twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Bourse : Sonatel, au delà du rendement

mercredi 13 mars 2019

LE 25 Février 2019, le groupe SONATEL a publié son rapport d’activité 2018. Bien qu’ayant franchi la barre des 1 000 milliards de chiffre d’affaires, la profitabilité de l’opérateur télécom leader au Sénégal baisse. Dans l’article suivant, l’EDB (École de la Bourse) vous propose un décryptage des performances du leader des télécoms.

UN CHIFFRE D’AFFAIRES EN HAUSSE DEPUIS 10 ANS

Un chiffre d’affaire de 1022 milliards FCFA en 2018 contre 973 milliards l’année précédente, cela représente une hausse 5% par rapport à 2017. Le groupe présent dans 5 pays de l’UEMOA (Sénégal, Mali, Guinée, Guinée Bissau et Sierra Léone) bénéficie du bon développement de ces relais de croissance à savoir le Data Mobile (hausse de 41% des revenus par rapport à 2017) et le Mobile Money (hausse de 36% des revenus par rapport à 2017). Sur les 10 dernières années, le groupe a quasiment doublé ses recettes comme le montre le graphique ci-dessous.

Des profits qui stagnent depuis cinq ans …

La hausse des revenus constatée sur les 10 dernières années n’a pas été répercutée de façon similaire sur les profits. On constate une légère baisse des bénéfices de l’entreprise depuis 2014 après un pic à 214 milliards et une stagnation du résultat d’exploitation sur la même période comme le montre le graphique ci-dessous.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette stagnation. Les activités traditionnelles de l’entreprise (appels) sont entrées dans une phase de maturité sur ces plus grands marchés comme le montre le graphique ci-dessus

Ainsi l’entreprise dépense davantage dans des actions commerciales pour maintenir ses parts de marché (bonus, jeux concours…) face à ses concurrents. Dans le meilleur des cas, ces actions entrainent une hausse des revenus mais les profits qui en découlent sont grevés par le coût de ces actions. Ainsi, au final, l’entreprise n’en retire qu’un profit faible voire nul.

C’est la raison pour laquelle, toutes les sociétés en phase de maturité développent de nouveaux domaines d’activités stratégiques. Dans le cas de la SONATEL, ces derniers sont le Data mobile et le Mobile Money. Toutefois, à ce jour, l’entreprise n’a pas encore communiqué sur la contribution de ses nouveaux business au profit global de la compagnie.

UNE PROFITABILITE EN BAISSE

La hausse des revenus couplée à une stagnation des profits entraine une dégradation du taux de marge. Dans le cas d’espèces, il est de 20% en 2018 contre 24% en 2016. Pour rappel, le taux de marge ou ratio de profitabilité mesure le part de profit contenu dans 100f de revenus. En 2018, le groupe SONATEL affiche son taux de marge le plus bas depuis 10 ans (voir graphique ci-dessous).

Calcul de l’EDB sur la base des rapports 2009-2018.

UN RENDEMENT SUBVENTIONNÉ

Bien que le rendement proposé par la compagnie soit alléchant (7,5% sur la base d’un cours à 20 000F), l’on note que cette rémunération est de plus en plus soutenue par un prélèvement de réserves. De 2015 à 2019, l’entreprise a prélevé plus 83 milliards (voir tableau ci-dessous) pour soutenir le niveau de dividende proposé à ses actionnaires. Certes, SONATEL dispose encore de réserves importantes (412 milliards au 31/12/2018), néanmoins, ces prélèvements confirment que le groupe ne gagne plus assez d’argent dans son activité courante pour maintenir ce niveau de rendement.

Prélèvement des réserves : le passé qui rémunère le présent ?

CONCLUSION GENERALE

Au-delà du rendement proposé, le géant ouest africain des télécoms présente un visage moins reluisant que prévu avec

  • des profits qui stagnent
  • une profitabilité en baisse
  • un rendement de plus en plus subventionné

Cette situation soulève la problématique de la croissance du capital via le titre SONATEL.

Investir sur les marchés ACTIONS donne en principe la possibilité à l’intervenant d’accéder à deux types de gains : la croissance de capital (via la plus-value) et un rendement intéressant (via le dividende). La croissance de capital est subordonnée à certaines conditions (non cumulatives) :

  • une croissance soutenue des performances de l’entreprise
  • une sous valorisation (excessive de préférence)
  • des perspectives d’activités alléchantes
  • une psychologie de marché favorable (croissance de court terme généralement)

En l’espèce, SONATEL est correctement valorisé actuellement (2019) si on s’appuie sur les différentes travaux des SGI d’Abidjan et l’entreprise ne croit plus depuis 5 ans dans son activité. Cela pourrait avoir pour conséquence une stagnation du cours de bourse à ces niveaux actuels.

Cette stagnation du cours est peut-être déjà face à nous. A titre de comparaison, au cours des 2 premières semaines de janvier 2014, l’action SONATEL cotait entre 20 000 et 20500. A ce jour (mars 2019), elle s’échange en dessous de 20 000F. Autrement dit, au cours des 5 dernières années, l’action SONATEL n’a plus progressé à la BRVM à l’instar de l’entreprise SONATEL dans son activité.

Dans ces conditions, au-delà du rendement proposé par le groupe, nous nous interrogeons sur sa capacité à permettre aux investisseurs de la BRVM d’accéder à davantage de gains dans les années à venir. Affaire à suivre

Kouao Brice, École de la Bourse (Abidjan)

(Source : Financial Afrik, 13 mars 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)