twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cheikh Bamba Dièye, ou le passage d’un emmanché au Ministère des Télécommunications

vendredi 30 novembre 2018

En écoutant l’intervention de Cheikh Bamba Dièye, ancien Ministre du secteur des télécommunications du Sénégal au sujet du rattachement de l’Autorité de Régulation des télécommunications et des postes (ARTP) à la Présidence de la République, il est difficile de résister à la tentation de s’interroger sur sa bonne foi et sur son honnêteté intellectuelle.

La loi n° 2011-01 du 24 février 2011, portant Code des télécommunications, en son article 123, précise qu’il est créé auprès du président de la République, une autorité administrative indépendante chargée de réguler les secteurs des télécommunications et des postes, dénommée autorité de régulation des Télécommunications et des postes, ARTP.

Par conséquent, le rattachement de l’ARTP à la Présidence de la République que Cheikh Bamba Dièye veut considérer comme une nouveauté est tout simplement inacceptable pour quelqu’un qui a assuré les hautes fonctions de Ministre en charge des Télécommunications.

L’honorable Député avait-il, à l’époque pris connaissance du Code des télécommunications de 2011 qui, à cette station, doit être un document de chevet pour le titulaire de la fonction ?

Monsieur le Ministre ignore-t-il vraiment que depuis 2011, l’ARTP en tant qu’autorité administrative indépendante bénéficie d’une autonomie de gestion et d’une autonomie financière en vertu des textes nationaux et communautaires ?

M Dièye n’était pas quand même enchaîné quand il est venu devant les députés défendre le budget de son ministère dans lequel il ne figurait aucune ligne concernant l’ARTP ? Autrement dit, avait-il perdu sa langue trempée du miel pour qualifier d’aberration une telle situation ? Ou bien, est-ce que les avantages de ministre avaient détendu son tambour au point de lui faire oublier ses principes qu’il essaie de retrouver après avoir perdu ce poste ? En d’autres termes, ledit statut l’avait-il empêché de voir plus clair entre les lignes d’un texte qui régit le fonctionnement de l’ARTP ?

Monsieur le Ministre, le secteur des télécommunications et des TIC dont vous ignorez le fonctionnement malgré votre passé récent, est tellement sensible, tellement évolutif, tellement important dans l’économie d’un pays qu’il ne mérite pas qu’on joue avec ses piliers.

Honorable député, nous espérons seulement que c’est peut-être votre perception du bien car comme disait Socrate « le mal vient de ce que l’homme se trompe au sujet du bien »

Abdou Karim Sall, DG Artp

(Source : Dakar Actu, 30 novembre2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)