twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Commission d’enquête : Tigo ferme ses portes aux Sénateurs et renforce le flou

vendredi 16 juillet 2010

La commission d’enquête mise en place par le Sénat, pour en savoir davantage sur les deux sociétés de téléphonie mobile que sont Tigo et la Sudatel n’a pu entendre que cette dernière ; la première ayant décliné l’invitation des parlementaires. Un défi qui doir amener les députés à voter une loi pour qu’aucune entreprise ne puisse refuser de se présenter devant les parlementaires, si de besoin.

Mercredi dernier, la commission d’enquête mise en place par les Sénateurs a pu entendre la société de téléphonie Sudatel. Ses dirigeants ont nié avoir versé des commissions quelconques à de prétendus intermédiaires à l’occasion de l’achat de leur licence, contrairement à ce que révélait la Gazette. Cet hebdomaire avait parlé de 20 milliards de francs, perçus comme commissions. Une information qui a amené le patron de Jean Lefebvre Sénégal, Bara Tall, à lancer une pétition aux fins de faire la lumière sur cette affaire. Mais si Sudatel, dont la licence a été cédée à 89 milliards, selon le ministre de l’Économie et des Finances, a répondu à l’invitation des Sénateurs, ce n’est pas le cas de Tigo.

En effet, Tigo a poliment décliné l’invitation. Pourtant un journal du pays de l’Oncle Sam avait publié que le ministre d’État Karim Wade et le conseiller du président Wade en Techniques de l’information et de communication, Thierno Ousmane Sy, avaient réclamé à Millicom 100 milliards de nos francs, pour qu’elle continue d’exploiter sa licence, qui lui avait été vendue par l’ancien régime socialiste ; pour une somme de 50 millions de francs Cfa. L’accusation, portée contre eux avait été réfutée par les concernés. Le fils du président Wade, Karim, avait même menacé de se plaindre contre l’auteur de l’article. C’est dire qu’en choisissant de ne pas se rendre devant les Sénateurs, Tigo renforce le flou. Ce sont nos parlementaires qui sont défiés. Pour qu’il n’ y ait plus jamais çà, ils devraient faire voter une loi obligeant toute société à être entendue par le Parlement, si de besoin. Un député doit faire une proposition allant dans ce sens. La transparence ne s’en trouverait que mieux.

(Source : Xibar, 16 juillet 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)