twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Conséquences de la journée d’interruption sur les télécoms : « Cela pose la nécessité d’une vraie offre diversifiée... », selon l’Optic

vendredi 13 août 2010

Les Sénégalais ne sont prêts à oublier de sitôt les conséquences occasionnées par la dernière perturbation relevée sur le réseau de téléphonique et internet, lors de la journée nationale d’action, du jeudi 5 août 2010, de la Sonatel. C’est à l’image de l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication du Sénégal qui considère que les effets de cet événement posent la problématique et la nécessité d’une vraie offre diversifiée, d’une obligation de service minimum sur les secteurs stratégiques relevant quasiment de la sécurité et de la souveraineté nationale.

L’Organisation des Professionnels des Technologies de l’Information et de la Communication du Sénégal (Optic) considère que la situation l’interruption dans la fourniture des services téléphoniques (international, inter-urbain, inter-réseaux nationaux, ...) et Internet de l’opérateur Sonatel intervenu le jeudi 5 août 2010 « pose la problématique et la nécessité d’une vraie offre diversifiée, d’une obligation de service minimum sur les secteurs stratégiques relevant quasiment de la sécurité et de la souveraineté nationale ». Dans un communiqué qui nous est parvenu, elle fait croire que « Optic, en tant qu’organisation professionnelle sectorielle mène cette réflexion depuis longtemps et reste convaincue que le problème de la libéralisation du secteur des télécommunications est encore d’actualité ».

Cette organisation membre du Conseil national du patronat (Cnp), toujours dans son document, condamne l’événement du 5 août dernier qui, à son avis, « a isolé le Sénégal du reste du monde, causé des préjudices aux Sénégalais en général, aux acteurs économiques en particulier et terni la bonne image du Sénégal dans le domaine des télécommunications ».

A en croire l’Optic, « les sociétés évoluant dans le secteur des Tic ont ressenti encore plus durement cette interruption de services car elles utilisent massivement l’outil Internet et les liaisons internationales : elles ont subi des préjudices économiques énormes ». Avant de lancer : « Nous prônons une concertation Etat/ Secteur Privé /Société Civile/Partenaires au Développement dans les meilleurs délais pour en sortir des recommandations concrètes ».

Bacary Dabo

(Source : Sud quotidien, 13 août 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)