twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Contenus numériques sénégalais : clés et rentabilité

mardi 23 mars 2010

Tout le monde est unanime : institutions internationales, gouvernements africains, cabinets de conseil, journalistes, professionnels sont d’accord sur un point : sans contenus et services africains, le web n’aidera pas vraiment l’Afrique à se développer.

Mais tout le monde est également d’accord pour constater que les contenus africains en général et sénégalais en particuliers sont rares, voire absents. Les nouvelles technologies sont un support de communication, mais pas encore un support d’information. En tout cas pas d’information locale, susceptible de générer de la valeur ajoutée, et donc des revenus.

En regardant les sites les plus vus au Sénégal ( http://senetic.ning.com/profiles/bl... ), on est frappés par 2 constats : sur les 100 sites les plus vus, seuls 13 sont liés au Sénégal. Et sur les 13, les seuls contenus qu’on y trouve sont des actualités, généralement issues de la presse papier. Et l’on sait à quel point l’actualité numérique est un modèle difficilement rentable, même en occident. Les quelques sites à contenus générant un peu de trafic sont ou bien gérés hors du Sénégal (par des étrangers ou des expatriés), ou bien souvent obsolètes et statiques.

La cause ? Le manque de maturité du marché est l’élément le plus flagrant, bien qu’il soit de moins en moins vrai : faible nombre d’internautes au Sénégal, faible revenu moyen des internautes, débit limité, nombre de possesseurs de cartes de paiement très réduit... Bref, difficile de rentabiliser le travail nécessaire à la production de contenus utiles et de qualité.

Or ce retard fait hésiter les éventuels investisseurs du marché, rendant tout développement spontané particulièrement difficile. Sans compter que les acteurs du contenu "bas de gamme" internationaux sont en train de se positionner partout à la fois. Que ce soit des contenus créés par des amateurs (youtube, ...) ou des rédacteurs sous-payés au mot (Pagetronic à 3 FCFA le mot)... Le marché va bientôt être saturé avant même d’être occupé.

Mais comment sortir de la spirale du désert informationnel ? Les grandes initiatives nationales ont démontré leurs limites, et seul le secteur privé est capable de relever le défi ; mais pour susciter les vocations et faire sortir les projets, des soutiens financiers et administratifs doivent voir le jour. Il est tant de reconnaitre que ce n’est pas en installant des ordinateurs dans les écoles que cela suffira à faire naître une "génération web". Il faut des formations (on parle désormais en France d’un investissement 50% hardware et 50% formation des enseignants), de la maintenance, et surtout et des contenus adaptés au Sénégal (alphabétisme, histoire, économie, agronomie, ...).

A quand donc une mise en ligne des archives TV de la RTS, l’éclosion de web-tv avec des contenus originaux, des blogs par centaines, des sites gouvernementaux de qualité, des services rentables qui ne soient pas des copier-collers de sites occidentaux ? Les Sénégalais doivent faire preuve de créativité, et les instances nationales et internationales d’une vision et d’un soutien qui font encore souvent défaut...

Emmanuel Bocquet

(Source : Viadéo, 23 mars 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)