twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Cession de Tigo à Wari : Macky brouille le réseau

jeudi 3 août 2017

La décision prise par le Groupe Millicom, propriétaire de Tigo, « d’exercer son droit de résilier l’accord de cession de sa filiale sénégalaise au groupe Wari » ne sera plus exécutée. Le Président Macky Sall a signé un « décret portant approbation de la cession de la licence d’établissement et d’exploitation des réseaux de télécommunications ouverts au public de Sentel Gsm Sa à Wari Sa ». Mais Tigo souligne que sans paiement du montant de la vente, la transaction ne pourrait avoir lieu.

Bonne nouvelle pour Kabirou Mbodji. Le patron de la plateforme digitale de services financiers peut retrouver le sourire. La cession de la société de téléphonie Tigo à son Groupe Wari, dont le processus a connu quelques couacs ces jours-ci, devrait reprendre correctement. En effet, le Président Macky Sall vient de signer un « décret n°2017-1475 portant approbation de la cession de la licence d’établissement et d’exploitation des réseaux de télécommunications ouverts au public de Sentel Gsm Sa à Wari Sa ».

La plateforme digitale de services financiers avait conclu au mois de février 2017, un accord avec le groupe Millicom international cellular portant sur la cession de la filiale sénégalaise de Mic. L’opération qui devait suivre le processus réglementaire en vigueur, dont le montant a été estimé à 80 milliards de francs Cfa, devait permettre à Kabirou Mbodji de mettre la main sur le deuxième opérateur de téléphonie mobile au Sénégal.

Mais cinq mois après la signature de cet accord, le groupe Millicom a notifié avant-hier, à M. Mbodji, la décision « d’exercer son droit de résilier l’accord de cession de sa filiale Tigo au groupe Wari. Car, Wari a trop attendu pour se conformer à ses engagements ». Et dit ainsi, avoir trouvé un nouvel acquéreur avec le consortium composé du Groupe Teylium Telecom, de Njj qui est la Holding personnelle du Directeur de Free, Xavier Neil, et de Sofima qui est la branche investissements télécoms du Groupe Axian. Un consortium constitué autour de l’homme d’affaires sénégalais, Yérim Sow, qui est à la tête de Teylium. Une remise en cause de la vente que le groupe Wari a catégoriquement rejetée le même jour. Wari a expliqué s’être engagé dans un processus dont l’acte final devait être posé en novembre prochain.

« Conformément au contrat de vente qui les lie, Wari a respecté tous ses engagements dans le cadre de l’acquisition du deuxième opérateur de téléphonie sénégalais, en payant le déposit initial de 10 millions de dollars et en conduisant une due diligence contractuelle de 9 mois (étude de tous les aspects commerciaux, légaux, financiers et techniques de Tigo) qui devait déboucher sur un paiement du reliquat au plus tard le 2 novembre 2017. En avance sur cet échéancier, Wari avait décidé de faire le paiement au plus tard le 30 septembre conformément aux engagements de sa banque partenaire », a soutenu la plateforme dans un communiqué. C’est la raison pour laquelle, « Wari dénonce la rupture unilatérale du contrat par Millicom, interpelle les autorités sénégalaises et prend l’opinion à témoin pour empêcher pareille forfaiture ».

Et cette interpellation n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Le chef de l’Etat a l’intention de défendre les intérêts du groupe Wari. Ce décret n°2017-1474 en date du 1er août 2017 met fin au « forcing » du groupe Millicom international cellular. Ce document précise tout de même que « Wari Sa est tenu de respecter l’ensemble des dispositions de la convention et du cahier des charges signé par Sentel Gsm Sa au moment de la cession ».

Il reste à savoir si ce décret met effectivement fin au bras de fer entamé il y a quelque temps. Car, du côté de Tigo, les voix autorisées affirment n’avoir pas reçu notification officielle du décret, « que nous avons vu circuler dans les réseaux sociaux ». Si ces personnes affirment s’interdire de commenter un document qui n’a pas été transmis à la compagnie par les canaux officiels, elles soulignent que la transaction, même activée par un décret présidentiel, ne pourrait se conclure qu’avec le déblocage, par l’acquéreur, du montant sur lequel les parties se sont accordées.

L’Artp pour sa part, n’a pas voulu indiquer si le chef de l’Etat avait effectivement approuvé la transaction ou pas. Le Directeur général Abdou karim Sall a répondu au journal Le Quotidien : « Je n’ai pas à vous dire les propositions que l’Artp fait à l’Etat ! » No comment.

Dialigué Faye

(Source : Le Quotidien, 3 août 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)