twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Contentieux entre Huawei Technologies Sénégal et Cosmos Communication

vendredi 27 juin 2014

Babacar Fall, un jeune sénégalais à la tête d’une structure dénommée Cosmos Communication, s’est rapproché de Dakaractu, pour prendre l’opinion à témoin dans une affaire qui frise la nébuleuse, entre leur société et Huawei Technologies Sénégal, partenaires de l’ADIE.

Tout est parti de l’ambassade de Chine, selon Babacar Fall

L’affaire remonte à la mi-février 2014. Contacté par le DG de Huawei, en l’occurrence Monsieur Fanshao, alors qu’il était dans les bureaux du service économique de l’ambassade de Chine à Dakar, rendez-vous était pris pour le lendemain, 18 février à 15h dans un hôtel huppé de Dakar. L’objet de l’appel, nous a-t-il expliqué, était de se rendre d’abord là-bas pour rencontrer une équipe technique de Huawei. Mais comme dans une situation d’urgence, il lui sera demandé quelques heures après, de se présenter le même jour (le 17 février) à 15h au siège de Huawei sis à Mermoz.

Un travail abattu, des soupçons de manœuvres

Selon Mr. Fall, après plusieurs rencontres et ateliers techniques, il a été demandé à sa société de réaliser une application mobile Android et IOS, c’est à dire téléchargeable sur tout type de téléphone Android et smartphone Apple. « Après avoir fait et présenté le travail, c’est-à-dire réaliser l’application pour Huawei qui le destinait à l’ADIE (agence de l’informatique de l’état), les différents responsables de Huawei avec qui j’ai fait tout le processus, ont commencé à montrer un autre visage. Ceci après qu’ils m’ont demandé de formuler une proposition financière définitive » informe Babacar Fall. C’est alors nous dit-il, qu’il a compris que d’autres forces étaient entrées en jeu pour nous soutirer le marché, même si le travail a été déjà fait. Réclamant justice pour le paiement des services déjà effectués et après avoir commis un avocat pour cela, de bonnes volontés (Hautes autorités) lui ont demandé de faire une suspension d’instance, le temps pour eux de faire une médiation à l’amiable, ce qu’il a accepté.

Le double langage du conseiller juridique de Huawei

Mouhamed M’bodj, le conseiller juridique de Huawei, alors en partance pour le Mali, nous a joints après que nous ayons eu au téléphone Mr Fanshao et Wu qui lui servait d’interprète, d’abord pour nous signifier que c’est un malentendu qui est en voie d’être réglé. Mais le lendemain par mail, c’est une autre version qu’il nous a servi, indiquant que : « Quatre entreprises ont été approchées en Février 2014, par HUAWEI, dans le cadre de consultations pour le compte de Agence De l’Informatique de l’Etat (ADIE) en vue d’approvisionnement en applications mobiles. L’une d’entre elles ; la société Cosmos, après avoir régulièrement suivi le processus avant-vente pendant 2 mois, a décidé de manière unilatérale de mettre un terme à sa participation et de renoncer à la vente » écrit-il. Il ajoute que ce faisant, la société Cosmos réclame a posteriori à la société « Huawei- maitre d’œuvre du développement de cette application pour le compte de l’ADIE, un dédommagement pour les travaux qu’elle a eu à effectuer en vue de son éventuelle participation au développement de cette application mobile ».

Il précise aussi que l’entreprise Huawei, comme toute entreprise qui se respecte, obéit à des règles de procédure interne strictes, qui ne permettent pas de payer un quelconque montant à une quelconque personne fut-elle physique ou morale, en dehors de sa procédure d’achat, et en l’absence de contrat et de facture associée. Un ton loin de ce ‘’malentendu en voie d’être réglé’’ dont il parlait avant de s’envoler pour le Mali.

Une confrontation avec presse comme témoin ajournée

Babacar Fall pour tirer les choses au clair avait contacté la presse pour témoigner de ses échanges avec les entités citées plus haut. D’abord, il était prévu ce vendredi 27 juin 2014, de se rendre à l’Ambassade Chine d’où tout est parti, avec la mise en contact des parties en conflit (Huawei et Cosmos Com). Ensuite le jeune entrepreneur qui se sent floué (une situation qui l’a mis mal à l’aise avec ses collaborateurs) devait se rendre à la Direction de la société chinoise pour rencontrer Fanshao et ses collaborateurs. Ensuite direction devait être prise pour l’ADIE, mais des voix lui ont demandé un nouveau sursis jusqu’au mardi prochain. Des révélations sont attendues, surtout que deux sociétés sur lesquelles Dakaractu a eu des échos avec force détails, sont citées dans cette affaire. Nous y reviendrons...

(Source : Dakar Actu, 27 juin 2014)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)