twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Conseil national de régulation de l’audiovisuel : Une volonté d’embrigadement ?

vendredi 30 décembre 2005

A la place du HCA, il y a désormais un organe chargé de faire la police avec une autorité renforcée, à en croire l’exposé des motifs de la présente loi. Toujours selon cet exposé des motifs, " tous les médiats audiovisuels entrent dans son champ de compétence, quel que soit leur statut juridique ".

Cette loi qui vient d’être votée par l’Assemblée nationale, promulguée par le président de la République, disposera, si l’on se réfère en son article 26, d’une panoplie de sanctions et mesures coercitives applicables à tout organe de l’audiovisuel jugé coupable par ce " tribunal " que constitue le Cnra. Elle énumère trois types de sanctions, en fonction de la gravité des griefs qui sont retenus contre les contrevenants. Ces sanctions vont de la suspension d’un à trois mois de tout ou partie des émissions à la sanction pécuniaire de deux à dix millions de F Cfa, en passant par la pénalité quotidienne de retard de cent mille F Cfa à cinq cent mille F Cfa en cas d’inexécution d’une décision du Conseil national de régulation.

Avec les attributions du CNRA, tout porte à croire que c’est comme une épée de Damoclès qui est suspendue au-dessus des stations radios du privé, même si certaines attributions, notamment dans l’article 7, ne pourraient pas manquer de viser l’audiovisuel du service public de l’information. Aujourd’hui, ce sont les émissions interactives diffusées par les stations privées qui sont dans le viseur du régime, par le biais du Cnra. En atteste une partie de l’exposé des motifs qui souligne que " le nouvel organe de régulation est chargé de veiller à ce que les stations de radios et de télévisions disposent, pour leur organisation, d’un équipement technique permettant d’éviter les dérapages jusque-là constatés et qui, pour l’essentiel, portent atteinte aux institutions ou à l’honneur et à la réputation des personnes ".

Même si des dérapages pour le moins malheureux sont constatés de temps à autre sur les ondes, il n’en demeure pas moins que ces émissions interactives constituent des tribunes pour le Sénégalais qui a son mot à dire sur la gestion de la cité. Avec les attributs du Cnra, ne risque-t-on pas d’étouffer le désir des citoyens de dire ce qu’ils pensent de ceux qui les gouvernent et de leur quotidien d’une manière générale ? Quand on sait que, de plus en plus, les espaces de liberté se rétrécissent comme peau de chagrin, la censure sur les émissions interactives ne pourrait en aucun cas rencontrer l’agrément des démocrates de ce pays. Et, les faits ont montré et continuent de montrer qu’il n’existe que deux voies : la libre antenne pour permettre aux citoyens de dire ce qu’ils pensent ou bien la révolte des sans voix.

Si l’actuel régime en est arrivé là, c’est peut-être parce que l’Etat de grâce est relégué aux calendes grecques. Où sont les fervents défenseurs du président Wade qui, à longueur de journée, n’arrêtaient pas de nous rabibocher du : " laisser le vieux travailler ". Peut-être que le vieux n’a pas travaillé ou il n’a pas bien travaillé pour toujours mériter la protection de ses boucliers d’antan.

S’il y a à craindre avec cet organe, c’est bien sûr le risque d’assister à la disparition forcée de la plupart des stations privées. Non parce qu’une de leurs émissions interactives est mise en cause, mais parce qu’elles n’ont pas les moyens pour s’équiper d’outils leur permettant de différer un peu les réactions des auditeurs.

Seulement, abordé sous l’angle du respect de l’accès équitable des partis politiques, des syndicats et des organisations de la société civile aux médiats audiovisuels, c’est la RTS qui risque de trinquer. Combien de fois, elle a été épinglée par le défunt Haut conseil de l’audiovisuel (HCA) ? Combien de fois, le HCA a attiré l’attention des responsables de la RTS et des autorités de l’Etat sur la part belle qui est réservée au couple présidentiel, et au PDS, le parti au pouvoir, au détriment des formations politiques de l’opposition ? N’est-ce pas une raison suffisante mais subjective pour le président Wade pour snober le HCA et ses responsables respectifs ? Madame Aminata Cissé Niang qui présidait aux destinées du HCA jusqu’à ce mercredi 21 décembre, n’a toujours pas trouvé preneur pour son rapport. Tout pour dire qu’on risque demain de se retrouver dans la même situation. Une équipe qui fait son travail, mais dont les conclusions et autres mesures prises ne sont jamais suivies d’application. De l’autre côté, une équipe à la solde du prince, prête à mâter de la presse libre et à chouchouter une presse partisane.

En tout cas, pour le responsable du Synpics, Alpha Sall, le caractère unilatéral de ce projet pourrait sans aucun doute être source de blocages, même s’il reconnaît que l’initiative d’une loi appartient aux autorités. Vu que la corporation n’a pas été consultée, M. Sall redoute que " l’application du contenu du projet de Cnra peut poser problème par le simple fait des hommes qui sont appelés à donner corps à cette structure ".

Mandiaye THIOBANE

(Source : Nouvel Horizon, 30 décembre 2005)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)