twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Comptabilité publique : L’informatisation pour sortir des comptes à bonne date

vendredi 10 juin 2011

Ayant déjà acquis le progiciel Aster, qui permet à toutes les informations comptables d’être disponibles à temps réel afin de permettre aux décideurs de prendre les décisions qui s’imposent de façon rapide, transparente et en toute connaissance de cause et d’assurer la production régulière des comptes de gestion, le Sénégal et 3 autres pays qui l’utilisent veulent désormais l’adapter aux nouvelles réglementations dans leurs unions économiques et monétaires.

Dans leur volonté affichée de promouvoir la transparence dans la gestion des deniers publics et la gonne gouvernance, le Sénégal et trois autres pays francophones, qui se sont dotés du progiciel Aster, multiplient leurs efforts pour l’informatisation de leur comptabilité publique et veulent désormais l’adapter aux réformes intentionnelles dans leurs unions économiques et monétaires respectives. A cet effet, la direction générale de la Comptabilité publique et du trésor du Sénégal tient depuis hier un séminaire international consacré au progiciel de tenue de la comptabilité Aster. Ce progiciel, développé par la France et mis à la disposition du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Gabon et du Sénégal, permet à toutes les informations comptables d’être disponibles en temps réel afin de permettre aux décideurs de prendre les décisions qui s’imposent de façon rapide, transparente et en toute connaissance de cause et d’assurer la production régulière des comptes de gestion. Et cette rencontre de deux jours, qui entre dans le cadre de la mutualisation des expériences au niveau de ces quatre pays, permettra, selon les organisateurs, de voir comment utiliser ce logiciel dans le cadre de la gestion des finances publiques qui viennent de faire l’objet de nouvelles directives au niveau de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). ‘Les masses d’argent qui sont injectées par l’Etat dans le cadre du budget ont un impact important sur l’économie.

En conséquence, il est important qu’on puisse avoir une restitution exhaustive et fiable de ces actions économiques de l’Etat. Et cela, on ne peut le faire qu’avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication’, déclare Mamadou Sarr, directeur général de la comptabilité publique et du Trésor du Sénégal. En effet, pour ce dernier, nos pays évoluent dans un contexte où la bonne gouvernance ne doit pas seulement être politique mais aussi économique. ‘Nous voulons avoir un instrument fiable et qui permette de sortir des comptes à bonne date. Cela ne sert à rien d’avoir un budget voté en 2011 et pour lequel les comptes-rendus n’apparaissent qu’en 2017 ou en 2018. Cela permet d’avoir des éléments de comparativité de pilotage’, poursuit-il tout en indiquant que ce progiciel a été gracieusement concédé par la France à l’ensemble des quatre Etats.

Louant la puissance d’Aster, M. Sarr note que ce logiciel se distingue par la rapidité des opérations qu’il permet de réaliser et offre la possibilité d’être en dialogue avec d’autres logiciels. Cela, en plus d’être souple et de permettre toute sorte d’adaptabilité. ‘Les opérations de l’Etat sont importantes et les applications qu’on avait ne pouvaient pas supporter ces volumes d’opérations. Aster est un outil qui doit répondre aux besoins des nouvelles réglementations dans l’Uemoa qui mettent aussi l’accent sur la comptabilité patrimoniale de l’Etat’, dit Mamadou Sarr. Qui magnifie le développement de la coopération sud-sud à travers l’utilisation du système Gaïndé de la douane sénégalaise dans d’autres pays africains tels que le Kenya, le Burkina Faso et le Togo. ‘Peut-être que nous sous-estimons les avantages que nous pouvons tirer de la coopération sud-sud mais aujourd’hui nous en sommes conscient parce que nous savons qu’elle présente beaucoup d’avantages. Nous allons parfois chercher très loin ce qui est à côté de nous’, fait-il remarquer.

Seyni Diop

(Source : Wal Fadjri, 10 juin 2011)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)