. Parmi ces victimes potentielles, le secteur des banques. « Le rôle des banques, c’est de collecter des dépôts et de les distribuer à la clientèle. Le portefeuille des déposants est aujourd’hui constitué à 20% de la Sonatel. Cela veut dire que si, aujourd’hui, la Sonatel ne réussit plus à avoir son chiffre d’affaires, ses bénéfices, ses placements vont baisser de façon drastique. Il y a même des banques qui vont fermer parce que le dépôt de la Sonatel représente plus de 50% de l’argent déposé par les clients », analyse un cadre de banque.

Puis, la Sonatel devra aussi contenir un brasier cette fois-ci venant de son propre allié, France Télécom qui détient 42% de ses actions. « Elle avait pris l’engagement d’accompagner la Sonatel dans la sous-région. Ce qui fait que nous sommes présents au Mali et dans les deux Guinée. De­puis un certain temps, France télécom ne respecte plus cet engagement. Ils sont allés au Niger sans nous. Aujourd’hui, nous avons la possibilité d’acquérir de nouvelles licences, mais France télécom est décidé à ne pas nous accompagner, simplement parce qu’elle demande à acquérir 2 à 4% de parts supplémentaires avant de lever le pied », explique Mme Diallo. Avec humour, elle a rapporté une anecdote pour rendre compte de la nature prédatrice du pouvoir de Wade. « Au cours d’une réunion, le Président m’a dit : « vous aimez l’argent ; nous ai­mons l’argent. » Je lui ai répondu : « nous aimons l’argent pour accroître le développement ; vous, vous aimez l’argent pour autre chose. » Toute la salle d’être inondée de rires. Moustapha Niasse ajoutera : « Ces gens ne pensent qu’à manger, encore manger et toujours manger. Le vol, c’est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui et présentement, c’est le cas. » Selon M. Niasse, « la loi a été violée ; un décret ne peut pas imposer une surtaxe ». Après, il a conseillé à ses hôtes d’internationaliser le conflit, en saisissant l’Uemoa, la Cedeao, l’Ua, les Acp, surtout que Wade, « avant d’avoir peur des Sénéga­lais, a une peur bleue de la communauté internationale ».

Oumar Seydou Ba

(Source : Le Quotidien, 17 septembre 2011)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)