twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 206 Septembre 2016

mardi 4 octobre 2016

Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication


Sommaire

Éditorial

Actualités

Politique

Infrastructures et services

Projets

Rendez-vous

Editorial

« Sénégal Numérique 2016-2025 » : Une stratégie qui soulève beaucoup de questions

Suite à l’atelier de partage sur le document provisoire de stratégie « Sénégal Numérique 2016-2025 », notre pays semble enfin s’acheminer vers l’adoption d’une politique nationale en matière de développement du numérique. Il faut cependant rester prudent car en 2000, c’est à ce stade que le processus avait avorté laissant notre pays sans feuille de route jusqu’à ce jour. En effet, le seul document de stratégie dont nous disposons est la lettre de politique sectorielle du secteur des télécommunications, couvrant la période 2005-2010, qui d’une part est caduque et d’autre part prenait marginalement en compte le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). Grâce à des initiatives et des positions hardies prises tant par l’Etat, le secteur privé que la société civile, le Sénégal a certes été considéré comme un champion en matière d’insertion dans la société de l’information au début des années 2000. Cela étant, il faut bien reconnaitre que depuis lors son étoile a beaucoup palie et qu’il ne constitue plus une référence en Afrique. Des pays qui étaient inexistants en matière d’innovation numérique tiennent aujourd’hui le haut du pavé, tels le Rwanda, le Kenya et le Ghana. Cette situation s’explique par le fait, comme nous l’avons dit à maintes reprises, qu’une addition de projets, fussent-ils pertinents, ne saurait tenir lieu de stratégie car ne s’insérant pas dans une vision globale, ne permettant pas d’exploiter les synergies possibles et ignorant certaines problématiques essentielles. L’existence de ce document de stratégie est donc à saluer, mais son examen laisse apparaitre d’importantes faiblesses parmi lesquelles nous retiendrons principalement le silence sur la problématique de la souveraineté numérique, pourtant devenue une préoccupation critique dans le monde au point que certains parlent de l’émergence d’un cybernationalisme ainsi que la non prise en compte de la dimension intégration africaine tant à l’échelle régionale que continentale dans un contexte où il est avéré que le développement d’une société numérique viable ne peut être pensé, d’un point de vue politique, culturel aussi bien qu’économique, qu’en intégrant les pays qui nous entourent ainsi que ceux avec lesquels nous partageons la sous-région et au-delà le continent. En dehors de ces considérations, ce qui pose problème c’est le manque d’ambition de la stratégie et la faible place que l’Etat y occupe. Du point de vue des investissements prévus, le fait que l’Etat envisage de contribuer seulement pour 17% des 1365 milliards FCFA nécessaires à sa réalisation, soit 225 milliards CFA sur la décennie, ne rassure guère ! La modicité de cette enveloppe en dit long sur la faible priorité accordée au secteur car comme dans les autres domaines, les priorités déclinées par les autorités politiques doivent normalement se traduire sur le plan budgétaire pour être crédibles. De plus, quelle garantie avons-nous que le secteur privé investira quelques 1000 milliards CFA durant la prochaine décennie ? Le document manque également de grands projets structurants dont la réalisation permettrait de transformer le paysage numérique du pays et d’offrir des opportunités en termes de marchés au secteur privé national. En matière d’infrastructures, il n’est pas indiqué comment réduire la fracture numérique existant entre Dakar et le reste du pays alors que le taux de pénétration d’internet se situe bien en deçà de 50%, malgré les évaluations de l’ARTP. En termes de modernisation de l’administration, l’objectif de dématérialiser en dix ans, 50% des procédures administratives apparait comme minimaliste, dans le contexte du développement du Cloud computing et de l’annonce de la mise en place d’un data center à Diamniadio. De même, si le document parle d’introduction des TIC dans l’ensemble du système éducatif, il ne précise pas quelles devraient être les grandes étapes de cette politique ni les modalités de sa mise en œuvre sur le plan des équipements, des logiciels, des contenus pédagogiques et de la formation des enseignants. La stratégie n’aborde pas non plus des questions importantes comme l’utilisation des logiciels libres, la protection des données personnelles, la promotion de la culture du numérique, etc. Le plan d’action devrait donc être révisé afin de répondre à un certain nombre d’interrogations posées par la mise en œuvre de la stratégie. Last but not least, élaborer une stratégie est une chose mais la matérialiser en est une autre et se pose inéluctablement la question du leadership et du dispositif institutionnel adéquat nécessaires à sa mise en œuvre dans la durée et à ce niveau le problème reste entier.

Alex Corenthin
Secrétaire aux relations internationales

Actualités

Suspension de la production de CNI dans l’attente de la nouvelle carte d’identité biométrique

Le 27 septembre 2016, à travers un communiqué de presse, le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique a informé les citoyens que la production de la carte nationale d’identité était momentanément suspendue du fait des travaux d’installation des nouveaux équipements prévus pour la mise en place de la nouvelle carte d’identité biométrique de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ainsi que de la refonte partielle des listes électorales. Il a également précisé que les anciennes cartes nationales d’identité en cours de validité demeurent utilisables en même que celles dont l’exigibilité avait été prorogée par décret. Par ailleurs, les citoyens non détenteurs de carte nationale d’identité, qui souhaitent se faire établir un passeport, peuvent se faire immatriculer par le Direction de l’Automatisation des Fichiers (DAF) et déposer leurs demandes à la Direction de la Police des Étrangers et des Titres de Voyage (DPETV) en attendant la disponibilité des nouvelles cartes.

Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique : http://www.interieur.gouv.sn/

Lancement de la 3ème édition du « prix de l’innovation numérique »

Le 27 septembre 2016, Tigo en partenariat avec « Reach for Change » et « Facebook », a lancé la 3ème édition du « prix de l’innovation numérique ». Pour rappel, depuis 2014 Tigo et l’ONG « Reach for change » ont initié le concours « Tigo Digital changemakers Award » dans toutes les opérations Tigo en Afrique afin de contribuer ensemble à la réduction de la fracture numérique sur le continent. Cette année « Facebook » s’est joint à Tigo et « Reach for change » et deux lauréats se verront récompensés par les trois structures. Tigo apportera du soutien en monitoring, ainsi qu’un appui technologique mais aussi un chèque de 20. 000 dollars. Les deux lauréats auront l’opportunité d’entrer pendant un an dans le programme d’accompagnement de l’incubateur de l’ONG Reach for Change quant à Facebook, il offrira gratuitement de la formation et des outils pour le développement et l’optimisation des plateformes web et des applications. Les applications développées par les deux lauréats de 2015 ont été lancées lors de cette cérémonie.

Tigo : http://www.tigo.sn/

Soixante centres d’état-civil sont en cours d’informatisation sur l’ensemble du territoire national

Le 26 septembre 2016, lors de la cérémonie d’ouverture d’une session de renforcement de capacité d’acteurs locaux de Kaolack sur la bonne tenue d’état-civil, Diéh Mandiaye Ba, Directrice du Centre national d’état-civil du ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l`Aménagement du territoire national, a révélé que quelques soixante (60) centres d’état-civil étaient en cours d’informatisation sur toute l’étendue du territoire national. Dans le cadre de l’opérationnalisation de ce projet, trois cents (300) agents des centres d’état-civil informatisés ont été formés à l’outil informatique et à l’utilisation du logiciel ERA. Pour la région de Kaolack, cinq (5) centres d’état-civil ont été dotés chacun d’un lot de matériel informatique pour l`informatisation, et les autres centres des autres régions seront dotés en registres et en matériels mobiliers d’archivage pour leur permettre d’avoir un fonctionnement correct. A l’achèvement de ce projet, il devrait être possible de procéder au rapprochement des données entre l’état-civil, le fichier électoral et le fichier de la carte nationale d’identité.

Lancement d’Afrikelist, site de géomarketing et de transfert d’argent

Le 22 septembre 2016, Aliou Ndiaye et Abdoulaye Sène, deux émigrés sénégalais basés aux Etats-Unis, ont procédé au lancement du site Afrikelist, premier site de géomarketing et de transfert d’argent de la diaspora africaine vers l’Afrique. En collaboration avec Google Maps, Afrikelist offre quatre types de produits à savoir (1) un site d’annonce de commerce en ligne, (2) un service de transfert d’argent et de paiement de facture, (3) un service de vente en ligne de pièces détachées auto et (4) un annuaire d’entreprises et la localisation de points de vente sur Google Maps.

Afrikelist : https://www.afrikelist.com/

L’UEMOA fait le bilan du passage à la télévision numérique terrestre

Le 21 septembre 2016, la Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a organisé une rencontre d’experts chargés de la transition de ses pays membres vers la télévision numérique terrestre à Ouagadougou (Burkina Faso). Il s’est agi pour les spécialistes de la question d’analyser les difficultés qui plombent la marche vers la technologie numérique et de faire des propositions idoines en vue d’être au diapason de la directive de l’UIT. En effet, il a été constaté qu’une année après la date butoir du 17 juin 2015 fixée par l’Union internationale des télécommunications (UIT), le processus de passage à la Télévision numérique terrestre (TNT) piétine dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest.

UEMOA : http://www.uemoa.int/

Formation au contrôle fiscal des opérations internationales du secteur des télécommunications

Un séminaire régional portant sur la IVème session de formation d’experts régionaux sur le contrôle fiscal des opérations internationales du secteur des télécommunications, organisé par le Centre régional d’assistance technique du Fonds monétaire international (FMI) pour l’Afrique de l’Ouest (AFRITAC Ouest) en collaboration avec la Direction générale des Impôts et Domaines (DGID), s’est déroulé du 19 au 23 septembre 2016 à Dakar (Sénégal). Il a permis aux participants d’échanger sur les opérations internationales du secteur des télécommunications et de réfléchir à comment lutter contre le phénomène de transfert illicite de bénéfices. Afin de lutter contre ce phénomène, le FMI a mis en place un groupe de travail regroupant les administrations des pays de la sous-région ouest africaine membres de l’AFRITAC. AFRITAC Ouest est un Centre régional du FMI basé à Abidjan (Côte d’Ivoire), qui fournit de l’assistance technique et de la formation dans les domaines de gestion économique et financière à la demande des pays membres.

AFRITAC Ouest : http://www.afritacouest.org/

Lancement d’Afrimalin, site de commerce en ligne

Le 16 septembre 2016, Afrimalin, le site de petites annonces en Afrique francophone, a lancé ses opérations dans huit pays à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Guinée, la République démocratique du Congo et le Sénégal. Nouvel acteur du e-commerce sur le continent africain, Afrimalin offre une solution gratuite pour connecter directement vendeurs et acheteurs locaux, qu’ils soient des particuliers ou des professionnels. Le site offre également un accès gratuit à des offres d’emploi. Basé à Conakry (Guinée) et à Dakar (Sénégal), Afrimalin est dirigée par une équipe de jeunes africains composée de Mamadou Niane, co-fondateur et directeur des opérations, Abdourahamane Diallo, directeur de la communication et du marketing, Mohamed Mbaye, directeur IT et Ousmane Cissé, responsable IT.

Afrimalin : http://www.facebook.com/Afrimalin/

La Présidence de la République renforce sa communication digitale

Dans un communiqué de presse publié le 13 septembre 2016, la Présidence de la République a annoncé avoir apporté trois innovations dans sa communication numérique à travers le lancement d’une newsletter sera publiée tous les deux mois, la mise en ligne d’une version anglaise de son site Web et la création d’un compte Instagram.

Présidence de la République : http://www.presidence.sn/

Boycott sans grand effet du réseau Wari par les prestataires de transfert d’argent

Les 7 et 8 septembre 2016, le Réseau national des prestataires de transfert d’agent (RENAPTA) a organisé un boycott des opérations de transfert sur le réseau Wari pour dénoncer le non-respect de l’instruction de la Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) sur la réglementation sur les transferts rapides d’argent. Cependant, ce mouvement, organisé dans une période qui précédait de quelques jours la fête de la Tabaski, a été peu suivi.

Wari : http://www.wari.com/

People Input primé pour son application ProCollect lors du West Africa Com Forum

La solution ProCollect de l’agence digitale People Input s’est vue décerner le Trophée de la « Meilleure Solution pour Entreprises » lors de l’édition 2016 du West Africa Com Forum, le plus grand événement Télécoms & Digital d’Afrique de l’Ouest. ProCollect, est un système de recueil d’informations qui permet aux entreprises de collecter, de traiter, d’analyser et de numériser des données statistiques dans de brefs délais. Cette solution s’installe sur n’importe quel terminal mobile (smartphone ou tablette), qui une fois connecté à internet, synchronise en temps réel les informations saisies. En plus de permettre un gain de temps considérable, les données saisies sont sauvegardées sur un serveur sécurisé et accessible via une interface web dédiée.

People Input : http://www.peopleinput.com/

Cheikh Tidiane Mbaye a démissionné de ses fonctions au sein du CA d’Orange Sénégal

Selon une information publiée par le quotidien sénégalais Libération, Cheikh Tidiane Mbaye a démissionné de ses fonctions d’administrateur-conseiller du Président du Conseil d’administration d’Orange Sénégal. Jusqu’à présent, Cheikh Tidiane Mbaye ne s’est pas exprimé publiquement sur le motif de cette démission.

SONATEL : http://www.sonatel.com/

L’ARTP a publié le premier bilan de la mise en service de la portabilité

Le 2 septembre 2016, à l’occasion du premier anniversaire de la mise en service la portabilité, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a publié un premier bilan. Il fait état que durant cette période, 6337 abonnés ont manifesté leur intention de quitter leur opérateur d’origine. Au final, 3243 ont effectivement quitté leur opérateur d’origine et 2578 demandes ont été rejetées principalement en raison du fait que l’identité du demandeur n’était pas prouvée. Les mouvements les plus importants ont été notés vers Tigo qui a récupéré 2122 clients venant des opérateurs tiers. Quant aux départs les plus importants, ils ont été observés chez Orange qui a perdu 2249 clients au profit de ses deux autres concurrents contre 786 abonnés perdus par Expresso et seulement 732 par Tigo.

ARTP : http://www.artp.sn/

Politique

L’ARTP donne jusqu’au 11 novembre 2016 aux abonnés du mobile pour se faire identifier

Le 19 septembre 2016, l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a publié un communiqué de presse pour demander aux abonnés à la téléphonie mobile des opérateurs Orange, Tigo, Expresso et Hayo de s’identifier obligatoirement avec une carte nationale d’identité (CNI) ou un passeport, avant le 11 novembre 2016. Au-delà de cette date, tout numéro non correctement identifié sera résilié par l’opérateur.

ARTP : http://www.artp.sn/

Deux réunions internationales sur la protection des données personnelles à Ouagadougou

La 2ème édition du Forum africain sur la protection des données personnelles (FA/PDP) s’est déroulée les 20 et 21 septembre 2016 à Ouagadougou (Burkina Faso). A cette occasion, les textes statutaires du Réseau africain des autorités de protection des données personnelles (RAA/PDP) ont été adopté et le Bénin porté à la tête de cette structure. Cette manifestation a été suivie par la 9ème Conférence et la 10ème Assemblée générale de l’Association Francophone des Autorités de Protection des Données Personnelles (AFAPDP) qui se sont déroulées les 22 et 23 septembre 2016. Les discussions ont notamment portées sur la sécurité des données et les évaluations d’impact pour la protection des données, la protection des données dans le domaine de la recherche, l’accès aux bases de données des opérateurs de télécommunications par les services de sécurité.

AFAPDP : http://www.afapdp.org/

Réunion du Comité technique spécialisé de l’UA sur la communication et les TIC à Bamako

La première session extraordinaire du comité technique spécialisé de l’Union Africaine sur la communication et les TIC s’est tenue Le 16 septembre 2016, à Bamako (Mali). Cette rencontre destinée à combattre la cybercriminalité sur le continent africain a vu notamment la participation des ministres de l’UA en charge des télécommunications et des TIC, le Directeur exécutif de Smart Africa Hamadoun I. Toure, le ministre de l’Economie Numérique et de la Communication du Mali, Me Mountaga Tall ainsi que la Commissaire chargée des infrastructures et de l’énergie de l’UA, Mme Ilham Ibrahim. Les travaux ont porté sur le projet de Déclaration de l’UA sur la gouvernance de l’Internet qui sera soumis pour adoption au sommet de l’UA, prévu en janvier 2017. La thématique de la gouvernance de l’internet, telle que traitée dans le projet de la déclaration, se décline en cinq axes, à savoir (1) les principes de la gouvernance de l’internet, (2) la participation de l’Afrique dans la gouvernance de l’internet, (3) l’internet dans le cadre de l’agenda du développement en Afrique, (4) la transition de la gérance financière et (5) le forum sur la gouvernance de l’internet. Lors de cette rencontre, un atelier a également été dédié à la cybersécurité Le Comité technique spécialisé de l’UA sur la communication et les TIC a pour mission de gérer plusieurs grands projets dont la relance du projet satellitaire (RASCOM), la création de la radio et de la télévision panafricaines, les questions liées au développement des services postaux en Afrique, la gouvernance de l’internet ainsi que la stratégie de la communication de l’agenda 2063.

Union africaine : http://www.au.int/

Atelier de partage sur le document provisoire de stratégie « Sénégal Numérique 2016-2025 »

Le 15 septembre 2016, le ministère des Postes et des Télécommunications a organisé un atelier de partage sur le rapport provisoire du document de stratégie « Sénégal Numérique 2016-2025 » élaboré par le cabinet Performances Group. Elle vise quatre grands objectifs à (1) un accès ouvert et abordable aux réseaux et services numériques, (2) une administration connectée au service du citoyen et des entreprises, (3) la promotion d’une industrie du numérique innovante et créatrice de valeur et (4) la diffusion du numérique dans les secteurs économiques prioritaires. Reposant sur deux prérequis à savoir (1) la réforme du cadre juridique et institutionnel et (2) la mise à niveau du capital humain et le renforcement de la confiance numérique, sa mise en œuvre s’appuiera sur 38 réformes et 58 projets. Le coût total de la mise en œuvre de la stratégie numérique sur la période 2016-2025 est estimé à 1360, 9 milliards de FCFA et devrait être financé à 73% par le secteur privé, 17 % par l’Etat et 10 % à travers partenariats public-privés (PPP).

Ministère des Postes et des Télécommunications : http://www.mcten.gouv.sn/

L’amende infligée à la SONATEL par l’ARTP ramenée à 1,5 milliard de francs CFA

Suite à une décision du Collège de régulation de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) datée du 9 septembre 2016 en réponse au recours gracieux déposé par la SONATEL, l’amende d’un montant de 13 milliards 959 millions de francs CFA infligée à l’opérateur historique le 13 juillet 2016, pour violation du décret n° 2014-770 du 14 Juin 2014 précisant certaines obligations quant au droit à l’information des consommateurs, notamment celles relatives à la continuité et à la gratuité du service clientèle commerciale ou technique, a été ramenée à 1,5 milliard de francs CFA. Le Collège de régulation ayant constaté que le respect par Sonatel des dispositions du décret susmentionné avait été effectif avant la notification lui infligeant une pénalité, il a estimé équitable de réduire le montant de celle-ci, surtout que de réelles difficultés techniques de mise en œuvre des dispositions du décret avaient pu au moins en partie, justifier le retard accusé.

ARTP : http://www.artp.sn/

Lancement du processus d’actualisation du cadre juridique du secteur des télécoms et des TIC

Le 1er septembre 2016, à travers un communiqué de presse, le Ministère des Postes et des Télécommunications a annoncé que le processus d’actualisation du cadre juridique du secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication (TIC) débuterait dans la deuxième quinzaine du mois de septembre. Dans ce cadre, le groupement de cabinets « JONES DAY/IAMG/MICROECONOMIX » a été choisi pour accompagner le gouvernement sénégalais dans la réalisation d’un audit stratégique du cadre juridique du secteur des télécommunications et des TIC et l’élaboration des avant projets de textes législatifs et réglementaires (Code des Télécommunications et décrets d’application). Le projet a pour objectif de disposer d’un nouveau cadre juridique, prenant en compte les orientations stratégiques retenues dans le cadre du Plan Sénégal Emergent (PSE) et de la Stratégie « Sénégal numérique », les bonnes pratiques au niveau international, ainsi que les directives de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et les actes additionnels de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Ministère des Postes et des Télécommunications : http://www.mcten.gouv.sn/

Infrastructures et services

Orange Money lance le service « Cash à domicile »

Orange Money a lancé le service « Cash à domicile » qui permet du lundi au dimanche de 8h à 20h de procéder à des opérations de dépôt ou de retrait à partir d’un montant égal à 35 000 FCFA. Pour ce faire, il suffit de composer le 33 824 39 39 et par la suite un agent « Cash à domicile » se déplace à l’adresse indiquée afin de procéder à l’opération souhaitée.

SONATEL : http://www.sonatel.sn/

Orange installe un Centre d’expertise en conformité Orange Money à Abidjan (Côte d’Ivoire)

Après l’obtention, début 2016, de sa licence d’établissement de monnaie électronique (EME) auprès de la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), afin d’opérer ses activités de mobile money en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali et au Sénégal, Orange a décidé d’installer un Centre d’expertise en conformité Orange Money (CECOM) à Abidjan (Côte d’Ivoire). Cette nouvelle structure a pour mission de garantir de manière mutualisée la maîtrise des risques et la conformité des activités de mobile money d’Orange dans les quatre pays sus cités. Au service des filiales EME d’Orange qui assurent un contrôle de premier niveau dans chacun des pays, le CECOM s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire d’experts, rassemblant des compétences pointues dans les domaines bancaires, télécoms et informatiques.

Orange : http://www.orange.com/

Projets

L’ANSD devrait être érigée en centre de référence pour la collecte électronique de données

L’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) devrait prochainement être érigée en Centre de référence en Afrique francophone subsaharienne pour la collecte électronique de données. Ce projet s’inscrit la volonté exprimée par le Sénégal d’adhérer à la norme spéciale de production et de diffusion de données élaborées par le Fonds monétaire international (FMI).

ANSD : http://www.ansd.sn/

Rendez-vous

12ème édition du Forum Africa Telecom People 2016 (6-7 octobre 2016, Abidjan, Côte d’ivoire)

La 12ème édition du Forum Africa Telecom People 2016 se tiendra les 6 et 7 octobre 2016 à Abidjan (Côte d’ivoire). Cette manifestation portera sur le thème « L’Internet des objets : Comment l’Afrique se prépare au tout connecté ? ».

Africa Telecom People 2016 : http://www.africatelecompeople.net/

3ème édition du Sommet « Transform Africa » (19-21 octobre 2016, Kigali, Rwanda)

La 3ème édition du Sommet « Transform Africa » organisée dans le cadre de l’initiative Smart Africa se déroulera du 19 au 21 octobre 2016 à Kigali (Rwanda). Cette manifestation qui réunira plus de 300 maires de villes africaines sera principalement consacrée aux villes intelligentes.

Initiative Smart Africa : http://www.smartafrica.org/

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 623 820 abonnés Internet

  • 8 323 913 abonnés 2G+3G (96,5%)
  • 182 023 clés Internet (2,1%)
  • 99 457 abonnés ADSL (1,2%)
  • 18 427 abonnés bas débit (0,2%)

- 625 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,27%

(ARTP, 30 septembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290.096 abonnés
- 1 166 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 967 659 abonnés
- Taux de pénétration : 107,89%

(ARTP, 30 septembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)