twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Birahim Seck sur le Benchmarking de l’Artp : « Le même système de fraude avait mené des dirigeants de la l’Artp en prison »

jeudi 30 avril 2015

Birahim Seck, membre du forum civil est en colère. Le benchmarking (procédure de recherche et d’analyse comparative de la concurrence) réalisé pas l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) pour le choix du cabinet devant l’accompagner dans la mise en œuvre du 4G ne s’est pas fait dans les règles de l’art.

« Ils n’ont qu’à faire gaffe »

« Récemment une décision a été prise par l’Agence de régulation des marchés publics (Armp) qui donne la possibilité à l’Artp d’établir une liste restreinte suite à un Benchmarking de consultants au niveau du Maroc et de la Tunisie. Ce qui constitue en réalité une sorte de fraude pour l’assistance de l’Artp dans la mise en œuvre du projet 4G », a-t-il analysé, ce jeudi en marge d’une rencontre de l’Association des professionnels de l’ingénierie conseil au Sénégal (Apics). Pour le membre du forum civil, « aujourd’hui, c’est une forme de fraude qui est en train d’être organisée par l’Artp pour l’assistance au niveau de la 4G ». Et souligne en outre que « le même système qui a été utilisé il y a 4 ans avec l’entrée de Global Voice au Sénégal et qui a mené certains dirigeants de l’Artp en prison ». « Donc, ils n’ont qu’à faire gaffe », prévient-il.

« Pourquoi l’Artp n’a pas lancé un appel à concurrence pour tous les pays »

Ce que M. Seck se demande, c’est « pourquoi et sur quelle base juridique, l’Artp a-t-elle le droit de faire son benchmarking uniquement au Maroc et en Tunisie. Qu’est-ce qu’elle cache derrière cela, alors que dans le monde, aujourd’hui il y a beaucoup de pays qui utilisent la 4g ». Rien qu’en Afrique, par exemple, le Ghana, la Zambie et la Côte d’Ivoire disposent de cette technologie, renseigne-t-il. « Le code des marchés publics en son article 52 est clair. Si le marché est financé sur le budget de l’Etat, le principe c’est qu’il est réservé aux entreprises locales. Exception, et c’est le cas ici, le marché est réservé aux groupements d’entreprises communautaires internationales ou aux groupements d’entreprises non communautaires », explique le membre du forum civil. Ce que Birahim Seck veut savoir, c’est « pourquoi l’Artp n’a pas lancé un appel à concurrence permettant aux autres pays, au niveau mondial, de venir participer ? ». Une question, dont seule l’Artp détient la réponse. Youssouf Sané

(Source : Seneweb, 30 avril 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)