twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Bras de fer entre le pouvoir sénégalais et Sonatel

mercredi 1er septembre 2010

Signé fin mai, le décret n°2010-632 sème la zizanie dans le secteur sénégalais des télécoms. Le texte instaure, depuis le 1er août, un prix plancher pour les appels provenant de l’étranger. Le coût des communications passe à 0,21 euro la minute, contre 0,10 euro auparavant, vers les fixes et 0,14 euro vers les mobiles. La différence, évaluée à 90 millions d’euros par an, est versée à parts égales dans les caisses de l’État et celles de son partenaire technique Global Voice Group (GVG). Objectif affiché  : générer de nouveaux revenus pour l’État sans déstabiliser le marché local. « Faux, inique et dangereux », rétorque en substance Sonatel.

Et l’opérateur sénégalais d’envoyer dans la rue ses syndicats et de perturber le réseau pour faire plier le gouvernement. Sonatel prévient  : la Guinée, le Mali ou la Côte d’Ivoire, appréciant peu la taxation des appels passés depuis leur territoire vers le Sénégal, pourraient riposter de la même manière, si bien que le tarif payé par les Sénégalais pour appeler dans ces pays augmenterait. 67 % des appels vers l’étranger seraient concernés, d’après l’opérateur.

Un discours alarmiste réfuté par les autorités sénégalaises et leur partenaire. Selon le porte-parole de GVG, le dispositif également appliqué en Guinée n’a induit ni un effondrement des appels internationaux, restés stables à 20 millions de minutes par mois, ni une augmentation des prix des appels. En revanche, en dix mois, la Guinée aurait collecté 45 millions d’euros à partager avec son partenaire. En outre, l’appui de GVG permettra aussi à Dakar de faire le ménage en mettant hors d’état les lignes frauduleuses utilisées pour appeler le pays de l’étranger sans payer l’interconnexion.

Reste autour de ce bras de fer une interrogation. Sonatel crie-t-il au loup pour protéger ses marges, ou sa bonne santé est-elle réellement menacée  ? Syndicats, opposition et gouvernement animent désormais le débat sur la place publique, donnant, comme de coutume au Sénégal, un prolongement politique à l’affaire.

Julien Clémençot

(source : Jeune Afrique, 1er septembre 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)