twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Conseil constitutionnel : Un site Internet cosmétique

lundi 14 janvier 2019

A quoi sert finalement le site web du Conseil constitutionnel ? La non-publication, sur le site, de la liste provisoire des candidats à la présidentielle de 2019, pourtant affichée dans les locaux du Conseil, est de nature à penser qu’en fin de compte, ce qui était présenté comme un élan d’ouverture n’était qu’une opération cosmétique de communication. Non seulement la décision n’est pas rendue publique via le support Internet, mais l’arbitre des élections a attendu jusqu’à 7 h pour publier la liste, alors que les journalistes ont passé la nuit devant les locaux de l’institution.

Pourtant, un simple communiqué indiquant la date et l’heure de la publication de la liste sur le site aurait évité aux hommes des médias de passer la nuit à la belle étoile, tout en leur garantissant un accès facile à l’information. Et c’est justement pourquoi cette forme de communication d’un autre âge du Conseil constitutionnel est difficilement compréhensible. Le 3 décembre dernier, lors de la cérémonie de lancement du site web, le président du Conseil constitutionnel, Pape Oumar Sakho, avait pourtant affirmé que c’est le lieu de donner la bonne information aux citoyens.

"Ceux qui le souhaitent y trouveront, dans un langage clair et simple, une réponse à l’ensemble des questions qu’ils pourraient se poser sur le fonctionnement, les attributions et les décisions rendues par le Conseil constitutionnel en toute matière et à toute époque", promettait-il. Pour motiver cette ‘’innovation’’, M. Sakho se justifiait en ces termes : "L’accès à l’information devient un droit, mais également un enjeu pour l’émergence d’une société citoyenne, responsable et confiante en ses institutions."

Il s’y ajoute que, selon le président Sakho, la Constitution sénégalaise a élevé le droit à l’information à la dignité fondamentale. Ce jeu de transparence était particulière valable pour la présidentielle à venir. "Dans la perspective de l’élection présidentielle de février 2019, le Conseil constitutionnel a jugé nécessaire de mettre l’accent sur la communication, dans l’objectif de faire comprendre sa mission, mais surtout de faciliter l’accès aux informations qu’il produit et diffuse", avait ajouté M. Sakho. Et voilà que le Constitutionnel rende une décision qui, jusqu’à 12 h, n’a pas été sur le site. Pour une première, c’est déjà raté !

Babacar Willane

(Source : Seneweb, 14 janvier 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)