twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Congo-Kinshasa : L’accès de nouveau limité aux réseaux sociaux

mercredi 9 août 2017

L’opposition avait appelé à une journée ville morte lundi et mardi en RDC, un appel suivi pour le premier jour à Kinshasa, plus inégalement en province. C’est surtout dans la capitale et l’Est que les activités ont été perturbées. A noter quelques échauffourées dans la matinée de lundi à Goma et Lubumbashi. Mais finalement la situation est restée calme à travers le pays. Une journée marquée également une nouvelle restriction sur les réseaux sociaux. Mesure imposée par les autorités aux opérateurs pour éviter le partage de photos et de vidéos.

L’information a d’abord circulé, comme souvent, sur les réseaux sociaux, sous la forme d’une lettre de l’Autorité de régulations des télécommunications appelant l’un des principaux opérateurs de la place à réduire au maximum l’accès à une liste précise d’applications.

Confirmation par le ministre des Nouvelles technologies. Selon Emery Okundji, il ne s’agit pas de couper l’accès mais bien d’empêcher l’échange « abusif » de photos et de vidéos. Pas de précisions sur les images à l’origine de cette mesure.

Pour l’association des médias en ligne de la RDC, rien ne justifie une telle décision. « Ce n’est pas un motif justifié dans la mesure où ils ont toutes les possibilités de pouvoir identifier les personnes ou authentifier les photos, explique Patient Ligodi, patron d’actualité.cd.

Deuxièmement, quelle influence le public, ou les personnes qui diffusent ces photos ont sur l’ensemble de la population ? S’il y a des problèmes dans la ville, dans le pays, ce ne sont pas des problèmes qui sont alimentés par Internet, ce sont des problèmes qui existent. »

L’ONG Reporters sans frontières appelle les opérateurs à résister à cette exigence du gouvernement. Des opérateurs qui officieusement ne cachent pas leur agacement devant le manque à gagner que représentent depuis un an ces mesures successives visant à censurer ou limiter l’accès à internet.

(Source : RFI, 9 août 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)