twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Conférence Panafricaine des Ministres de l’Education sur l’Apprentissage Ouvert et l’enseignement à Distance (Le Cap, 1-4 février 2004)

mercredi 28 janvier 2004

La conférence panafricaine des ministres de l’éducation se tiendra au Cap, en Afrique du Sud, du 1er au 4 février 2004, pour examiner l’utilisation d’une philosophie d’apprentissage ouvert et des méthodes d’enseignement à distance afin de permettre aux pays africains de satisfaire leur besoin de développement économique et social. L’éducation est perçue comme un outil d’importance vitale dans la satisfaction de ce besoin et pour les citoyens instruits et qualifiés qui peuvent participer à l’économie globale croissante. Les modèles d’enseignement actuels et l’ampleur de leur exécution ne satisfont pas les exigences imposées aux pays africains et, en conséquence, des solutions de rechange doivent être explorées.

Cet article pose cinq questions fondamentales qui seront débattues pendant la conférence. Il est conçu pour servir d’introduction aux interventions et pour poser des questions pour diriger les débats et les discussions lors de la conférence.

Dans tout, cet article note la nette distinction entre "l’apprentissage ouvert" et l’"enseignement à distance" et utilise le terme "enseignement à distance" avec la compréhension que "l’apprentissage ouvert" représente la philosophie sur laquelle l’enseignement à distance est basé.

1. Portée de l’apprentissage ouvert et de l’enseignement à distance

Les termes "apprentissage ouvert" et l’"enseignement à distance" sont souvent utilisés l’un pour l’autre. Cependant, il y a une distinction entre les deux. Tandis que l’apprentissage ouvert se rapporte à une philosophie de la pratique éducative, l’enseignement à distance se rapporte à la méthodologie.

L’apprentissage ouvert peut être défini comme approche ou philosophie qui combine les principes de la centralité de l’apprenant, de l’étude perpétuelle, de la flexibilité de l’exécution de l’étude, de l’annulation des barrières à l’accès à l’apprentissage, de la reconnaissance d’une expérience d’étude antérieure, de l’octroi du support de l’étudiant, de la construction des programmes d’étude dans l’espoir que les étudiants peuvent réussir, et de la maintenance d’une assurance qualité rigoureuse sur la conception des matériaux et des systèmes d’étude de soutien. L’apprentissage ouvert est applicable à toute la pratique en matière d’éducation.

L’enseignement à distance est employé pour décrire l’étude dans laquelle les caractéristiques énumérées ci-dessus sont importantes. Dans l’enseignement à distance, il y a une séparation du professeur et de l’apprenant, et une telle étude comporte habituellement l’utilisation des cours par des médias mixtes avec différentes modalités pour appuyer l’étudiant. L’enseignement à distance est unique car elle encourage une approche souple centrée sur l’étudiant et présente des moyens d’apprentissage n’importe où et n’importe quand.

D’autres termes utilisés dans le domaine de l’enseignement à distance sont : "l’enseignement par correspondance," "l’apprentissage à distance," "l’étude distribuée," "études externes," "étude souple," "étude mixte" et "auto instruction." Avec l’utilisation accrue des technologies de l’information et des communications (ICT’s), plus de conditions ont été ajoutées pour maîtriser rapidement un terrain de plus en plus changeant et diversifié, par exemple "apprentissage par la technologie," "apprentissage" et "apprentissage accru par la technologie". Les définitions de ces autres termes se trouvent dans l’annexe.

L’enseignement à distance a connu de grands succès dans l’enseignement supérieur, particulièrement dans les universités. La multitude d’universités ouvertes dans le monde (et en effet en Afrique) illustre la valeur de l’enseignement à distance dans ce secteur du système éducatif. Cependant, il y a une preuve grandissante qu’une approche de l’apprentissage ouvert et des méthodes d’enseignement à distance peuvent être utilisées pour aider d’autres secteurs, notamment la formation technique et professionnelle, la formation des enseignants, le développement professionnel continu, l’enseignement pour adultes et l’apprentissage continu. Il y a également des modèles utiles émergeants pour illustrer comment l’enseignement à distance peut être utilisé effectivement et efficacement pour aider le secteur de l’enseignement secondaire et l’enseignement de base des adultes.

En considérant le domaine de l’enseignement à distance, les questions suivantes doivent être examinées :

- Comment est l’utilisation correcte de la terminologie appropriée concernant la stratégie de développement de ressources humaines d’un pays ?

- La portée de l’enseignement à distance reflète-t-elle différentes compréhensions en ce qui concerne la qualité de la disposition ?

- Comment cette compréhension de l’enseignement à distance affecte-t-elle l’utilisation de telles méthodes par un pays ?

- L’enseignement à distance est-il une "option de seconde zone, une option de la deuxième chance" ?

- L’enseignement à distance peut-il être dispensé à une partie intégrale du paysage éducatif d’un pays afin de diversifier l’orientation de l’éducation et de formation ?

- L’enseignement à distance peut-il faciliter l’accomplissement de l’éducation pour tous et les autres objectifs de développement du millénium ?

2. Acteurs impliqués

Dans l’enseignement à distance, divers acteurs sont impliqués sous ses différentes dimensions, avec chacun jouant un rôle particulier. Premièrement, les ministères de l’éducation ont un rôle central à jouer, avec d’autres ministères et commissions comme la planification et le développement, les communications et les finances. Le succès des grandes universités ouvertes du monde démontre la volonté politique et l’engagement ministériel.

D’autres acteurs sont identifiés quand la question principale soutenant le développement de l’enseignement à distance et le système de l’apprentissage ouvert est posée : Qui réellement assure l’éducation et contrôle la qualité ? En répondant à cette question, d’autres acteurs sont identifiés en tant qu’institutions nationales et/ou régionales, la direction et la gestion de ces institutions, facultés et corps enseignants, personnel de soutien, parents, apprenants, employeurs, associations professionnelles et organismes de la société civile.

En considérant les acteurs impliqués dans l’enseignement à distance, les questions suivantes doivent être posées :

- Quel rôle les gouvernements nationaux, régionaux et locaux devraient-ils jouer dans le développement d’une politique / système de l’enseignement à distance ?

- Comment permettre la mise en place de l’enseignement à distance de qualité par les différents acteurs, publics et privés ?

- Quel genre de mécanismes de régulation doit être mis en place pour s’assurer que les intérêts des étudiants sont protégés et que les besoins nationaux sont satisfaits ?

- Quels mécanismes peuvent être employés pour encourager la participation de tous les acteurs dans le système de l’enseignement à distance ?

- Quel rôle devraient jouer les organismes multilatéraux et bilatéraux quant à l’aide à apporter à l’enseignement à distance ?

3. Environnement politique

La réalisation de l’enseignement à distance de qualité se fonde sur plusieurs choses. Au niveau du gouvernement et des institutions, il y a un certain nombre de facteurs principaux, dont une forte volonté politique, et une répartition appropriée des ressources est essentielle. Cette volonté et vision politiques doivent être traduites en un environnement favorable, et la stratégie d’exécution pour soutenir un programme de développement des ressources humaines pour le pays. Il importe que cette politique tienne compte de la convergence croissante entre l’enseignement à distance et l’enseignement face à face qui résulte d’une utilisation et d’une confiance grandissantes dans les nouvelles technologies de l’information et des communications (ICTs)

En considérant l’environnement de la politique pour l’enseignement à distance, les questions suivantes doivent être notées :

- Quels processus politiques sont nécessaires pour s’assurer qu’un système d’enseignement à distance est conçu pour aider à la réalisation des objectifs de développement humain du pays ?

- Comment le processus politique peut-il inclure la recommandation, la formation et la recherche nécessaires exigées ?

- Quels sont les éléments principaux d’une bonne politique d’enseignement à distance ?

- Comment l’utilisation des Technologies de l’Information et des communications (TIC) peut-elle être intégrée dans la politique de l’enseignement à distance ?

- Quels mécanismes d’assurance qualité doivent être mis en place pour développer et contrôler des normes ?

- Quels seront les procédés d’accréditation et d’identification des qualifications de ceux qui apprennent par le mode de l’enseignement à distance ?

- Quelle sera la politique par rapport au financement / subvention de l’étudiant qui suit des cours par correspondance / l’institution ?

- Quelles réglementations seront nécessaires pour faire face au phénomène croissant de l’éducation transnationale ?

- Quel sera le rôle des gouvernements/institutions quant aux droits de propriété intellectuelle ?

4. Stratégies pour l’enseignement à distance et l’apprentissage ouvert

En aménageant une politique d’enseignement à distance, les stratégies pour son exécution sont déterminantes pour la réalisation de la politique. N’importe quelle stratégie d’exécution exige une soigneuse planification, une recherche, une compréhension des risques et des bénéfices liés à l’usage de différents mélanges de méthodes d’enseignement à distance, et la compréhension des implications des coûts et avoir des périodes de temps réalistes. Contrairement à ce que l’on croit communément, l’enseignement à distance n’est pas bon marché ; c’est, plutôt, une ressource intensive et exige l’investissement initial dans l’infrastructure et le capital humain.

En considérant des stratégies pour l’enseignement à distance et l’apprentissage ouvert, les questions suivantes doivent être posées :

- Comment mène-t-on une analyse des risques et des bénéfices en utilisant différentes stratégies pour mettre en application l’enseignement à distance ? Quels sont les études/rapports/outils existants disponibles et où ?

- Quel est le rôle pragmatique de la technologie dans une stratégie ?

- Comment les questions suivantes sont-elles abordées : infrastructure technologique ; formation ; contenu des capacités locales de développement, y compris la création et l’utilisation d’objets d’apprentissage ; avec un accent particulier mis sur les langues locales ; les spécificités culturelles et l’accès aux matériels des sources ouvertes ?

- Comment s’assure-t-on que l’exécution devient une partie du système d’éducation nationale et que des institutions sont renouvelées et développées ?

- Comment forme-t-on des partenariats pour encourager le partage des ressources, réaliser des économies d’échelle et influencer des capacités existantes dans le pays et la région ?

- Est-ce qu’une stratégie d’exécution peut être constituée de partenariats du privé - public pour encourager l’innovation, la recherche, l’éducation et la formation ?

- Quel type de direction et de formation à la gestion est nécessaire ?

5. Conditions des ressources pour l’enseignement à distance

Ce ne sont pas tous les pays africains qui ont accès aux ressources adéquates (humaines, financières et d’infrastructure). Par conséquent, le succès ou l’échec de n’importe quelle politique d’enseignement à distance et régime d’exécution dépend d’une estimation précise des ressources exigées et des manières innovatrices pour avoir accès à de telles ressources. En identifiant le besoin des ressources et la capacité à satisfaire ce besoin, il est impératif d’aborder la question à long terme de la durabilité. N’importe quel modèle de ressources pour l’enseignement à distance doit inclure à la fois les ressources du gouvernement et la génération institutionnelle des revenus.

En considérant les conditions des ressources pour l’enseignement à distance et l’apprentissage ouvert, il est nécessaire de mettre un accent particulier sur les questions suivantes :

- Quelles ressources sont exigées pour le développement des systèmes et des institutions d’enseignement à distance ?

- Quels modèles de revenu peuvent être utilisés pour une disposition durable (frais de scolarité de l’utilisateur, subvention du gouvernement, partage privé - public du coût, génération des revenus par des institutions) ?

- Comment créer un cadre des directeurs d’enseignement à distance, des chercheurs, des instructeurs, des administrateurs, des développeurs de cours et de matériaux et du personnel d’assistance pour soutenir le système d’enseignement à distance ?

- Quel est le rôle des agences et des donateurs bilatéraux et multilatéraux ?

6. Conclusion

- 1. Mettre en application un système d’enseignement à distance dans un pays peut paraître comme une tâche intimidante, mais est finalement faisable, comme démontré par le succès de l’apprentissage ouvert et de l’enseignement à distance dans les pays en voie de développement et dans les pays développés.

- 2. L’enseignement à distance n’est plus vu comme une méthode "marginale" mais devient intégral pour toutes les dispositions éducatives.

- 3. Le "moment" de l’université ouverte consacrée est de plus en plus en train de donner place à une conversion des institutions existantes en un mode duel et les dispositions d’étude plus souples.

- 4. L’enseignement à distance est souvent vanté comme une option bon marché. Toute éducation et formation de qualité a besoin d’entrées de ressources suffisantes.

- 5. L’enseignement à distance n’est pas une panacée pour toutes les anomalies assaillant nos systèmes éducatifs. Il doit être mis en place après une planification et une recherche adéquates et être perçu dans le contexte général du développement éducatif dans un pays.

- 6. L’enseignement à distance est au sujet de l’étudiant, ce qui veut dire que l’étudiant doit toujours rester au centre de tous nos processus éducatifs.

- 7. La collaboration et le partage des ressources sont des stratégies utiles en faisant face au manque de ressources, d’expertise et d’infrastructure.

(Source : Site de la Conférence Panafricaine des Ministres de l’Education sur l’Apprentissage Ouvert et l’enseignement à Distance)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)